Sept Québécoises qui ont acquis gros en 2012

Publié le 23/12/2012 à 00:00

Sept Québécoises qui ont acquis gros en 2012

Publié le 23/12/2012 à 00:00

slide-image

Sept Québécoises qui ont acquis gros en 2012

Une belle brochette d’entreprises québécoises sont sorties de leur zone de confort en 2012 pour réaliser des transactions majeures, la majorité à l’étranger. Quatre transactions sont milliardaires ; deux ont reçu l’appui financier de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Voici un aperçu de leur potentiel et de leurs risques.

Sept Québécoises qui ont acquis gros en 2012
slide-image

Groupe Saputo – Morningstar Foods – 1,45 milliard US – 3 décembre 2012

En acquérant le producteur américain de crèmes de toutes sortes, Groupe Saputo fait une première percée hors du marché du fromage aux Etats-Unis. La transaction record est surtout rentable parce que le transformateur laitier peut emprunter à bon prix pour acheter des actif à un prix inférieur auquel ses propres actions s’échangent, tout en bénéficiant du traitement fiscal avantageux d’un achat d’actifs. La transaction a aussi une valeur stratégique puisque Saputo pourra fabriquer ses produits où bon lui semble en Amérique du Nord, si jamais le système de gestion du lait changeait. Irene Nattel, de RBC,  augmente ses prévisions de bénéfices de 11 % à 3,35 $ par action pour 2014 et fixe son cours-cible à 52 $. Principal bémol : l’action de Saputo est aussi chèrement évaluée que certains des géants des aliments Nestlé ou Kraft.

Groupe Saputo – Morningstar Foods – 1,45 milliard US – 3 décembre 2012
slide-image

Stella-Jones – McFarland Cascades – 250 millions US – 30 novembre 2012

Le fabricant de chemins de traverse consolide davantage son industrie avec l’achat record du fabricant américain de poteaux McFarland Casdades et franchit le cap du milliard de revenus. Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, prévoit des synergies de 8 à 10 millions de dollars, d’ici 18 à 24 mois. La transaction ajoutera 10 % au bénéfice prévu de Stella-Jones, en 2014, qui passe à 5,79 $ par action, avant les synergies. Malgré le bond de 25 % de l’action depuis la transaction, le titre peut encore s’apprécier de 12 % à 87 $, estime l’analyste. Le premier rang de son industrie et la qualité de ses dirigeants justifient un multiple cours-cible de 15 fois les bénéfices de 2014. Ayant en bonne partie déjà consolidé l'industrie des traverses et des poteaux, avec plus du tiers de ces deux marchés en Amérique du Nord, Stella-Jones approche du moment où elle remplacera la croissance par des dividendes élevés.

Stella-Jones – McFarland Cascades – 250 millions US – 30 novembre 2012
slide-image

Alimentation Couche-Tard – Statoil Fuel & Retail – 2,8 milliards US – 19 juin 2012

Statoil Fuel & Retail (SFR) contribue déjà près du tiers du bénéfice d’exploitation de l’entreprise lavalloise. Alimentation Couche-Tard prévoit des synergies de 300 millions de dollars d’ici trois ans, incluant la réduction de sa facture d’impôts. L’achat record de l’exploitant norvégien de stations d’essence offre du potentiel particulièrement si elle sert de tremplin pour d’autres achats en Europe, fait valoir Michael Simpson, gestionnaire de portefeuilles chez Sentry Select. Dans cinq ans, on peut imaginer un bénéfice de 5 à 6 $ US par action et un titre de 70 à 90 $, dépendant du multiple d’évaluation, indique Sebastian Van Berkom, président de Van Berkom et Associés. L’évaluation d’Alimentation Couche-Tard n’a pas bougé depuis l’achat de SFR. Pourtant, la croissance potentielle de ses bénéfices double. Martin Landry de GMP table sur une progression annuelle composée de 24 % de ses bénéfices, au cours des trois prochaines années.

Alimentation Couche-Tard – Statoil Fuel & Retail – 2,8 milliards US – 19 juin 2012
slide-image

Cogeco Câble – Atlantic Broadband – 1,35 milliard US – 18 juin 2012

Le câblodistributeur aura fort à faire pour convaincre les investisseurs du potentiel de l’acquisition du 12e câblodistributeur américain, comme en témoigne la chute de 23 % de son action en 2012. Non seulement la transaction double le ratio d’endettement de Cogeco Câble à 3,1 fois son bénéfice d’exploitation, la société aura besoin d’acquérir d’autres câblodistributeurs régionaux pour la rentabiliser étant donné le fort multiple d’évaluation payé. La transaction survient au moment où Cogeco Câble dépense 63 millions de dollars pour son service de réseautage aux entreprises, encore déficitaire. L’action de Cogeco est bon marché, croit Dvai Ghose, de Canaccord Genuity, mais elle risque de le rester « tant que la contribution d’Atlantic Broadband ne sera pas plus tangible ».

