Transat veut investir 1,2 milliard dans sa stratégie hôtelière, l'action perd 10%

Publié le 07/09/2017 à 12:15

Transat veut investir 1,2 milliard dans sa stratégie hôtelière, l'action perd 10%

Publié le 07/09/2017 à 12:15

Par Dominique Beauchamp

Ouragans ou pas, le voyagiste Transat AT ambitionne d’avoir 5000 chambres d’hôtel d’ici 2024, en République Dominicaine, au Mexique, en Jamaïque et à Cuba. Le capital à déployer: 1,2 milliard de dollars américains sur sept ans.


L’action de Transat(TRZ.B, 9,08$) a perdu 10% en Bourse le 7 septembre en partie parce que les bons résultats du troisième trimestre avaient été largement anticipés.


L'incertitude entourant la perte de revenus potentielle pendant et après les violents ouragans est aussi un facteur, car septembre et octobre ferment la boucle de la saison estivale du quatrième trimestre. Certains voyageurs risquent d'annuler des vols ou des plans de voyages pendant quelques temps si les hôtels sont endommagés.


Le titre a aussi bondi de 65% depuis le début de l’année en partie parce que certains analystes ont spéculé sur la vente potentielle de l’entreprise, au cours des derniers mois.


Comment une entreprise avec une valeur boursière de 334M$ peut-elle envisager un tel investissement dans ses propres hôtels ? En étalant les déboursés sur cinq à sept ans et en s’appuyant sur des des hypothèques localement, a expliqué Jean-Marc Eustache, pendant l’appel-conférence annonçant les résultats du troisième trimestre.


Étalé sur sept ans par exemple, l’investissement de 170M$ US par an est réalisable puisque le financement hypothécaire devrait combler la moitié des fonds, évalue de façon préliminaire, David Ocampo, de Valeurs mobilières Cormark.


«Nous connaissons bien les marchés locaux après notre placement de dix ans dans les Ocean Hotels. Quand nous avions regardé la possibilité de racheter la part majoritaire de notre partenaire espagnol, nous avions parlé à des banquiers locaux. L’argent est là», a confié M. Eustache.


Il faudra attendre le dévoilement du plan stratégique de 2018-2020 en mars prochain pour en savoir plus, mais pour l’instant, Transat envisage de construire ses propres hôtels et d’en acquérir, et de décrocher des contrats de gestion d’hôtels dans les marchés où ce modèle s’impose.


La nouvelle division hôtelière, encore un quête d’un président, vise des hôtels tout inclus modernes de 4,5 à 5 étoiles qui seront gérés de façon "professionnelle". 


"Nous avons déjà des gens sur le terrain qui visitent des hôtels et des terrains", indique M .Eustache.


Pour financer cette stratégie «transformationnelle», Transat AT a vendu ses voyagistes en France et en Grèce et son intérêt de 35% dans Ocean Hotels.


«À terme, la filiale hôtelière pourrait devenir aussi imposante que le voyagiste», entrevoit M. Ocampo.


La vente d'Ocean Hotels est évaluée à 183,6M$CA, mais elle est sujette à des ajustements de clôture, a répondu Denis Pétrin, le chef de la direction financière, à une analyste qui demandait si l’acheteur espagnol H10 pourrait se retirer de la transaction ou en réduire le prix, dans l’éventualité d’une catastrophe naturelle.


Si la vente se clos comme prévu le 2 novembre, Transat aura un total de 340 millions de dollars américains en poches pour financer cette expansion, précise Ahmad Shaath, de Beacon Valeurs mobilières.


L’achat en avril de 50% de l’hôtel mexicain de Rancho Banderas All Suites Resort, à Puerto Vallarta, pour 15M$CAne fait pas partie de sa stratégie hôtelière comme telle. « Nous avons sauté sur l'occasion de nous associer à un exploitant local que nous connaissions bien», a aussi révélé M. Eustache, en précisant que l’hôtel de 49 chambres passera à 263, d'ici 2018. 


 


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

16:11 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Bourse: Wall Street termine la séance sans direction précise

10:18 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La séance a été marquée par une forte volatilité.