Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 10/11/2017 à 06:26, mis à jour le 10/11/2017 à 07:53

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Publié le 10/11/2017 à 06:26, mis à jour le 10/11/2017 à 07:53

1. Contexte


Nouveau recul en vue à Wall Street, l'incertitude entourant la réforme fiscale tant attendue des investisseurs refroidissant les ardeurs des acheteurs. Il faut dire que l'indice Dow Jones a enregistré son premier recul en huit séances jeudi.


Les indices Dow Jones et S&P 500 pourraient donc encaisser leur première perte hebdomadaire en neuf semaines.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq baissent de respectivement 0,33%, 0,17% et 0,34% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, s'apprécie de 0,11% à 64$US.


3. À l'étranger


En Asie, la Bourse de Tokyo a clôturé en repli de 0,82%, une troisième séance consécutive de baisse, les investisseurs préférant engranger des bénéfices après les forts gains des semaines passées. La Bourse de Hong Kong a laissé tomber 0,05%, mais la Bourse de Shanghai a gagné 0,16%.


En Europe à la mi-séance, la tendance est plutôt négative. Le CAC 40 de la Bourse de Paris se replie de 0,25%, le FTSE 100 de Londres, de 0,26%. Le DAX de Francfort se maitient tout just en territoire positif(+0,02%).


L'incertitude entourant la mise en oeuvre de la future réforme fiscale aux États-Unis ont en effet contribué à la fébrilité des investisseurs jeudi alors que ce projet de baisse d'impôts a largement participé au mouvement ascendant des marchés boursiers depuis l'élection de Donald Trump.


La Chambre des représentants doit voter la semaine prochaine sur cette grande baisse d'impôts soutenue par le président américain, malgré des dissensions naissantes au sein de la majorité républicaine.


Parallèlement, le Sénat, à majorité républicaine, a dévoilé jeudi son propre plan, une version qui amende de façon notable le projet initial en reportant à 2019, au lieu de 2018, la baisse de 35% à 20% de l'impôt sur les sociétés.


«Les actions mondiales ont dégringolé hier, un mouvement qui a pris sa source au Japon» où le Nikkei a soudainement plongé jeudi matin avant de se ressaisir, a observé pour sa part David Madden, un analyste de CMC Markets.


Cela «a provoqué des ondes de choc dans le monde entier», ébranlant des marchés boursiers qui avaient pourtant réussi à faire fi des craintes politiques et géopolitiques concernant la Corée du Nord et la Catalogne, a-t-il complété.


4. Agenda


Aux États-Unis, on attend la première estimation du moral des ménages pour le mois de novembre(Université du Michigan). Les chiffres du budget fédéral d'octobre sont aussi prévus.


Au Canada, aucun indicateur ne sera dévoilé ce vendredi. 


5. Titres en action


Paul C. Quinn, de RBC Marchés des capitaux, reste «très confiant» à l'égard de Cascades(CAS, 14,31$) malgré les résultats du troisième trimestre inférieurs aux attentes dévoilés jeudi et de perspectives à court terme défavorables. Il réitère en effet sa recommandation surperformance pour le titre et sa cible de 20$. Il prévoit que la société profitera d'un vent de dos positif de la baisse marquée des prix du papier recyclé et de la hausse anticipée des prix des cartons-caisses.


Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, laisse sa recommandation à achat et sa cible à 184$ pour le titre de Canadian Tire(CTC.A, 162,42$) après la publication de résultats qu’il qualifie de solides au troisième trimestre. Les ventes comparables, une mesure clé de la performance des détaillants, ont augmenté de 4,7% dans les succursales éponymes, de 4,6% chez l’Équipeur et de 0,4% chez FGL Sports, qui comprend Sports Experts. Il s’agit de la meilleure performance en une décennie pour les magasins Canadian Tire. La société a par ailleurs annoncé une bonification de 38% de son dividende annuel.


Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, réitère sa recommandation surperformance pour le titre d’Uni-Sélect(UNS, 24,99$) même si le fournisseur de pièces automobiles et de peintures a dévoilé un bénéfice nettement inférieur aux prévisions à son troisième trimestre. Les revenus, dit-il, ont été supérieurs à ce qui étaient anticipé, mais les marges plus faibles dans sa nouvelle division britannique ont heurté le bénéfice par action, qui s’est établi à 0,36$ plutôt que les 0,43$ visés par les analystes. Il juge la chute du titre de jeudi exagérée, en raison de la confusion à propos des marges bénéficiaires de The Parts Alliance, en Grande-Bretagne. L’analyste abaisse tout de même sa cible, la faisant passer de 38$ à 35$.


Ben Cherniavsky, de Raymond James, fait passer sa cible pour le titre de la société d'ingénierie Stantec(STN, 35,50$) de 38$ à 41$, tout en réitérant sa recommandation surperformance. L'entreprise qui a accru sa présence au Québec ces dernières années a dégagé un bénéfice de 0,54$ par action, mieux que les 0,48$ anticipés par l'analyste. La plupart des pratiques de Stantec ont enregistré une croissance interne, dont celle de l'énergie et des ressources, à l'exception du créneau de l'eau, souligne-t-il. La direction de Stantec anticipe une croissance interne plus forte en 2018, grâce à la vigueur de l'économie, des prix des ressources plus élevés et des dépenses en infrastructures. En outre, elle s'attend à être plus active sur le front des acquisitions. De son côté, Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, fait passer sa cible de 39$ à 43$, tout en réitérant sa recommandation d'achat.


Le fournisseur d’enveloppes et d’emballages montréalais Supremex(SXP, 4,07$) a dévoilé une hausse de 18,9% de ses revenus à 43,4M$ à son troisième trimestre, grâce notamment à ses récentes acquisitions. Son bénéfice net s’est établi à 3,2M$ ou 0,11$ par action, comparativement à 2,8M$ ou 0,10$ l’action à la même période un an plus tôt. Les analystes visaient un bénéfice de 0,16$ par action. L’entreprise a par ailleurs annoncé une hausse de 8,3% de son dividende trimestriel. Le titre a reculé de 18,6% à ce jour en 2017.


Au sud de la frontière, le titre de Disney(DIS, 102,68$US) a effacé ses pertes initiales après avoir dévoilé quelques minutes suivant la fermeture des Bourses jeudi des résultats inférieurs aux attentes à son quatrième trimestre. Certains investisseurs font peut-être le pari que le pire est passé en ce qui a trait à la perte d’abonnés à ses lucratives chaînes télé, dont ESPN.


 


 


 


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

À la conquête de l'univers des signes

11/07/2018 | Martin Jolicoeur

Trois ans et un demi-million d'investissements plus tard, Seasign s'estime mûre pour la commercialisation.

Qui Apple tente de séduire avec macOS Mojave?

26/06/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Décidément, Apple et Microsoft n’ont jamais paru plus sur la même longueur d’ondes.

À la une

Immobilier: la hausse s'est poursuivie en juin

13/07/2018 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires - La tendance reste à la hausse pour l’évolution du nombre de ventes ...

Polycor achète quatre carrières de calcaire en France

Mis à jour le 13/07/2018 | Denis Lalonde

La société Polycor, de Québec, pose le pied en Europe avec l’acquisition de quatre carrières de calcaire.

BDC Capital mise sur deux entreprises montréalaises

13/07/2018 | Catherine Charron

Les Fermes Lufa et Unsplash bénéficieront du nouvel investissement du Fonds pour les femmes en technologie.