L'onde de choc de Walmart atteint le Canada

Publié le 20/02/2018 à 15:41

L'onde de choc de Walmart atteint le Canada

Publié le 20/02/2018 à 15:41

Par Dominique Beauchamp

Les réverbérations de la chute en Bourse de 10% de l’action de Wal-Mart Stores, la pire depuis 1988, se répandent jusqu’au Canada, mais pas pour les mêmes raisons qu’au Sud de la frontière.


Aux États-Unis, Wal-Mart Stores(WMT, 94,11$US) est punie pour des résultats et des perspectives pas tout à fait à la hauteur des attentes, ce qui soulève de nouveaux doutes concernant les coûts de son combat contre le titan Amazon(AMZN, 1457,02$US), de Jeff Bezos. Sa marge d'exploitation a atteint un plancher de 3,3% au quatrième trimestre.


Par contre, la hausse de 2,6% des ventes comparables au quatrième trimestre est supérieure au consensus de 2,0%, tout comme la fréquentation du magasin et la facture moyenne.


Le bond de 23% des ventes en ligne, qui ralentit un peu par rapport au rythme insoutenable de plus de 50% affiché par le détaillant lors du trimestre précédent, semble avoir servi de prétexte à des prises de profits.


Pour l’exercice 2018, le principal employeur américain prévoit un bénéfice de 4,75 à 5$US par action, inférieur au consensus de 5,13$US qui misait sur un taux d’imposition de 26% au lieu de celui de 24% prévu par les analystes.


Pour l’ensemble de l’année, les ventes en ligne, incluant celles de sa nouvelle filiale Jet.com, qui cible les consommateurs urbains, ont avancé de 44%.


En 2018, Wal-Mart prévoit toujours une progression de 40% de ces ventes.


Son recul s'est amplifié lorsque le grand détaillant phare a indiqué qu'il ne fournirait plus d'orientations financières à chaque trimestre aux analystes.


Il faut dire que l’action de Wal-Mart avait bondi de plus de 50% depuis 12 mois.


Le recul de Wal-Mart a contaminé les titres de rivaux tels que Target(TGT, 72,98$US) et Kroger( 27,33$US), qui perdent 4% et 5%,respectivement, ainsi que ceux de fournisseurs tels que Clorox(CLX, 128,91$US) et Pinnacle Foods(PF, 56,48$US), dont les titres se replient 2 et de 3%, en cours de séance.



Au Canada, le mouvement atteint légèrement les titres des trois épiciers, Loblaw(L, 65,76$), Metro(MRU, 39,78$) et Empire/Sobeys/IGA(EMP.A, 23,35$), qui fléchissent de 0,3% à 0,6%, mais pour des motifs contraires.


En effet, Walmart Canada a très bien fait au quatrième trimestre, indique Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux. Ses ventes comparables ont bondi de 2,9% et sa facture moyenne de 1,5%.


«Walmart a investi dans ses bas prix, réduisant sa marge brute, mais le détaillant a réussi à exploiter son levier opérationnel pour faire croître son bénéfice d’exploitation», explique M. Howlett, dans une courte note.


Les marchandises en stocks ont notamment diminué malgré le bond de 3,4% de son chiffre d’affaires total.


Walmart estime avoir encore ajouté 0,60% à sa part du marché dans les aliments, les produits de consommation courante et de santé-beauté, lors des douze semaines terminées le 27 janvier.


Le détaillant augmente peu le nombre de ses hypermarchés (331), mais continue d’ajouter l’épicerie à certains magasins conventionnels (79), surtout dans les Maritimes et au Québec.


«Si on s’en tenait à ces seules données, on pourrait dire que les bonnes nouvelles de Walmart Canada sont légèrement négatives pour les épiciers canadiens», conclut M. Howlett.


 


 


 


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

À surveiller: Bombardier, Nemaska et Walmart

16/11/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres de Bombardier, Nemaska et Walmart?

À propos de Walmart et des mégabanques

Édition du 27 Octobre 2018 | Dominique Beauchamp

Plus nous avançons dans le cycle économique et que les taux remontent à la normale, plus les orientations des ...

À la une

Uber Canada: une entreprise en croissance

16:11 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Rob Khazzam est un bon exemple que l'emploi de rêve peut nous être offert quand on s'y attend le moins.

Décarbonisation de l'économie: des occasions réelles de 704 G$

Le marché pour décarboniser l'économie mondiale s'élève à 34 000 G$CA, mais cela ne tient pas compte de la concurrence.

Immobilier: Ivanhoé Cambridge et Claridge reconduisent leur partenariat

Nouvelle enveloppe de 100M$ pour des participations dans des projets immobiliers de Montréal et Québec.