Nestlé avale Atrium Innovations, le fonds Permira quadruple sa mise

Publié le 05/12/2017 à 14:52

Nestlé avale Atrium Innovations, le fonds Permira quadruple sa mise

Publié le 05/12/2017 à 14:52

Par Dominique Beauchamp

Pour la deuxième fois en quatre ans, le fournisseur québécois de suppléments Atrium Innovations, mieux connu pour ses marques Garden of Life et Pure, change de mains.


Et ce n'est rien de moins que le géant alimentaire suisse Nestlé qui offre 2,9 milliards de dollars comptant aux actionnaires qui incluent le fonds britannique Permira avec 75% ainsi que la Caisse de dépôt et placement du Québec et le Fonds de solidarité de la FTQ avec chacun 12,5% de actions.


Si l’on se fie au prix de 1,1 milliard de dollars payés par Permira pour son bloc de 75% des actions d'Atrium en 2013, ainsi que la diminution de la dette d'Atrium depuis quatre ans, ce fonds d’investissement a plus que qradruplé sa mise, avant les frais.


Au Fonds de solidarité de la FTQ, le porte-parole Patrick McQuilken a refusé de dévoiler la plus-value payée par Nestlé, en terme de multiple d'évaluation, mais il a confirmé qu’il s’agissait bien d’une «excellente transaction» pour le fonds.


M. McQuilken a aussi insisté pour dire que Nestlé est le «partenaire idéal pour faire croître Atrium et l’amener plus près de son plein potentiel».


Atrium sera exploitée comme une division distincte au sein de Nestlé, ce qui ne met pas en danger ses activités et ses emplois locaux, a-t-il aussi évoqué, en rappelant que le géant suisse est implanté au Québec depuis 100 ans et exploite notamment l'usine Galderma à Baie d’Urfé.


Ces assurances de la part de Nestlé n’étaient pas une condition à la transaction, «puisque nous évaluons toujours l’ensemble d'un dossier», a M. McQuilken.



« Les fonds récoltés par le Fonds de la FTQ dans ce rachat pourront financer d’autres investissements dans l’industrie locale des sciences de la vie. »


Même écho de la Caisse de dépôt qui assure que Nestlé a l’intention de profit sur le savoir-faire et des installations d’Atrium à Montréal et à Québec, tout en faisant profiter la société de son réseau pour croître à l’international.


«Il n’y a pas d’inquiétudes à ce sujet», a répété porte-parole Maxime Gagnon.


Actionnaire depuis au moins 2011, la Caisse engrangera environ 360M$ de la transaction qui devrait se clore au premier trimestre de 2018.


Rejoint au téléphone l’ex-PDG d’Atrium Pierre Fitzgibbon, encore un petit actionnaire passif, a paru surpris par l’offre de Nestlé et a préféré ne pas commenter concernant ses répercussions potentielles.


Atrium qui emploie quelque 1400 personnes dans le monde (dont 225 au Canada et 100 au Québec) aurait réalisé des revenus de 700 millions de dollars en 2017, soit 48% de plus qu’au moment de son rachat en 2013.


«Ce nouveau chapitre excitant qui commence pour Atrium n’aurait pas été possible sans notre partenariat réussi avec Permira qui a fait profiter Atrium de de son savoir-faire et de ses multiples contacts un peu partout dans le monde», a déclaré le PDG Peter Luther, par voie de communiqué.


M. Luther se dit fier de ses accomplissements et heureux de poursuivre sa croissance dans la division Nestlé Health Sciences.


«Le portefeulle d’Atrium agrandira notre gamme de produits avec des solutions à valeur ajoutée telles que les probiotiques, la nutrition à base de protéines végétales, les substituts de repas et une vaste gramme de multi-vitamines», a pour sa part déclaré Greg Behar, directeur de Nestlé Health Sciences, aussi par voie de communiqué.


Nestlé a amorcé un repositionnement de ses activités, réclamé par certains investisseurs. Le virage s’est accentué depuis l’arrivée de l’Allemand Ulf Mark Schneider à la tête du groupe au début de l’année.


En mai, Nestlé s’était dit disposée à céder ses activités de confiserie aux États-Unis.


Le groupe suisse a ensuite multiplié les petites acquisitions et les prises de participation afin de se renforcer dans les plats préparés végétariens et les cafés haut de gamme.


La transaction milliardaire a fait grimpé l'action de l'autre fabricant canadien de vitamines et de suppléments Jamieson Wellness (JWEL, 22$) de 2,7% jusqu'à un nouveau sommet de 22,46$, en cours de séance.


Jamieson est entrée en Bourse le 28 juin au prix de 15,75$ dans une émission d'actions de 300 millions de dollars. 


 

À suivre dans cette section


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

11/12/2018 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

11/12/2018 | François Normand

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

11/12/2018 | Martin Jolicoeur

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.