Cogeco Câble – Atlantic Broadband – 1,35 milliard US – 18 juin 2012
slide-image

Genivar – WSP Group – 442 millions – 7 juin 2012

Il est encore tôt pour juger de l’achat la firme britannique de génie-conseil de 9 000 employés, qui a bénéficié d’un appui financier de 100 millions de dollars de la Caisse de dépôt et placement du Québec. WSP alimente déjà les revenus, les flux de trésorerie et les marges de Genivar, mais la demande pour les services de génie-conseil faiblit un peu partout dans le monde, accentuant la concurrence, ce qui fait baisser les marges, indique Yuri Lynk, de Canaccord Genuity. L’analyste suivra de près l’implantation du programme de gestion des clients mondiaux de WSP chez Genivar. Ce système d’intelligence d’affaires vise à vendre plus de services aux plus gros clients. La mise en commun des spécialités et des marchés complémentaires recèle un bon potentiel à long terme, mais l’action de Genivar est déjà bien évaluée par rapport à ses perspectives de bénéfices pour 2013 et 2014, juge M. Lynk.

Genivar – WSP Group – 442 millions – 7 juin 2012
slide-image

Groupe CGI – Logica S.A. – 2,8 milliards – 31 mai 2012

Le fournisseur britannique de services en TI compte pour 57 % des revenus de l’entreprise québécoise. Le titre de CGI titre devient donc en quelque sorte otage au redressement de Logica, note Paul Treiber, de RBC Marchés des capitaux. L’analyste a réduit son cours-cible de 30 à 26 $. Kris Thompson, de la Financière Banque Nationale, juge au contraire que la faiblesse récente de l’action de CGI crée l’occasion d’acheter son titre à bon prix (de 9 fois les bénéfices projetés en 2014) pour profiter de l’intégration de Logica. CGI vise toujours des synergies de 300 millions de dollars par année d’ici 2015, et un ajout de 25 à 30 % à ses bénéfices d’ici 12 mois, précise Scott Penner, de TD Valeurs mobilières. CGI entend se départir ou renégocier les contrats moins performants de Logica. À la fin de janvier, les résultats du premier trimestre de CGI préciseront si la faiblesse des ventes de Logica était saisonnière ou pas. L’acquisition, qui a reçu l’appui financier d’un milliard de dollars de la Caisse de dépôt et placement, double le chiffre d’affaires de CGI.

Groupe CGI – Logica S.A. – 2,8 milliards – 31 mai 2012
slide-image

Intact Corporation financière - Jevco Assurance – 530 millions – 3 mai 2012

L’assureur général compte tirer des synergies de 15 millions de dollars de l’intégration de l’assureur spécialisé de Montréal Jevco. Ces économies s’ajoutent à celles de 113 millions de dollars attendues de l’acquisition en 2011 d’AXA Canada, après 2013. Ensemble les deux transactions ont fait passer sa part de marché de 11 à 17 % et rapprochent Intact de son objectif de 24 %. Ces achats aident aussi l’assureur à atteindre ses objectifs de croissance annuelle moyenne de 10 % de ses bénéfices à long terme, et un rendement de l’avoir 5 % supérieurs à celui de ses concurrents, à un moment où les réclamations pour catastrophe sont élevées et où les primes d’assurance automobile augmentent moins que prévu. Intact dispose d’encore 598 millions de capital superflu pour poursuivre la consolidation son industrie. La société doit continuer à livrer des rendements supérieurs à ses semblables pour continuer à mériter son évaluation plus élevé, note Doug Young, de Valeurs mobilières TD, qui établit un cours-cible de 69 $.

Intact Corporation financière - Jevco Assurance – 530 millions – 3 mai 2012
Par Dominique Beauchamp

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Bombardier se bat contre Hitachi pour mettre la main sur une division de Finmeccanica

18/08/2014 | Dominique Froment

Bombardier vise croître dans le marché de la signalisation et serait bien placée pour acheter la société italienne.

Google acquiert Jetpac, start-up américaine d'analyses de photos

16/08/2014 | AFP

Google va racheter Jetpac, développeur américain d'une application mobile d'analyse de photos pour ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

L'immobilier et ses rendements infinis

22/08/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. Comment financer avec créativité vos acquisitions à 100%.

Lumenpulse gagne un quatrième admirateur en Scotia

Un nouvel analyste amorce le suivi de Lumenpulse avec un cours-cible de 24 $.

Métaux: dure semaine pour l'or, le palladium à un sommet de 13 ans

09:30 | AFP

L'or a dégringolé cette semaine, plombé par un renforcement du dollar, tandis que le palladium profite de l'incertitude.