Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 13/11/2017 à 06:25, mis à jour le 13/11/2017 à 07:38

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Publié le 13/11/2017 à 06:25, mis à jour le 13/11/2017 à 07:38

1. Contexte


Wall Street se dirige vers une ouverture en léger recul lundi, dans la foulée de la baisse des indices sur la semaine écoulée et tandis que le conglomérat industriel en crise General Electric dévoile son plan de relance, dont une réduction de son dividende.


Vendredi, la Bourse de New York a terminé en léger repli, les investisseurs continuant de craindre des aménagements dans la grande réforme fiscale promise par Donald Trump.


2. Prévisions


Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq reculent de respectivement 0,13%, 0,19% et 0,09% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, cède 0,11% à 63,45$US.


3. À l'étranger


En Asie, les Bourses de Hong Kong et de Shanghai ont fini en légère hausse de 0,21% et 0,47% lundi, soutenues par l'annonce vendredi que les entreprises étrangères allaient être autorisées par Pékin à contrôler des banques et autres sociétés financières chinoises. La Bourse de Tokyo a pour sa part chuté de 1,32%.


En Europe à la mi-séance, le rouge domine. Le CAC 40 de la Bourse de Paris se replie de 0,54%, le DAX de Francfort recule de 0,60% et le FTSE 100 de Londres perd 0,01%.


«Les craintes sur l'adoption d'une réforme fiscale consistante servent de principal prétexte à la faiblesse actuelle, mais Wall Street reste néanmoins à haut niveau, alors que les marchés européens sont plus prompts à céder du terrain», ont abondé les stratégistes du courtier Aurel BGC.


La cote pourrait toutefois davantage s'animer à compter de mardi alors que des statistiques chinoises de premier plan ainsi que les chiffres de la croissance du troisième trimestre en zone euro, avant ceux de l'inflation pour la région jeudi, sont au programme.


4. Agenda


Le calendrier est mince lundi. Dans l'attente du discours de la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, les investisseurs n'auront que des données sur le budget fédéral d'octobre à se mettre sous la dent.


Au Canada, la prochaine statistique sera publiée mercredi.


5. Titres en action


Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, présente ses prévisions de résultats du troisième trimestre de Loblaw(L, 69,07$), attendus ce mercredi. L'analyste vise un bénéfice de 1,31$ par action, soit un cent de moins que l'ensemble de ses homologues. Cela représenterait une baisse de 4% par rapport au même trimestre de l'an dernier. L'épicier a vendu ses stations-service pour 540M$ tôt dans le trimestre et il semblerait qu'il ait utilisé une bonne partie de ce montant (485M$) pour racheter des actions, note M. Howlett. La vente des stations-service contribuera d'ailleurs à réduire les revenus, qui devraient être de 14,038G$ selon l'analyste, contre 14,143G$ l'an dernier. Le titre a reculé de 2,50% à ce jour en 2017, affichant une performance nettement moindre que celle de la Bourse dans son ensemble.


Sabahat Khan, de RBC Marchés des capitaux, amorce le suivi du détaillant de vêtements Roots Corporation(ROOT, 9,65$) avec une recommandation neutre et une cible de 11$. Bien que les initiatives mises en place par l’entreprise torontoise devraient l’aider à accroître son bénéfice d’exploitation d’environ 15% sur la période 2016-2019, les cibles de croissance pourraient être difficiles à atteindre en raison du contexte hostile pour les détaillants de vêtements, avertit M. Khan.


Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale, fait passer sa cible pour le titre d’Industries Lassonde(LAS.A) de 250$ à 270$ dans la foulée des résultats du troisième trimestre pourtant légèrement inférieurs aux attentes. Le bénéfice par action s’est établi à 2,87$, tandis que les analystes visaient 2,89$ l’action. L’analyste ajuste sa cible parce qu’il prévoit que les marges bénéficiaires du producteur de jus vont s’accroître dans le temps. Il recommande de conserver le titre.


Ben Cherniavsky, de Raymond James, fait passer sa cible pour le titre de CAE(CAE, 22,13$) de 22$ à 21$ après des résultats du deuxième trimestre qui ont dans l’ensemble répondu aux attentes des analystes. M. Chernivasky croit toutefois que la performance de l’entreprise ne justifie pas la valorisation élevée accordée au titre. L’analyste réitère donc sa recommandation neutre pour l’action de l’entreprise montréalaise.


Au sud de la frontière, le PDG du géant industriel déchu General Electric(GE, 20,49$US) présente son plan de relance. En plus d'annoncer une réduction de 50% de son dividende, la société met l'accent sur trois de ses principaux secteurs, soit les activités aéronautiques, la santé et l'énergie, mais devrait vendre d'autres divisions comme celle des trains. Le titre prend 1,9% avant l'ouverture officielle. Relisez l'analyse de Dominique Beauchamp.


Le plus important transformateur de viandes, Tyson Foods(NY., 75,50$US), dévoile ses résultats du quatrième trimestre. Les analystes visent un bénéfice de 1,38$US par action, contre 0,96$US l’action à la même période l’an dernier.


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

10 choses à savoir vendredi

08:00

Le pot légal réduit le crime, Pas d'Amazon à Montréal, pourquoi pas Apple? Des forêts verticales pour loyers modiques.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour à 07:46

Wall Street fait fi du risque de paralysie, les analystes se préparent à la journée Couche-tard, du positif pour Fiera.

À la une

Un melt-up? Cette analyse penche pour un bon vieux bull market

BLOGUE. L'accélération fait craindre une fièvre mais les entrailles du marché pointent vers un marché haussier classique

«J'apprends le français, encouragez-moi»

La Chambre de commerce veut amener la francisation chez le petit commerçant.

Trop beau pour être vrai ce FNB?

09:53 | Ian Gascon

L’explication la plus probable est que ce FNB paraît bien.