Tarifs Trump: le Québec pourrait en profiter, selon des analystes

Publié le 02/03/2018 à 10:42

Tarifs Trump: le Québec pourrait en profiter, selon des analystes

Publié le 02/03/2018 à 10:42

Par François Pouliot

L'imposition d'un tarif de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur celles d'aluminium aux États-Unis aurait vraisemblablement des effets bénéfiques pour Alcan et l'Iron Ore.


C'est ce qu'estiment les analystes Edward Sterck et David Gagliano dans une note de recherche de BMO Marchés des capitaux.


Donald Trump a indiqué jeudi son intention de promulguer des taxes spéciales sur les importations d'acier et d'aluminium en invoquant des raisons de sécurité nationale. Le président a laissé entendre que l'acier pourrait être touché à hauteur de 25% et l'aluminium à hauteur de 10%. Plus de détails doivent être communiqués la semaine prochaine.


Les deux analystes couvrent le titre de Rio Tinto, société mère de l'Iron Ore Company (IOC) et d'Alcan.


«Nous ne voyons pas d'implications significatives pour les activités dans le fer alors que l'essentiel de la production de Pilbara va en Chine et qu'IOC expédie en Europe. Il pourrait même y avoir des bénéfices si les fourneaux européens décident de sécuriser des approvisionnements pour contrebalancer la réduction des approvisionnements provenant de l'acier recyclé américain», écrivent-ils.


Sur l'aluminium, ils reconnaissent que 75% de la production est exportée aux États-Unis. Mais messieurs Sterck et Gagliano ne croient pas que les États-Unis ont suffisamment de flexibilité pour augmenter leur capacité de production à court terme. «Ils devront continuer à importer de l'aluminium canadien (québécois), payer la taxe de 10% et la refiler au consommateur», font-ils valoir, en soulignant que le prix de l'aluminium devrait en outre augmenter régionalement et contribuer à hausser les revenus de Rio Tinto de 1% et son bénéfice d'exploitation de 2%.


Substitution favorable


À plus long terme, les tarifs étant plus élevés sur l'acier que sur l'aluminium, BMO estime que l'on pourrait assister à un certain phénomène de substitution en faveur de l'aluminium dans des industries comme celle de l'automobile.


Malgré les gains potentiels pour les producteurs de fer et d'aluminium d'ici, les analystes voient un risque de volumes dans la possibilité que les tarifs ne viennent nuire au programme d'infrastructures américain et ne créent un ralentissement de l'économie mondiale.


La Compagnie minière IOC est l’un des principaux fournisseurs canadiens de boulettes et de concentré de minerai de fer. Elle possède une mine, un concentrateur et une usine de bouletage à Labrador City (Terre-Neuve-et-Labrador), de même que des installations portuaires à Sept-Îles.


Alcan possède des usines à Alma, Arvida, Sept-Iles, et Rio Tinto a une participation de 25% dans l'usine de Bécancour d'Alcoa.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

Rio Tinto perd 866M$ en 2015, charcute son dividende et ses dépenses

11/02/2016 | AFP

«Dans un contexte très difficile, Rio Tinto a réalisé une performance solide».

Exclusif - Toute la vérité sur l'avenir de la Maison Alcan

05/01/2016 | Matthieu Charest

Il n’y aura aucune démolition, même partielle, de la Maison Alcan, a révélé la firme d’architectes derrière le projet.

À la une

Hydro-Québec réclame des tarifs «dissuasifs» pour la crypto

BLOGUE. L'énergéticien demande de tripler le prix du kilowattheure pour décourager l’industrie blockchain.

Gestion de l’offre: ce que Trump et cies ne vous disent pas

16/06/2018 | François Normand

ANALYSE GÉOPOLITIQUE - Un débat d’idées est le bienvenu, mais encore faut-il considérer tous les éléments. Les voici.

Les Bourses au rouge, sur fond de début de «guerre froide commerciale»

15/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

«On savait que la menace de tarifs sur la Chine était réelle mais on pensait que Washington allait finir par négocier»