Bourse: devra-t-on se fier à l'indicateur de janvier?

Publié le 07/01/2015 à 09:33

Bourse: devra-t-on se fier à l'indicateur de janvier?

Publié le 07/01/2015 à 09:33

Par Jean Gagnon

Photo: Bloomberg

La Bourse amorce l’année 2015 sur les chapeaux de roue. Mais pas nécessairement dans la direction souhaitée. Dès lundi, le Dow Jones et le S&P500 perdait 1,8 %, et le S&P/TSX près de 2,5 %. Et le recul s'est poursuivi mardi.


Tandis que le marché haussier s’approche de son sixième anniversaire, la bataille entre les Bulls (optimistes) et les Bears (pessimistes) est très intense en ce début d’année. Doit-on croire que les Bears auront finalement le dessus sur les Bulls cette année?


En début d’année, un des premiers éléments qui retient l’attention des observateurs est l’indicateur de janvier. Cet indicateur soutient simplement que le comportement de la Bourse en janvier se reflètera sur le reste de l’année. Et les chiffres le démontrent assez bien, selon une étude de Bank of America Merrill Lynch.


Depuis 1928, lorsque l’indice S&P 500 affiche un gain en janvier, l’année est positive 80% du temps et le rendement annuel moyen est de 13%. Mais lorsque janvier affiche un rendement négatif, l’indice termine l’année en hausse que 44% du temps, et le rendement annuel moyen est négatif, soit de 1,9%.


Une autre variante de l’indicateur de janvier consiste à tenir compte uniquement des cinq premières séances de négociations. Dans ce cas, toujours depuis 1928, lorsque que l’indice S&P 500 monte durant ces premiers jours, il termine l’année en hausse 74% du temps, pour un gain annuel moyen de 10,4%. Mais lorsqu’il recule au cours de cette période, il termine l’année en baisse 52% du temps, pour un faible rendement annuel moyen de 1,8%.


Avant de parier trop fort sur cet indicateur, rappelons qu’il n’a pas été révélateur en 2014. Malgré un recul significatif durant les premières semaines de janvier, le S&P 500 a terminé l’année en hausse de plus de 11%.


Tendance positive


Un autre phénomène qui pourrait contrarier à nouveau cette année l’indicateur de janvier est celui de l’année qui se termine par un 5, tel 2015. Depuis 1895, à chaque année se terminant par un 5 (il y en a eu 13), l’indice S&P 500 a terminé l’année à la hausse, le gain variant entre 1% et 39%, rappelle Ron Meisels, président de Phases & Cycles et spécialiste de l’analyse technique.


Au-delà de la volatilité des derniers jours, la tendance demeure positive, selon M. Meisels. «Les principaux indices boursiers américains sont toujours au-dessus de leur moyenne mobile de 200 jours, et celle-ci conserve une pente ascendante», dit-il.


Quant au sentiment des investisseurs, on ne retrouve pas encore l’état euphorique qui précède généralement les grands renversements de tendance. «Nous prévoyons beaucoup de volatilité sur les marchés en 2015, mais en fin de compte, elle devrait être positive», estime-t-il.


Attendons quand même de voir comment se terminera le mois de janvier.

À suivre dans cette section


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

06:58 | LesAffaires.com et AFP

«On va du mal à envisager une récession cette année.»

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

19/02/2019 | LesAffaires.com et AFP

«Les investisseurs semblent encore peut-être un peu trop optimistes.»

À la une

La vie «ennuyeuse» des vrais millionnaires

Comment devenir millionnaire? Un lecteur avec un job bien ordinaire nous explique. Un nouveau livre aussi.

Au fond, c'est quoi un bon boss?

BLOGUE. Il présente les quatre caractéristiques résumées par l'acronyme ÉÉPI, selon une étude québécoise...

À surveiller: Walmart, Air Canada et Bank of America

Que faire avec les titres de Walmart, Air Canada et Bank of America? Voici quelques recommandations d'analystes.