Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 06/12/2017 à 06:49, mis à jour le 06/12/2017 à 07:43

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Publié le 06/12/2017 à 06:49, mis à jour le 06/12/2017 à 07:43

Photo: Shutterstock

1. Contexte


Wall Street s'apprête à ouvrir dans le rouge mercredi, s'interrogeant sur les conséquences de la réforme fiscale de Donald Trump, à l'aube d'une séance garnie en indicateurs.


Mardi, les indices américains ont clôturé en baisse à l'issue d'une séance très indécise.


2. Prévisions


Les contrats à terme sur l'indice Dow Jones, S&P 500 et Nasdaq cèdent respectivement 0,13%, 0,17% et 0,45%.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, recule de 0,70% à 62,42$US. Les investisseurs prendront connaissance des stocks hebdomadaires de pétrole brut ce matin.


3. À l'étranger


En Asie, la Bourse de Hong Kong a terminé sur une chute de 2,14% dans le sillage des pertes enregistrées la veille à Wall Street, alors que la Bourse de Shanghai a cédé 0,29%. La Bourse de Tokyo a laissé tomber 1,97%, sa plus forte chute depuis mars.


En Europe à la mi-séance, le rouge domine. Le CAC 40 de Paris laisse tomber 0,50%, le DAX de Francfort baisse de 0,99%, mais le FTSE 100 de Londres est stable.


Après une ouverture dans le rouge, la cote parisienne n'a pas réussi ensuite à changer de tendance. L'élan donné en début de semaine par le vote par le Sénat américain de la réforme fiscale promise par Donald Trump n'aura finalement guère tenu plus de 24 heures.


«Les marchés subissent des prises de bénéfices et s'inscrivent dans une période d'indécision qui pourrait durer encore quelque temps», a relevé dans une note Franklin Pichard, le directeur général de Kipling Finance.


«Les incertitudes liées au début des négociations la semaine prochaine au Congrès entre les textes votés par la chambre des représentants et le sénat américain pour trouver un moyen de finaliser la réforme fiscale continuent de peser sur les marchés», poursuit-il.


Les opérateurs de marché restaient par ailleurs attentifs au vote du budget aux États-Unis. En effet, le Congrès américain a jusqu'à vendredi soir pour voter des crédits fédéraux et éviter une fermeture des administrations, un «shutdown» que la majorité républicaine exclut absolument.


4. Agenda


Au Canada, c'est la réunion de la Banque du Canada qui retiendra l'attention ce mercredi. On attend aussi la publication des données sur la productivité du travail et le coût unitaire de main-d'oeuvre du troisième trimestre.


Aux États-Unis, la lecture finale des chiffres de productivité de la main-d'oeuvre non agricole du troisième trimestre sera présentée, ainsi que le coût unitaire de la main-d'oeuvre du troisième trimestre.


5. Titres en action


Les attentes étaient fort élevées à l’égard des résultats de Dollarama(DOL, 152,97$) et en dépit d’un bénéfice par action supérieur aux prévisions, les analystes vont certainement se dire déçus sur le plan des ventes. La chaîne de magasins à produits bon marché a dégagé un bénéfice par action de 1,15$, en hausse de 25% sur le même trimestre de l’an dernier. Les analystes tablaient sur un bénéfice de 1,10$ l’action. Les ventes ont cependant augmenté de 9,7% pour s’établir à 810,6M$, moins que celles de 824,9M$ visées par les analystes. La société a par ailleurs relevé certaines prévisions financières pour l’exercice 2018.


Darko Mihelic, de RBC Marchés des capitaux, abaisse sa cible pour le titre de la Banque Laurentienne(LB, 56$) de 60$ à 55$, après que l’institution montréalaise eut dévoilé des problèmes de documentation entourant les hypothèques vendues à une tierce partie. L’analyste juge ce développement négatif et estime qu’il fait ombrage aux gains liés à la transformation de la banque. Il maintient sa recommandation neutre pour le titre, compte tenu de sa chute de près de 8% mardi.


Le gestionnaire d’actifs montréalais Fiera Capital(FSZ, 13,44$) a annoncé après la clôture des marchés mardi des placements par prise ferme qui lui permettront de garnir son trésor de guerre de 150M$ en vue de financer des acquisitions et de rembourser des emprunts. La société émettra 5,77 millions d’actions à un prix de 13$, inférieur à son cours de fermeture de mardi. La société dirigée par Jean-Guy Desjardins a aussi conclu une entente avec un syndicat de preneurs fermes qui prévoit la vente de débentures portant un taux d’intérêt de 5%. Cette transaction lui permettra de recueillir 75M$.


Au sud de la frontière, le géant de la rénovation Home Depot(HD, 182,85$US) tient sa journée des investisseurs ce mercredi. Il a annoncé un programme de rachat d’actions de 15G$US et s’est fixé un objectif de revenus se situant entre 114,7 et 119,8G$US, indique Reuters. La société a par ailleurs confirmé sa prévision de bénéfice de 7,36$US pour l’exercice 2017.


Sur le même sujet

À temps pour Noël: comment offrir l'intelligence à votre maison

BLOGUE. Petit guide d'idées-cadeaux pour joindre les rangs du un pourcent.

10 choses à savoir mercredi

La voiture autonome québécoise s'en vient, comment blanchir ses Bitcoin avec Apple, ce café ne vend que des céréales!

À la une

Attention aux conseils du beau-frère

Édition de Novembre 2017 | Simon Diotte

Il roule en grosse voiture, occupe un poste de cadre, porte la cravate et parle d'investissement d'un ton ...

La Fed relève ses taux pour la 3e fois

14:01 | LesAffaires.com et AFP

Robuste croissance, faible taux de chômage, relance fiscale: la banque centrale américaine a réagi comme prévu.

Les syndicats prévoient une guerre de tranchées entre Boeing et Bombardier

13:09 | Julien Arsenault, PC

À six jours d'une décision de Washington sur la CSeries, les représentants des travailleurs se montrent pessimistes.