Rogers épate, mais son action avait déjà prévu le coup

Publié le 19/07/2018 à 11:32

Rogers épate, mais son action avait déjà prévu le coup

Publié le 19/07/2018 à 11:32

Par Dominique Beauchamp

[Graphique: Thomson Reuters Datastream]

Il fallait s’y attendre. Après un bond de 19,2% entre le 23 mars et le 18 juillet, l’action de Rogers Communications reste de glace devant les résultats «exceptionnels» du deuxième trimestre.


L’action de Rogers (RCI.B, 65,84$) fléchit de 1,8% à l’ouverture parce que le fournisseur sans-fil n’a pas haussé ses perspectives annuelles bien qu’il ait fracassé les attentes à plusieurs égards, à mi-parcours.


«Nous sommes surpris que les dirigeants n’aient pas relevé leur aperçu», déplore Philip Huang, de Barclays, dans une notre préliminaire.


Après tout, l’ajout de 122000 abonnés sans-fil est son meilleur score en neuf ans pour un deuxième trimestre.


Le bénéfice d’exploitation consolidé a bondi de 8,3% à 1,5 milliard de dollars.


Le bénéfice par action de 1,07$ a dépassé les attentes par 0,03$ par action.


Rogers surpasse les prévisions, tant dans le sans-fil que le câble.


Le taux de désabonnement du sans-fil, de 1,01% au deuxième trimestre, est le meilleur en neuf ans, signale Maher Yaghi, de Desjardins Marché des capitaux.


Des coupes de coûts ont aussi contribué au bond de 12,5% à du bénéfice d’exploitation de la division sans-fil, à 1,03 milliard de dollars.


Le revenu mensuel moyen par abonné a aussi augmenté de 4,3%, à 64,80$ alors que les analystes avaient prévu 64,46$.


La croissance ajustée de 3,3% de ces revenus, sans la perte d’un contrat gouvernement, marque toutefois une décélération par rapport au premier trimestre.


Autre fait d’arme: à l’ère du débranchement, le câble a accru ses revenus et son bénéfice d’exploitation de 1,5%.


Rogers a perdu 9000 abonnés, soit la moitié moins que les pertes de 18000 prévues par M. Yaghi.



« Rogers a ajouté 23000 clients à son service d’accès internet, presque deux fois le consensus de 12600 et le plus fort nombre depuis 2005. »


En attendant l’appel conférence, M. Huang ne touche pas à son cours-cible de 68$.


«Rogers a rattrapé le multiple d’évaluation de son industrie, mais son cours offre encore un bon point d’entrée puisque la croissance du bénéfice d’exploitation dépassera celle de son industrie cette année», indique M. Yaghi, qui fixe son cours-cible à 70$.


Aravinda Galappathige de Canaccord Genuity qui avait fait de Rogers son titre favori dans l’industrie, laisse entendre que la société pourrait relever ses objectifs annuels


«Rogers n’a qu’à accroître son bénéfice d’exploitation d’à peine 3,6% au deuxième semestre pour atteindre le haut de sa fourchette de 5 à 7%», dit-il.


Son cours-cible reste à 69$.


 

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

MTY: deux autres achats mineurs dans son assiette

MTY s'offre une quatrième chaîne de hamburgers gastronomiques, mais les analystes attendent de plus gros achats.

Bourse: Grincheux gâche le décompte de Noël

BLOGUE. Les pros n'ont pas l'humeur à la fête après six semaines de spasmes qui ont évaporé les gains de l'année.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Il y a 57 minutes | LesAffaires.com et AFP

Paris a appelé jeudi les «gilets jaunes» à «ne pas manifester» pour un cinquième samedi consécutif.

Titres en action: Apple, Huawei, Google...

Mis à jour il y a 37 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Comment rendre (enfin) harmonieuses vos journées de travail?

BLOGUE. L'idée, c'est d'apprendre à prendre son temps...