Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 07/12/2017 à 06:28, mis à jour le 07/12/2017 à 07:43

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 07/12/2017 à 06:28, mis à jour le 07/12/2017 à 07:43

Photo: Shutterstock

1. Contexte


Les Bourses américaines pointent vers une ouverture contrastée jeudi, les investisseurs surveillant de près les développements concernant la réforme fiscale promise par Donald Trump, tout en digéreant les propos troublants de ce dernier concernant Jérusalem. 


2. Prévisions


L'indice S&P 500 avance de 0,06% et le Nasdaq de 0,26%, mais l'indice Dow Jones cède 0,05% dans les négociations précédant l'ouverture officielle.


Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, ajoute 0,60% à 61,59$US.


3. À l'étranger


En Asie, la Bourse de Tokyo a terminé jeudi sur un fort rebond de 1,45%, après avoir connu la veille sa pire séance en 8 mois, sur fond d'inquiétudes mondiales causées par la reconnaissance officielle par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël. La Bourse de Hong Kong a aussi remonté, de 0,28%, mais celle de Shanghai a cédé 0,67%.


En Europe à la mi-séance, les indices évoluent en légère hausse, les investisseurs évitant de se prononcer trop franchement alors que la réforme fiscale américaine en projet et une potentielle fermeture des administrations aux États-Unis suscitent des interrogations. Le CAC 40 de Paris ajoute 0,04%, le DAX de Francfort prend 0,19% et le FTSE 100 de Londres grignote 0,04%.


«L'attitude attentiste des marchés devrait perdurer à très court terme, avant d'éventuels progrès sur la réconciliation de la réforme fiscale entre les deux chambres du Congrès américain et des progrès potentiels dans les négociations relatives au Brexit», relèvent dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.


En outre, le Congrès des Etats-Unis a jusqu'à vendredi soir pour voter des crédits fédéraux et éviter une fermeture des administrations, un «shutdown» que la majorité républicaine exclut absolument.


La prudence restait également de mise avant le rapport sur l'emploi américain pour le mois de novembre attendu vendredi.


4. Agenda


Outre les demandes initiales d'assurance-chômage pour la semaine terminée le 1er décembre, on attend aux États-Unis les données d'octobre sur les prêts à la consommation.


Au Canada, les permis de bâtir d'octobre ainsi que l'indice PMI-Ivey de novembre seront dévoilés.


5. Titres en action


La plus petite des banques canadiennes, Canadian Western Bank(CWB, 35,94$), a dévoilé pour son quatrième trimestre une hausse de 25% de son bénéfice par action, qui s’établit à 0,74$. C’est nettement mieux que prévu, puisque les analystes tablaient sur un bénéfice de 0,68$. Ses revenus se sont établis à 196M$, tandis que les analystes visaient 187,9M$. Le titre de la banque de l’Ouest a gagné 16,4% à ce jour en 2017.


Keith Howlett, de Desjardins Marché des capitaux, fait passer sa cible pour le titre de Dollarama(DOL, 149,73$US) de 154$ à 165$ après la publication de résultats qu’il qualifie de solides. Le détaillant a dévoilé un bénéfice supérieur à ses attentes au troisième trimestre en dépit de ventes moindres qu’anticipé, grâce à un bon contrôle des coûts. M. Howlett souligne que la direction de la chaîne a présenté ses prévisions prudentes pour l’exercice qui s’amorce en janvier prochain, comme c’est d’ordinaire le cas. M. Howlett fait passer ses prévisions de bénéfices pour l’exercice 2018 qui s’achève, de 4,48$ à 4,50$ par action, mais de 5,19$ à 5,16$ l’action pour 2019. Sa cible repose sur un multiple de 30 fois le bénéfice prévu pour l’exercice 2019.


Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale, fait passer sa cible pour le titre de La Baie(HBC, 10,35$) de 14$ à 12$ après que le vénérable détaillant torontois eut dévoilé un bénéfice d’exploitation de 34M$, nettement inférieur à celui de 76M$ attendu par les analystes. M. Shreedhar qualifie les résultats de décevants, il espérait mieux. Il souligne toutefois que la direction a gardé un ton positif, en raison des initiatives d’amélioration en cours et parce que certaines embuches, comme la météo, ont eu des effets défavorables passagers. L’analyste réitère sa recommandation neutre pour le titre.


Le transporteur aérien WestJet(WJA, 28$) a tenu une journée des investisseurs mercredi au cours de laquelle la direction a présenté de nouveaux objectifs financiers pour l’horizon 2020 que Ben Cherniasky, de Raymond James, qualifie d’ambitieux. La société de Calgary a également dévoilé une nouvelle coentreprise avec le transporteur américain Delta Airlines qui va augmenter le choix de trajets entre le Canada et les États-Unis. L’analyste ne manque pas de dresser un parallèle entre le WestJet d’aujourd’hui et Canadian Airlines International, un transporteur qui a été victime de son ascension en 1999. Canadian Airlines a fait faillite et a abouti entre les mains d’Air Canada. WestJet se positionne de plus en plus comme un transporteur complet. M. Cherniavsky met aussi en exergue les différences, notant que WestJet va lancer son propre transporteur à très bas prix, Swoop. En d’autres mots, WestJet reste animée par le même esprit de disruption qu’au départ, même si sa stratégie n’est pas sans risque. L’analyste réitère sa recommandation neutre pour le titre et sa cible de 28$.


Sur le même sujet

10 choses à savoir lundi

Des péages à 40$, ce shampoing Hoed & Shoulders fait un tabac, le coeur miniature canadien qui va sauver les pharmas.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour à 10:47

Hausse en vue, pourquoi SNC devrait connaître une bonne année et cible relevée pour Transcontinental.

À la une

Terres rares: le géant japonais JOGMEC tourne le dos à un projet au Québec

Sans tambour ni trompette, la société s’est retirée d’un projet d’exploration de terres rares près de Schefferville.

Bulletin Les Affaires–JLR: la hausse s'est maintenue en novembre

Mis à jour à 13:48 | Les Affaires - JLR

Les prix augmentent plus vite que l'inflation et les ventes de condos grimpent.

Investir dans le bitcoin rapporte le plus... les lundis

BLOGUE. Voilà le genre de lecture qui pourrait vous faire aimer le début de la semaine. Ou le détester encore plus...