Titres en action: Netflix, Hydropothecary, Saputo...

Publié le 16/07/2018 à 06:23, mis à jour le 16/07/2018 à 18:22

Titres en action: Netflix, Hydropothecary, Saputo...

Publié le 16/07/2018 à 06:23, mis à jour le 16/07/2018 à 18:22

© lesaffaires.com

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises:


(Repassez nous lire de temps à autres
pour ne pas manquer de mise à jour)




Netflix(NFLX, 344,85$US) culbute de 12% après la fermeture des marchés. La société chouchou des investisseurs a ajouté 5,15 millions d'abonnés, 18% de moins que les 6,27 millions prévus, au deuxième trimestre. Aux États-Unis, seulement 670 000 nouveaux abonnés ont été ajoutés par rapport au consensus de 1,21 million. Et ce n'est pas tout, Netflix prévoit l'ajout de 5 millions de nouveaux abonnés au prochain trimestre, moins que les 5,9 millions espérés. Les revenus de 3,91 milliards de dollars américains ont aussi raté la cible de 3,94G$US. La marge d'exploitation a aussi reculé de 12,1 à 11,8%. Le bénéfice ajusté de 0,85$US a tout de même dépassé le consensus de 0,79$US. Pour l'année 2018, le producteur et diffuseur alternatif de contenu télévision payany prévoit toujours un déficit de flux de trésorerie de 3 à 4G$US de dollars américains. Au cours de 398$US de ce matin, Netflix était le deuxième gagnant du S&P 500, ayant plus que doublé, depuis le début de l'année. Des commentateurs attribuent le ralentissement au moins grand nombre d'émissions vedettes, et à la plus forte concurrence d'autres médias. 


Les producteurs canadiens de cannabis se dégonflent en matinée. Les pertes varient de 7,3% pour la Gatinoise Hydropothecary(XEXO, 4,32$) à 4% pour la doyenne Canopy Growth (WEED, 37,32$). L’annonce de l’imposition d’une nouvelle taxe de 2,3% des revenus bruts par Ottawa que les producteurs de marijuana contestent, a-t-elle déclenché la culbute? Un analyste consulté ne croit pas à cette hypothèse puisque la ponction qui vise à financer les coûts réglementaires et administratifs qu'encourera Ottawa est mineure pour les producteurs. Le financier attribue plutôt le recul des titres au déplacement à court terme des investisseurs plus frileux vers les industries plus stables de l’alimentation, des télécommunications et bancaire, en plein conflit commercial.


Groupe Saputo(SAP, 45,71$) montre encore une fois que son parcours dépend bien peu de la Bourse. À la traîne par rapport à la Bourse de Toronto cette année, voilà que le géant fromager a avancé de 1,5%  l’ouverture pendant que le S&P/TSX s’inclinait de 0,5%, le 16 juillet. Deux facteurs sont en jeu. Le retour des investisseurs aux titres canadiens plus «défensifs», un mouvement dont Alimentation Couche-Tard, Loblaw et BCE profitent aussi.RBC Marché des capitaux a aussi relevé son cours cible de 3$ en 52$ ce matin, même si Irene Nattel prévoit un premier trimestre encore affaibli le 7 août à cause du recul des prix du lait et du bond important d’une série de coûts de Saputo, dont ceux d’un nouveau système intégré de gestion.L’analyste se projette donc en 2019 et 2020 pour renouveler sa confiance en Saputo qui devrait graduellement bénéficier d’une stabilisation des prix du lait, des synergies de l’Australienne Murray Goulburn Co-operative et d’une recrudescence des occasions d’acquisitions.


La première banque allemande, Deutsche Bank(DBK, 10,32€), en difficulté, s'attend pour le deuxième trimestre à un bénéfice net de 400 millions d'euros (-10,5%) mais «considérablement supérieurs» aux estimations des analystes, selon des résultats préliminaires publiés lundi par le groupe. Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset s'attendaient à un bénéfice net de 120 millions d'euros, tandis qu'un panel d'analystes sondés par la banque elle-même tablait sur 159 millions. La banque s'attend pour le trimestre à des recettes stables sur un an, à 6,6 milliards d'euros, dépassant également légèrement les estimations des analystes, qui tablaient sur 6,4 milliards.


La firme d'investissement américaine Goldman Sachs(GS, 226,41$US) ouvre un nouveau chapitre en se dotant d'un nouveau PDG. Dans une annonce qui pourrait être faite aussi tôt qu'aujourd'hui, on s'attend à ce que David Solomon soit confirmé en remplacement de Lloyd Blankfein, qui avait déjà laissé entendre que celui-ci serait effectivement son successeur. Sous l'égide de M. Blankfein, la banque est devenue la société la plus profitable de Wall Street, et a survécu à la pire crise financière en 80 ans.


 


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

Bourse: l'histoire ne se répète pas, mais rime

BLOGUE. La performance de la Bourse et des secteurs correspond tout à fait au comportement prévu en fin de cycle.

La légalisation du cannabis ne plaît plus aux investisseurs

17/10/2018 | Catherine Charron

«J’ai eu une bonne séquence, pourquoi prendre le risque ?», serait le modus operandi selon un analyste.

À la une

La montée des inégalités est un (mauvais) choix de société (2)

20/10/2018 | François Normand

ANALYSE - Les entreprises doivent mieux partager la richesse, selon des patrons. C'est bien, mais il faut en faire plus.

C'est le temps de penser à votre planification de fin d'année

C'est le moment d'examiner vos finances et de profiter des possibilités de planification fiscale avant le 31 décembre.

Après les Panama papers, les banques françaises encore épinglées

19/10/2018 | AFP

Trois banques françaises sont à nouveau épinglées par des révélations de presse sur un scandale d'optimisation fiscale.