ProMetic gagne 25%, mais reste sous-évaluée selon son PDG

Publié le 29/08/2017 à 16:37

ProMetic gagne 25%, mais reste sous-évaluée selon son PDG

Publié le 29/08/2017 à 16:37

Par lesaffaires.com

Graphique: Morningstar

Le titre de la biopharmaceutique ProMetic Sciences de la Vie(PLI, 1,50$) a beau avoir bondi de près de 25% mardi, il reste encore sous-évalué soutient son président et chef de la direction, Pierre Laurin.


S’exprimant sur les ondes de la chaîne financière BNN, le PDG a souligné que ProMetic souffrait d’un écart important au chapitre de l’évaluation entre les entreprises américaines comparables et la sienne.


«Quand je suis aux États-Unis, les analystes me demandent pourquoi ProMetic n’obtient pas une valeur boursière de 5G$, alors qu’au Canada, on me demande comment elle peut valoir un milliard de dollars avec des revenus de seulement 20M$.»


M. Laurin attribue cet écart au fait qu’il y a moins d’analystes chevronnés qui couvrent le secteur de la santé au Canada que ce n’est le cas aux États-Unis.


Comme ProMetic ne sera pas rentable avant encore deux ou trois ans, elle ne doit donc pas être évaluée sur la base du ratio cours/bénéfice, soutient-il.


Le titre de l’entreprise qui met au point divers traitements avait fondu de 45% en 2017 avant le rebond de mardi.


L’obtention de la part de l’autorité américaine de la santé, la Food and Drug Administration, d’une désignation de maladie pédiatrique rare pour le Ryplazim, une thérapie de remplacement du plasminogène pour les patients atteints de déficience congénitale en plasminogène, semble avoir ravivé l’espoir.


Neil Maruoka, de Canaccord Genuity, croit que ProMetic a de bonnes chances d’obtenir de la FDA un bon pour révision prioritaire de maladie pédiatrique rare. Une révision prioritaire permet de réduire de 10 à 6 mois la période d’analyse du traitement.


Ces bons de révision prioritaire sont transférables à une autre entreprise. Ils se sont par le passé vendus pour 100M$US.


Aux yeux de l’analyste, cet actif revêt une grande valeur pour ProMetic, car il atténue la nécessité pour l’entreprise de recueillir d’autres fonds nécessaires au financement de ses activités, notamment par une émission d’actions.


Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que le Ryplazim reçoive le feu vert de la FDA rapidement, avertit l’analyste. L’organisme de réglementation a demandé des renseignements additionnels au sujet du traitement, ce qui devrait reporter toute approbation au plus tôt au début de 2018.


L’analyste réitère sa recommandation d’achat pour le titre et sa cible de 4,25$, ce qui laisse entrevoir un rendement potentiel de 254%.


L’entreprise présente toutefois des risques importants, notamment parce qu'elle consomme d'abondantes liquidités pour développer de front plusieurs traitements.


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

Les fondamentaux, la chimie et le mental

09/11/2018 | Daniel Germain

BLOGUE. Quoi faire quand la Bourse se met à faire du yo-yo ? Surtout pas ceci...

À la une

Pourquoi le dollar américain est-il si fort?

Le billet vert approche du sommet de 2002 grâce à plusieurs facteurs favorables, mais gare aux spéculateurs.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

Le ménage n'est pas terminé dans les dépenses de Bombardier

Mis à jour il y a 17 minutes | AFP et La Presse Canadienne

Bombardier continuera de produire les CRJ, mais devra encore réduire la taille de l'entreprise.