Titres en action: Power Corp., Heinz, Allianz, Enbridge...

Publié le 03/08/2018 à 10:39, mis à jour le 03/08/2018 à 16:46

Titres en action: Power Corp., Heinz, Allianz, Enbridge...

Publié le 03/08/2018 à 10:39, mis à jour le 03/08/2018 à 16:46

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:


(Repassez nous lire de temps à autres
pour ne pas manquer de mise à jour)


Power Corporation a affiché vendredi un profit net en léger recul au deuxième trimestre en dépit d'un bénéfice net ajusté de la Financière Power présenté comme «le plus élevé de son histoire». L'apport au bénéfice du conglomérat québécois du Fonds d'investissement Sagard et autres filiales et placements a été négatif pour ce trimestre clos le 30 juin. Le bénéfice net et le bénéfice net ajusté de Power Corporation se sont chiffrés à 347 millions $, ou 75 cents par action, au deuxième trimestre de 2018, par rapport à un bénéfice net de 350 millions $, ou 75 cents par action, et à un bénéfice net ajusté de 401 millions $, ou 86 cents par action, en 2017.


Le groupe agro-alimentaire Kraft-Heinz montait de 6,31% après avoir fait part de résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Le groupe a souligné que la hausse des prix avait pesé sur ses bénéfices mais qu'il s'attendait à améliorer sa rentabilité d'ici la fin de l'année.


Symantec, spécialisé dans la sécurité informatique, a révisé à la baisse ses prévisions pour l'ensemble de l'année.


L'assureur AIG a annoncé jeudi soir des résultats trimestriels décevants, marqués par des investissements peu rentables.


L'éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard, qui a fait part de chiffres meilleurs que prévu au deuxième trimestre aidés notamment par ses jeux à succès «Call of Duty» et «Overwatch» mais de prévisions inférieurs aux attentes pour le reste de l'année, perdait 1,90%.


Le groupe de médias CBS a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes mais son PDG Leslie Moonves est resté silencieux lors de la conférence téléphonique avec les analystes suivant leur publication sur les accusations de harcèlement sexuel dont il fait l'objet.


Les banques ont en outre emboîté le pas de RBS, qui a gagné 3,08% à 257,80 pence après avoir annoncé le premier versement de dividende à ses actionnaires en dix ans, et ce malgré une amende aux États-Unis pour un litige lié a la crise des «subprime». HSBC a augmenté de 1,66% à 715,80 pence, Barclays de 1,16% à 188,70 pence et Standard Chartered de 2,30% à 689,30 pence.


Le groupe aérien IAG, propriétaire entre autre de British Airways, a perdu 2,22% à 669,80 pence malgré un rapport de résultats publié en début de séance annonçant le doublement de son bénéfice net au premier trimestre. Le rapport avait aussi fait état, entre autre, de l'effet négatif des grèves des contrôleurs aériens français.


Allianz, qui a publié ses chiffres ce jour, a fini en hausse de 0,95% à 187,40 euros. Le premier assureur mondial a fait état d'une baisse de 5% de son bénéfice net au deuxième trimestre, en raison d'une perte sur la cession d'un portefeuille dans l'assurance-vie à Taïwan. Mais en l'absence de catastrophes majeures et face à de bonnes rentrées de primes, il a dégagé une bonne performance opérationnelle et a confirmé dans la foulée son objectif sur l'année.


Thyssenkrupp a fini en bas du tableau (-2,45% à 21,87 euros). Le groupe d'acier et de technologies continue de payer les frais de la phase de turbulences qu'il traverse depuis le départ surprise de son patron et du président du conseil de surveillance le mois dernier.


La banque italienne BMPS a confirmé vendredi son  redressement amorcé en début d'année, en dégageant un nouveau bénéfice net au deuxième trimestre, même si le travail s'annonce encore long et difficile pour ses dirigeants. La Monte dei Paschi di Siena, qui a bénéficié d'un sauvetage public, a annoncé un profit net de 100,9 millions d'euros, contre une perte de 3 milliards un an plus tôt. Ce résultat est néanmoins un peu moins bon qu'attendu, puisque les analystes tablaient sur 115 millions d'euros, selon le consensus du fournisseur de services financiers Factset.


L'exploitant de pipelines Enbridge (ENB, 46,65$) a déclaré un bénéfice de 1,07 milliard $ au deuxième trimestre, période lors de laquelle il a cherché à vendre un certain nombre d'actifs secondaires pour réduire sa dette. Le bénéfice de la société basée à Calgary s'est élevé à 0,63 $ par action, comparativement à 919 millions $ ou 0,56 $ par action au deuxième trimestre de 2017. Les deux trimestres tenaient compte d'un certain nombre de facteurs inhabituels. Le bénéfice ajusté s'est établi à 0,65 $ par action, en hausse par rapport aux 0,41 $ affichés au cours de la même période l'an dernier. Il a par ailleurs surpassé les attentes des analystes, qui avaient prédit 0,53 $ par action, selon Thomson Reuters Eikon. Au cours du trimestre, la société a annoncé des accords de vente d'actifs non essentiels d'une valeur de 7,5 milliards de dollars, ce qui a été nettement supérieur à son objectif initial de 3 milliards $. Enbridge a annoncé en mai qu'elle obtiendrait près de 3,2 milliards $ en vendant des installations d'énergie renouvelable et des actifs de collecte et de traitement de gaz naturel aux États-Unis. 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Les fondamentaux, la chimie et le mental

09/11/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Quoi faire quand la Bourse se met à faire du yo-yo ? Surtout pas ceci...

À la une

Pourquoi le dollar américain est-il si fort?

Le billet vert approche du sommet de 2002 grâce à plusieurs facteurs favorables, mais gare aux spéculateurs.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

Alain Bellemare veut garder sa production d'avions régionaux

13:50 | AFP

« Il n’y a que deux joueurs dans l’industrie » dans ce créneau, « Embraer et [Bombardier] », dit-il.