CGI : les meilleures marges en Europe font presque oublier Obamacare

Publié le 14/11/2013 à 17:10, mis à jour le 14/11/2013 à 17:40

CGI : les meilleures marges en Europe font presque oublier Obamacare

Publié le 14/11/2013 à 17:10, mis à jour le 14/11/2013 à 17:40

Par Dominique Beauchamp

Le redressement des marges de la britannique Logica a été si rapide et si spectaculaire que les analystes portent peu d'attention aux ratés du système d’inscription au programme Obamacare américain auquel le Groupe CGI a travaillé.


L’action de CGI a donc réagi à la hausse de 81 % du bénéfice ajusté au quatrième trimestre (0,67 $ par action), avec un bond de 4,3 % à 39,24 $. L’action qui a grimpé de 71 % depuis le début de l’année, a touché un sommet historique de 41,47 $, à l’ouverture jeudi matin.


Enthousiaste, Kris Thomson, de la Financière Banque Nationale, a fait passer son cours-cible de 42 à 50 $.


 De petites acquisitions ciblées en Europe


« CGI intègre Logica au-delà des espérances et fait aussi beaucoup mieux que ses semblables. Une reprise économique en Europe améliorerait davantage la croissance des revenus », indique l’analyste, qui s’attend à ce que CGI réalisent d’autres petites acquisitions en Europe.


Même si la société a accès à un financement de 1,3 G$, CGI cherche plutôt des petites acquisitions pour compléter son tableau géographique ou encore compléter sa gamme de services, a indiqué Michel Roach, président de CGI, dans l’appel-conférence des résultats.


CGI pourrait aussi abandonner certaines offres de services qui ne cadrent pas dans ses priorités.


Le ratio, qui compare les nouvelles commandes aux revenus, indique aussi que le carnet de commandes se remplit assez vite pour remplacer les revenus déjà réalisés, souligne pour sa part Justin Kew, de Cantor Fitzgerald. Les commandes représentent en effet 102 % des revenus.


M. Kew fait donc passer son cours-cible de 40 à 46 $, soit un multiple de 15 fois les nouveaux bénéfices de 3,02 $ qu’il prévoit en 2014.


La rationalisation de Logica, avec ses 4 000 mises à pied et ses frais de restructuration de 525 M$, a doublé à 53 % la contribution de Logica aux bénéfices par rapport aux prévisions initiales, et ce, un an plus tôt que prévu.


Après les marges, les revenus 



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À la une

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

Il y a 47 minutes | Daniel Germain

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.

Bernie Sanders: l'allocateur de capital?

BLOGUE INVITÉ. Regard sur la politisation des rachats d'actions.