Lassonde: ses perspectives divisent ses deux seuls admirateurs

Publié le 13/08/2018 à 14:40, mis à jour le 13/08/2018 à 16:08

Lassonde: ses perspectives divisent ses deux seuls admirateurs

Publié le 13/08/2018 à 14:40, mis à jour le 13/08/2018 à 16:08

Par Dominique Beauchamp

(Photo: 123rf.com)

Un intéressant duel se dessine entre deux analystes concernant les perspectives du producteur de jus Industries Lassonde (Tor., LAS.A, 265$).


D’un côté, les résultats mitigés du deuxième trimestre font craindre que la récente hausse des coûts ait un effet persistant sur ses marges.


Un deuxième analyste croit plutôt qu’il s’agit d’un simple trimestre de transition avant une hausse des prix de vente prévue en septembre.


Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, réduit son cours-cible de 270 à 260$ alors que Frederic Tremblay, de Desjardins des Capitaux renouvelle son cours-cible de 295$. Un fossé de 11% sépare les deux objectifs.


Au deuxième trimestre, la hausse de 2% des revenus à 390,9 millions de dollars a raté la cible de M. Aghazarian, de 2,2%. La marge a été de 10,2% au lieu du 11,4 % prévu par l’analyste.


Surtout le bénéfice d’exploitation a chuté de 28% à 40 M$ en raison du bond d’une série de coûts dont le cours du concentré d’orange et de pommes (une hausse de 3,5M$) et des frais de transport (de 2,5M$).


Enfin, le bénéfice de 2,59$ par action, en baisse de 7,7%, était aussi 20% inférieur à ses prévisions.


La menace des tarifs commerciaux


Après avoir bénéficié de la baisse du taux d’imposition américain, voilà que les tarifs d’importation potentiels jettent de l’ombre.


Lassonde a stocké des matières premières afin de sécuriser son approvisionnement au prix voulu avant l’imposition potentielle de tarifs sur les concentrés importés aux États-Unis.


Résultat: ses stocks ont atteint un record de 282,8 M$, précisent l’analyste.


«À l’avenir, ses marges pourraient donc être affectées par des tarifs qui touchent de 10 à 15% de ses achats de concentrés», précise M. Aghazarian.


Les frais non récurrents de 1,5M$ associés à l’achat du producteur américain de jus non réfrigérés et surgelés Old Orchard ont aussi affaibli le bénéfice d’exploitation, reconnaît à préciser M. Aghazarian. 


À (re)lire: La patience de Lassonde récompensée avec Old Orchard


Un projet d’investissement majeur aux États-Unis de 30M$ a aussi été reporté à 2019 en raison d’un délai dans les plans d’ingénierie.


«La croissance interne modeste (1,5% prévue en 2018) et les pressions sur les marges qu’entraîne la hausse des prix de la résine, des concentrés de jus et l’imposition de tarifs justifie notre recommandation neutre », écrit l’analyste dont le nouveau cours-cible signifie que le titre ne s’appréciera pas, d’ici 12 mois.


Se projeter en 2019


Chez Desjardins, Frederic Tremblay, n’est pas inquiet, car une hausse des prix de vente prévue en septembre et les synergies d’Old Orchard contribueront dès le prochain trimestre.


«Old Orchard et ses marges de 15% procureront une croissance plus juteuse au bénéfice d’exploitation de Lassonde, tout en comblant son absence du centre des États-Unis», explique l’analyste.


Le deuxième trimestre et le prochain constituent une période de transition jusqu’à ce que la hausse des prix de vente entre en vigueur en septembre. Tremblay s’attend donc à une amélioration notable des résultats au quatrième trimestre.


Il ne touche pas à ses estimés de bénéfies pour 2019 (15,05$ par action) ni au multiple de 10,5 fois le bénéfice d’exploitation accordé.


De plus, Lassonde a la flexibilité financière pour conclure d’autres acquisitions si elle le désirait.


En l’absence de transaction, le ratio qui compare sa dette au bénéfice d’exploitation passerai de l’actuel 2,4 à 1 fois.


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

«Toutes les entreprises peuvent connaître des passages à vide»

Édition du 05 Mai 2018 | Dominique Beauchamp

Les prédictions de Philippe Le Blanc à l'occasion du grand rassemblement autour de l'Oracle d'Omaha.

«À long terme, le tempérament fait toute la différence»

Édition du 05 Mai 2018 | Dominique Beauchamp

Les prédictions d'Alain Robitaille avant le grand rassemblement des actionnaires autour de l'Oracle d'Omaha.

À la une

Goodfood, Desjardins fait grimper le titre de 4%

Goodfood devient un partenaire de choix pour les épiciers et pourrait même devenir une cible d'acquisition.

Le faux débat de l'immigration

Il y a 24 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Je suis fils d’immigrant. Mon père, bourguignon d’origine, est arrivé ...

La métamorphose de Gaz Métro signée Sophie Brochu

11:28 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Énergir adopte une gestion axée sur les clients et les employés.