Sur LesAffaires.com cette semaine: RIM se fait éjecter, Transat se relève

Publié le 14/12/2012 à 14:43, mis à jour le 16/12/2012 à 23:47

Sur LesAffaires.com cette semaine: RIM se fait éjecter, Transat se relève

Publié le 14/12/2012 à 14:43, mis à jour le 16/12/2012 à 23:47

Par Yannick Clérouin

Research In Motion risque de connaître une semaine plus difficile après la remontée de la semaine dernière. Photo: Bloomberg

Les semaines se suivent, mais ne se ressemblent pas pour Research In Motion. Si le fabricant du BlackBerry a connu une de ses meilleures séquences en Bourse depuis belle lurette (+6%) la semaine dernière, il risque de souffrir au cours des prochains jours.


La Bourse Nasdaq a indiqué ce week-end que l'action de RIM sera retirée de l'indice Nasdaq 100 le 24 décembre. RIM figure parmi les dix sociétés à sortir du Nadaq 100 à l'occasion de la révision annuelle des entreprises qui composent l'indice.


L’entreprise de Waterloo dévoilera par ailleurs jeudi ses résultats du troisième trimestre terminé en novembre. Anil Doradla, analyste chez William Blair, anticipe un très faible trimestre. Il souligne dans une récente note que la présente génération d’appareils de RIM se vend peu en Amérique du Nord. Certains détaillants ont même retiré ces téléphones de leurs tablettes.


Il prévoit une perte de 0,48 $ US par action, contre 0,35 $ US l'action pour l’ensemble des analystes. Cela dit, les résultats du troisième trimestre ont une importance relative. Les investisseurs attendent surtout le BlackBerry 10, dont le lancement est prévu d'ici la fin mars.


Transat A.T. dévoilera aussi ses résultats du quatrième trimestre jeudi. Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, pense que le voyagiste montréalais a de bonnes chances de surpasser les prévisions grâce à la réduction de sa capacité et à la vigueur des prix sur les liaisons transatlantiques. Il table sur un profit de 0,44$ l'action, un cent de plus que la moyenne des analystes.


M. Doerksen est plus pessimiste pour la cruciale saison hivernale. Même si Transat a diminué sa capacité, celle de l’industrie dans son ensemble semble vouloir demeurer la même. Un contexte défavorable pour les prix que Transat peut demander à ses clients.


Précipice fiscal: la course contre la montre


SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Procter & Gamble, ou ce qu'il faut éviter de faire de son portefeuille

24/10/2014 | Philippe Leblanc

BLOGUE. Hier matin, le géant Procter & Gamble a annoncé qu’il comptait se séparer de sa ...

Les marchés doivent-ils craindre l'Ebola?

24/10/2014 | Pierre Czyzowicz

BLOGUE. L'épidémie actuelle d'Ebola est la plus importante depuis la découverte du virus en 1976. Au-delà de la tragédie humaine, quels sont les impacts financiers et économiques?

La marche est haute pour les Québécoises BRP et Uni-Sélect

Face à leurs rivales Polaris et O'Reilly, la marche est vraiment haute pour BRP et Uni-Sélect.