Banque Nationale: quatre analystes se prononcent

Publié le 29/08/2018 à 11:27

Banque Nationale: quatre analystes se prononcent

Publié le 29/08/2018 à 11:27

Par Dominique Beauchamp

(Photo: LesAffaires.com)

À l’image de l’action stable de la Banque Nationale (NA, 65,24$), les analystes trouvent du bon et du moins bon dans les résultats du troisième trimestre.


Avant la téléconférence prévue à 13h00, quatre d’entre eux se prononcent à chaud.


Chez Barclays, John Aiken se demande si la hausse de 10% du bénéfice trimestriel à 1,53$ par action, deux cents de plus que prévu, suffira pour insuffler de l’élan au titre qui trône près d’un sommet annuel..


«La croissance plus modérée (5%) des prêts au Canada et le ralentissement de ses activités internationales lui donneront moins belle allure que celle des autres banques au sortir la saison des résultats», craint M. Aiken.


À l’instar de ses trois collègues, l’analyste salue l’amélioration du ratio d’efficacité de la banque, la capacité de l’institution à s’ajuster au recul séquentiel des revenus de négociation sur les marchés, ainsi que la gestion du portefeuille du prêteur américain Credigy.


Ce que M. Aiken aime moins par contre est la croissance plus modérée de la division de financement spécialisé aux États-Unis et à l’international, où les revenus ont décliné de 15% par rapport au premier trimestre.


La filiale ABA Bank accroît ses prêts en portefeuille, mais ses dépenses augmentent si bien que sa contribution aux bénéfices est relativement inchangée depuis quatre trimestres.


«Les investisseurs devront encore patienter avant que cette division de financement spécialisée davantage aux bénéfices consolidés», dit-il.


Son cours-cible de 67$ laisse entrevoir un gain potentiel de seulement 2,7%.


Des capitaux à déployer


Une solide capacité financière Chez Canaccord Genuity, Scott Chan est nettement plus indulgent que son collègue.


L’analyste souligne le rendement de l’avoir des actionnaires de 18,5% du troisième trimestre, qui est le plus élevé de l’industrie.


De plus, la banque est en bonne voie pour atteindre ses objectifs annuels d’efficacité puisque ses revenus (+6,5%) croissent plus vite que ses dépenses autres que d’intérêts (+4,5%).


Enfin, le ratio des capitaux propres de 11,6% est nettement supérieur aux attentes grâce à la bonne génération interne de capitaux.



« Le ratio des capitaux propres la banque en tête l'industrie et lui procure plus de flexibilité pour déployer son capital. »


D’ailleurs, M. Aiken de Barclays croit possible que la banque augmente son dividende plus que de coutume, au quatrième trimestre.


En ce qui a trait à ABA Bank, M. Chan rappelle que l’institution prend de l’expansion avec l’ouverture de onze nouvelles succursales depuis un an, générant une croissance des prêts de 56%.


La division de gestion de patrimoine s'est encore démarqué avec une hausse de 10% des revenus, de 19% du bénéfice et de 14% des actifs en gestion.


Le contrôle des coûts à la rescousse


Chez BMO Marchés des capitaux, Sohrab Movahedi, indique que les résultats sont globalement conformes à ses attentes.


«Toutes les divisions ont amélioré leur performance. Le contrôle des coûts et le recul des provisions pour pertes compensent pour la croissance plus modérée des revenus», dit-il.


Pourtant, la banque compte toutefois 6% plus d’employés (23 029), une succursale en moins seulement et trois guichets automatiques de plus, qu’un an plus tôt.


Son cours-cible de 69$ offre un gain potentiel de 6%.


Au courtier de la banque, Gabriel Dechaine juge que le troisième trimestre est solide, mais qu'il est neutre pour le titre.


Le contrôle des dépenses autres que d’intérêts a aidé à contrer la progression moins rapide qu’avant des prêts.


Tous les analystes hésitent pour l’instant à se prononcer davantage au sujet des prêts canadiens puisqu’un seul client manufacturier non identifié serait responsable de la majorité des pertes dans le portefeuille commercial.


Les provisions brutes pour prêts douteux sont passées de 586 à 630M$ entre les deuxième et troisième trimestres.


M. Dechaine signale aussi le déclin séquentiel de 7% du portefeuille de prêts et de la filiale Credigy, dont le bénéfice a reculé de 5% depuis un an.


M. Dechaine n’émet ni de recommandation ni de cours-cible puisque la Banque Nationale est son employeur.


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.