Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 23/11/2017 à 06:25, mis à jour le 23/11/2017 à 07:45

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 23/11/2017 à 06:25, mis à jour le 23/11/2017 à 07:45

Photo: Bloomberg

1. Contexte


En l'absence des investisseurs américains pour cause de fête de l'Action de grâces, la Bourse de Toronto devrait connaître une séance peu animée jeudi.


2. Prévisions


Le contrat à terme sur l'indice S&P/TSX 60 de la Bourse de Toronto, qui donne la tendance pour les grandes capitalisations canadiennes, se replie de 0,20%.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, se déleste de 0,58% à 62,95$US.


3. À l'étranger


En Asie, les indices chinois ont culbuté jeudi. L'indice composite de la Bourse de Shanghai a cédé 2,26%, tandis que l'indice Hang Seng de la Bourse de Hong Kong a fléchi de 0,99% après avoir atteint la veille sont plus haut niveau en 10 ans. La Bourse de Tokyo était pour sa part fermée en raison d'un jour ferié.


En Europe à la mi-journée, le portrait est de nouveau contrasté. Le CAC 40 de la Bourse de Paris monte de 0,49%, mais le FTSE 100 de Londres se replie de 0,16% et le DAX de Francfort perd 0,06%.


La journée «devrait être marquée par le manque de volumes, puisque les marchés américains seront fermés pour cause de Thanksgiving», ont relevé dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.


Mais cette séance pourrait aussi «se transformer en piège», selon les stratégistes du courtier Aurel BGC, car «la fermeture de Wall Street implique que le dynamisme des indices américains ne viendra pas secourir les marchés européens si ces derniers subissent un accès de faiblesse».


Une faiblesse qui pourrait être encouragée par la nette remontée de l'euro depuis mercredi, la monnaie unique profitant d'un dollar freiné par des interrogations sur le niveau d'inflation aux Etats-Unis après le compte-rendu de la Réserve fédérale américaine (Fed) ainsi que par des indicateurs américains décevants.


Selon le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale américaine, de nombreux membres du Comité estiment qu'une hausse des taux d'intérêt est «probablement justifiée à court terme».


Après la Fed mercredi, ce sera au tour de la Banque centrale européenne (BCE) de publier ce jeudi le compte-rendu de sa réunion de politique monétaire du 26 octobre.


En France, le climat des affaires s'est de nouveau amélioré en novembre, atteignant son plus haut niveau depuis près de 10 ans, dans un contexte porteur sur le plan de l'emploi.


4. Agenda


Au Canada, les ventes au détail pour le mois de septembre seront dévoilées. Les économistes visent une croissance de 1%.


5. Titres en action


Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, maintient sa recommandation d’achat et sa cible de 50$ pour le titre de Metro(MRU, 41,03$) après la publication de résultats du quatrième trimestre qui ont été conformes à ses modestes attentes. L’analyste estime que la plus grande faculté des dirigeants, l’allocation efficace du capital, sera une fois de plus démontrée avec l’acquisition du Groupe Jean Coutu. L’analyste note que les investisseurs sont sûrement en mode attente envers le titre, jusqu’à ce que l’union avec la chaîne de pharmacies soit finalisée, en avril ou en mai prochain. Il surveille de près l’inflation des aliments, la concurrence accrue et la hausse du salaire minimum en Ontario.


Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, fait bondir sa cible pour le titre de Dollarama(DOL, 160,66$) de 143$ à 161$, comblant ainsi son retard sur la récente appréciation du détaillant montréalais. Elle estime que le bond du titre depuis deux semaines est probablement alimenté par une anticipation de l’accélération de la croissance ainsi qu’une meilleure valorisation des avantages concurrentiels de la chaîne dans un univers du commerce de détail en pleine mutation. L’analyste réitère par ailleurs sa recommandation surperformance.


Irene Nattel, de RBC Marché des capitaux, présente à son tour ses prévisions de résultats du deuxième trimestre pour Alimentation Couche-Tard(ATD.B, 63,97$US). De nombreux facteurs passagers pourraient avoir miné les résultats de l'exploitant de dépanneurs, notamment les ouragans survenus aux États-Unis, l'intégration de l'acquisition de CST Brands et l'expiration de contrats de carburant en Europe. Elle s'attent à un bénéfice de 0,78$US par action, mais ce chiffre pourrait être moindre en raison de l'impact des ouragans. Elle réitère néanmoins sa recommandation surperformance et sa cible de 80$. L'analyste estime que Couche-Tard représente le meilleur rapport risque/rendement dans l'univers de titres qu'elle couvre.


Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, dit continuer d'aimer le titre de Calian Group(CGY, 34,18$) en raison de la capacité de la direction de renouveller systématiquement ses contrats grâce à la qualité de son offre de services. L'analyste a tenu des rencontres entre les dirigeants et les investisseurs. L'entreprise a l'intention de profiter de son solide bilan pour réaliser des acquisitions de petites et de grandes tailles. M. Poirier maintient sa recommandation d'achat et sa cible de 37$.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

Sur le même sujet

10 choses à savoir jeudi

Amazon révèle le site de son HQ2, de la pub dans votre prochaine auto, ce gratte-ciel de 70 étages est tout en bois!

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour à 08:04

Wall Street hésite, Bombardier retirée d'une liste de titres favoris, Loblaw et CIBC dépassent les attentes.

À la une

Stornoway réglera ses problèmes de bris de diamants en 2018

Il y a 45 minutes | François Normand

«C’est notre tâche de l’amener à un niveau acceptable, et c’est l’année pour le faire», dit Matt Manson.

Gildan rationalise pour financer son virage en ligne

Frappé par la crise des détaillants, le roi des t-shirts regroupe deux divisions pour fouetter sa performance.

Classement minier: le Québec remonte au deuxième rang canadien

Le Québec reprend ainsi la place que lui avait ravie l’année précédente le Manitoba.