Vente de Corus: Fairfax se présentera-t-elle au marbre?

Publié le 13/06/2018 à 16:06

Vente de Corus: Fairfax se présentera-t-elle au marbre?

Publié le 13/06/2018 à 16:06

Par

[Graphique: Datastream Reuters]

Le propriétaire des chaînes Télétoon et HGTV Corus pourrait être largué par Shaw Communications et la famille éponyme qui contrôlent les deux entreprises.


Shaw Communications (SJR.B, 27,72$) aurait retenu des conseillers financiers pour vendre ses 80 millions d’actions de Corus Entertainment (CJR.B, 6,72$) évaluées à 548M$, a révélé le Globe and Mail, le 12 juin.


Si aucun acheteur n’émergeait, Shaw serait disposée à garder ce bloc de 39%, selon des sources.


La décision de Shaw pourrait aussi déclencher un examen stratégique par Corus elle-même, mais Aravinda Galappathige, de Canaccord Genuity ne perçoit pas d’acheteurs naturels distincts pour les chaînes télé spécialisées, la radio ou Nelvana.


En Bourse, l’action de Corus fléchit d’encore 1,1% à 6,72$.


Les prétendants sont rares


Trois facteurs expliquent l’apathie du titre. D’un Corus s’apprête à dévoiler les résultats du troisième trimestre le 27 juin, date laquelle le diffuseur pourrait charcuter son dividende de 50 à 70% afin de réduire son importante dette de 1,95 milliard de dollars.


De deux, les lois canadiennes sur la concentration et l’actionnariat canadien des médias limitent sérieusement le bassin d’acquéreurs potentiels, explique Adam Shine, de la Financière Banque.


Le Bureau de la concurrence vient d’ailleurs de bloquer l’achat par Bell des chaînes Historia et Séries+ de Corus .


Les restrictions éliminent donc BCE(BCE, 42,47$) et Rogers Communications(RCI,B, 61,79$) comme prétendants, tandis que la Québécoise Québecor(QBR.B,26,02$) est occupée à racheter les actions de la Caisse de dépôt et à rembourser une débenture convertible qui échoit en octobre, ajoute l’analyste.



Dans ces cas, le nom du milliardaire Jim Pattison refait surface, mais personne ne connaît son intérêt pour les médias.


Il reste la possibilité que le principal actionnaire de l’éditeur Torstar, l’assureur-investisseur Fairfax Financial(FFH, 756,87$) envisage d’acheter le bloc de Shaw initialement, pour ensuite se familiariser avec les rouages de Corus avant de décider au fil du temps d’augmenter sa participation, évoque M. Shine.


Sa filiale Fairfax Media est aussi l’un des plus importants propriétaires de médias en Australie et en Nouvelle-Zélande.


Enfin, le bilan et l’évaluation de Corus sont deux autres facteurs qui pourraient rebuter des acheteurs financiers, tels que les fonds d’investissement privés, même si la société génère des flux de trésorerie libres de 300M$ par année.


Bien que le titre de Corus ait perdu la moitié de sa valeur depuis un an, il est encore aussi chèrement évalué que ceux de géants américains tels que Viacom ou Discovery, note M. Shine.


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

S&P/TSX: les profits ne viennent pas à la rescousse

BLOGUE. Les entreprises devront faire beaucoup mieux pour que le S&P/TSX se remette de la raclée d'octobre.

À surveiller: Apple, BCE et Cogeco

02/11/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Apple, BCE et Cogeco?

À la une

10 choses à savoir lundi

Il y a 57 minutes | Alain McKenna

1G$ pour débarrasser le Canada de Huawei. Ottawa a refoulé les experts étrangers en IA. Une usine Tesla à Oshawa?

Voici LE livre à lire avant d'entamer 2019!

BLOGUE. Un indice : ce livre exceptionnel peut vraiment vous permettre d'enfin faire des choix éclairés à l'avenir.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés lundi

06:59 | LesAffaires.com et AFP

«Les tensions politiques renforcent l'intensité de la querelle commerciale.»