Trop d'attention donnée aux actions américaines, selon Vanguard

Publié le 28/01/2015 à 10:36

Trop d'attention donnée aux actions américaines, selon Vanguard

Publié le 28/01/2015 à 10:36

Photo: Bloomberg

INSIDE ETF – La force du marché américain des actions ainsi que celle de sa devise ne doivent pas pousser les investisseurs à s'y surexposer, a déclaré Joe Davis, économiste en chef chez Vanguard.


« Les positions des investisseurs deviennent de plus en plus concentrées puisqu'ils ont tendance à ne pas les rééquilibrer », a-t-il prévenu lors de son passage à Inside ETF une conférence qui se tient cette semaine en Floride et à laquelle Investment Executive* assiste.


Selon l'économiste, en ne rééquilibrant pas leur portefeuille, les investisseurs ne saisissent pas l'opportunité d'acheter des titres provenant de secteurs sous-évalués et demeurent surexposés dans des secteurs qui deviennent, avec le temps, vulnérables à des corrections.


Vanguard a commandité une recherche qui démontre qu'un conseiller peut ajouter jusqu'à 3 % au rendement annuel du portefeuille d'un client en maximisant les bonnes pratiques de planification financière comme une bonne allocation d'actif, un contrôle des frais et la surveillance des biais de finance comportementale.


Un rééquilibrage du portefeuille doit en fait être complété lorsque l'investisseur risque d'en avoir le moins envie, soit quand les nouvelles provenant d'une région sont les moins bonnes. Par exemple, l'investisseur ne doit pas se laisser démoraliser par les mauvaises nouvelles qu'ils voient dans les médias et profiter d'une période de baisse pour faire des achats de titre à bon prix.


« Il est important de regarder les évaluations et le prix qu'on paie pour la croissance », a souligné Joe Davis.


Déflation sur les radars


Au-delà d'une mauvaise allocation d'actifs et d'une surexposition au marché américain, les investisseurs devraient surtout craindre la déflation qui est, selon Joe Davis, le principal risque auquel fait actuellement face l'économie mondiale.


« Durant la prochaine décennie, toutes les économies dans le monde vivront des croissances inférieures à celles qu'elles ont eu durant les 10 dernières années, prédit Joe Davis. La faible croissance sera la tendance la plus importante de la prochaine décennie et aura des implications profondes quant aux taux d'intérêt et aux marchés boursiers en plus d'avoir un impact sur la politique.»


Selon Joe Davis, la croissance dans les pays développés et dans les marchés émergents sera plus lente et pourrait même ralentir encore plus dans le futur: « Si c'est le futur, la catégorie d'actifs qui performera le mieux pourrait bien être une obligation de 35 ans.»


Il rappelle que le Japon a connu une croissance tiède accompagnée d'un peu de déflation depuis les trente dernières années. L'Europe serait à risque de se retrouver dans la même situation et la Chine se rapproche toujours plus d'une croissance annuelle de 5 % alors qu'elle atteignait encore récemment les 7 % par année.


En 2015, les États-Unis devraient connaître une croissance annuelle de 3 % alors que l'économie local démontre sa robustesse, tant au niveau de la confiance que de la création d'emplois, la plus substantielle depuis 2008.


« Une question demeure: est-ce que l'économie américaine peut demeurer robuste dans un monde où l'Europe et le Japon risquent de faire face à la stagnation et ne pas augmenter leurs taux d'intérêt pour près d'une décennie », demande Joe Davis.


Pour les cinq prochaines années, l'économiste prévoit des rendements modestes de 3 à 6 % pour les portefeuilles équilibrés comprenant 60 % d'actions et 40 % d'obligations. En comparaison, des portefeuilles semblables ont rapporté 7,3 % en 2014 et 9,8 % durant les trente dernières années.


*Investment Executive est la publication soeur torontoise de Finance et Investissement


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Des FNB sans frais de gestion. On y est presque!

17/08/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. De nouveaux fonds à très faible coût ont été lancés récemment.

Voici pourquoi la fermeture de FNB au Canada va s'accélérer

15/06/2018 | Ian Gascon

BLOGUE INVITÉ. Proportionnellement, le Canada compte 3 fois plus de FNB qu'aux États-Unis. Exagérez-vous dites?

À la une

America inc. exhorte Trump à garder le Canada dans l'ALÉNA

Il y a 11 minutes | François Normand

Les poids lourds d’America Inc. demandent aussi trois choses aux négociateurs.

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

Couche-Tard refuse qu'on lui impose sa responsabilté sociale

30/08/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. Des actionnaires exigent que Couche-Tard divulgue mieux ses enjeux sociaux et environnementaux. Elle refuse.