Titres en action: Pepsico, HSBC, EasyJet...

Publié le 06/08/2018 à 06:05, mis à jour le 06/08/2018 à 07:41

Titres en action: Pepsico, HSBC, EasyJet...

Publié le 06/08/2018 à 06:05, mis à jour le 06/08/2018 à 07:41

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:


(Repassez nous lire de temps à autres
pour ne pas manquer de mise à jour)


Le géant américain des boissons non alcoolisées et des biscuits Pepsico a annoncé lundi le départ de son emblématique patronne Indra Nooyi, qui a passé 24 ans dans le groupe, dont 12 à sa tête. Elle sera remplacée à la direction générale par Ramon Laguarta le 3 octobre, tandis qu'elle restera présidente du conseil d'administration jusqu'au début de l'année 2019 pour assurer la transition.


La banque britannique HSBC a légèrement amélioré ses bénéfices au premier semestre, ralenties toutefois par de coûteux investissements, et a fait part d'un «optimisme prudent» en dépit des tensions commerciales sino-américaines. Le groupe, qui a mis en œuvre un vaste plan de restructuration ces dernières années, entend désormais retrouver le chemin de la croissance avec un plan d'investissement entre 15 et 17 milliards de dollars. Ces dépenses grèvent le bénéfice net de la banque, la première européenne et qui est active à travers le monde et particulièrement en Asie. Son profit net a progressé de 2,5% à 7,173 milliards de dollars au cours des six premiers mois de l'année.


La compagnie aérienne à bas coûts EasyJet prenait 0,42% à 1.556,00 pence après avoir dévoilé une hausse de 4,5% de son trafic de passagers en juillet sur un an. Depuis le début de l'année, elle a transporté 83,6 millions de voyageurs.


Le géant des supermarchés Tesco était en légère baisse (-0,12% à 259,20 pence). Le groupe a annoncé la signature de son partenariat stratégique avec le distributeur français Carrefour, portant sur les achats en commun de produits pour leurs marques propres (MDD) et de biens non marchands.


Le fabricant de chaussures de luxe Tod's s'envolait lundi à la Bourse de Milan, après avoir publié des résultats meilleurs qu'attendu par les analystes pour le premier semestre. Le titre Tod's bondissait de 15,73% à 62,55 euros, dans un marché en recul de 0,20%. Le groupe italien a publié vendredi soir ses résultats, après la clôture de la Bourse. Ses ventes sur le semestre ont reculé de 1,3% à 476,9 millions d'euros, et son bénéfice net de 3,04% à 33,65 millions d'euros, des replis toutefois moins marqués qu'escompté.


Le géant japonais des télécoms et services en ligne SoftBank Group a annoncé lundi un bénéfice net de 313,7 milliards de yens (2,4 milliards d'euros) au premier trimestre de son exercice 2018/19, contre seulement 5,5 milliards de yens un an plus tôt. SoftBank Group doit cette performance à une amélioration sur le volet opérationnel (son gain d'exploitation a augmenté de 49%), mais aussi à des rentrées exceptionnelles liées à ses multiples investissements. Le groupe avait en outre pris en compte au premier trimestre de l'an passé plusieurs charges non-récurrentes liées à différentes transactions, ce qui fausse en partie la base de comparaison.


Le fabricant de gaz industriel allemand Linde plongeait de plus de 9% à la Bourse de Francfort lundi, après avoir prévenu dimanche que de nouvelles exigences des autorités américaines de la concurrence pourraient faire dérailler sa méga-fusion avec l'américain Praxair. L'action était en baisse de 9,21% à 190,85 euros, après avoir cédé plus de 10% peu après l'ouverture, dans un Dax en baisse de 0,40%. Le feu vert au rapprochement des deux groupes pourrait nécessiter des efforts «plus onéreux qu'attendu auparavant,» a indiqué Linde dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche. Cette fusion évaluée à 68 milliards d'euros et annoncée en décembre 2016 doit donner naissance au numéro un mondial des gaz industriels, détrônant le français Air Liquide. Elle devra être bouclée d'ici au 24 octobre, selon le droit allemand.


L'action du constructeur de poids lourds japonais Isuzu a bondi de 3,60% à 1.637 yens après l'annonce de résultats supérieurs aux attentes des analystes et de la fin de son partenariat avec Toyota. Les deux groupes ont décidé de mettre fin à leur alliance capitalistique nouée en 2006 face au «peu de progrès» réalisés dans leur projet de coopération. Toyota va donc vendre sa participation de 6% dans Isuzu.


Le spécialiste japonais des textiles techniques et fibres de carbone Toray a également déçu (-1,56% à 849,5 yens): il a annoncé avant la clôture un recul de son bénéfice net au premier trimestre de l'exercice 2018/19, en raison «d'une augmentation des cours des matières premières et du pétrole».


Les comptes de Rakuten ont agréablement surpris (+2,92% à 766,4 yens) grâce à sa stratégie d'expansion dans les services financiers et les télécoms, pour réduire sa dépendance au commerce en ligne, où il subit la rude concurrence du géant américain Amazon.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Des obstacles à court terme pour les actions?

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

Il n'est pas trop tard pour miser sur l'éclatement de DowDupont

Le colosse chimique DowDupont sur le point de se diviser en trois pour créer de la valeur.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: