Tesla forme un comité spécial pour étudier son retrait de la Bourse

Publié le 14/08/2018 à 09:56

Tesla forme un comité spécial pour étudier son retrait de la Bourse

Publié le 14/08/2018 à 09:56

Par AFP

[Photo: Getty Images]

Tesla a annoncé mardi avoir formé un comité spécial pour étudier son possible retrait de la Bourse mais n'a toujours pas reçu de proposition formelle de son PDG Elon Musk, à l'origine de ce projet.


Le comité sera composé de Brad Buss, Robyn Denholm et Linda Johnson Rice, trois membres du conseil d'administration.


Il lui reviendra d'évaluer et de se prononcer sur le projet de retirer Tesla de la Bourse, d'en négocier les termes et d'évaluer des alternatives si besoin, est-il précisé dans un communiqué.


Ce comité spécial affirme toutefois n'avoir «pas encore reçu une proposition formelle de M. Musk au sujet de la transaction portant sur le retrait de la cote et n'est (par conséquent) pas encore parvenu à une conclusion sur (...) la faisabilité d'une telle opération», indique encore Tesla.


Le groupe ajoute que le comité s'est attaché les services du cabinet d'avocats américain Latham & Watkins LLP pour le conseiller dans cette affaire et prévoit de recruter un conseil financier indépendant pour l'aider à examiner toute proposition financière qu'il recevra.


Ces informations mettent une pression supplémentaire sur Elon Musk, qui a affirmé lundi, dans un post de blog, avoir mené des discussions avec le fonds souverain d'Arabie saoudite PIF. Ce dernier, selon le milliardaire, aurait promis de financer un retrait de Tesla de la Bourse et lui aurait même suggéré l'idée.


M. Musk, 47 ans, habitué des polémiques, est dans la ligne de mire du gendarme de la Bourse, la SEC, pour avoir affirmé sur Twitter le 7 août avoir «sécurisé le financement» pour retirer Tesla de Wall Street au prix de 420 dollars le titre.


Une telle opération nécessiterait au moins 50 milliards de dollars même si Elon Musk gardait sa participation de 20%.


La plupart des grandes banques de Wall Street, incontournables pour une telle opération parce qu'elles sont censées prêter les fonds, ont découvert le tweet en même temps que le reste de la communauté financière, ont indiqué à l'AFP des sources bancaires.


Ces mêmes sources font également savoir qu'il est peu probable que des firmes prêtent des dizaines de milliards de dollars à Tesla, qui brûle environ un milliard de dollars par trimestre et n'a toujours pas dégagé de bénéfice sur une année entière depuis sa création en 2003.


Le groupe, qui a certes transformé la voiture en objet technologique, rencontre en outre des problèmes de production avec son Model 3, censé en faire un constructeur automobile de masse.


Elon Musk a par ailleurs indiqué sur Twitter dans la nuit de lundi à mardi s'être attaché les services de conseils financiers, dont la banque Goldman Sachs, pour l'aider à mener à bien son projet, qui permettrait à Tesla de ne plus être soumis à la pression permanente des marchés.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

Sur le même sujet

Tesla dans le viseur de la justice américaine

18/09/2018 | AFP

L'enquête porte sur un tweet controversé du PDG de Tesla, Elon Musk.

L'Arabie saoudite investit à nouveau dans les voitures électriques

17/09/2018 | AFP

C'est le constructeur automobile américain Lucid Motors qui a reçu cette enveloppe d'un milliard de dollars.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: