Amateur de dividendes, celui d’Enbridge est sous haute surveillance

Publié le 03/11/2017 à 13:18

Amateur de dividendes, celui d’Enbridge est sous haute surveillance

Publié le 03/11/2017 à 13:18

Par Dominique Beauchamp

L’exploitant d’oléoducs et de gazoducs risque de rester sur le banc des punitions jusqu’à ce qu’il dévoile le 12 décembre ses intentions concernant sa politique de dividendes.


Après avoir promis de faire croître son dividende de 10 à 12% par année d’ici 2024, Enbridge(ENB, 46,95$) a refusé de se commettre à ce plan lors de la téléconférence du troisième trimestre.


Déjà malmenée pour la controverse entourant les oléoducs Énergie-Est et Trans Mountain et affaiblie par la hausse des taux qui dévalue tous les dividendes, Enbridge se retrouve sous les feux des projecteurs concernant sa future répartition du capital.


Son action a flanché de presque 5% au dévoilement des résultats sans éclat du troisième trimestre, poussant son déclin à 17% depuis le début de l’année.


La plupart des analystes croient qu’Enbridge saura ménager la chèvre et le choux – soit financer son projet record 9 milliards de dollars du remplacement du pipeline Line 3 (L3R) de l’Alberta au Wisconsin – maintenir sa cote de crédit de qualité institutionnelle et relever ses dividendes à bon rythme.


Ces nouvelles questions surviennent deux semaines après que l’agence Moody’s ait réduit la cote de crédit de sa filiale américaine Enbridge Income Fund(ENF, 28,81$), citant justement les «risques d’exécution du remplacement de L3R». 


Des questions sans réponses jusqu’au 12 décembre


Tous les scénarios sont sur la table et gardent les analystes sur la touche.


Patrick Kenny, de la Financière Banque Nationale, a charcuté son cours cible de 67 à 63$ pour inclure le risque qu’Enbridge n’augmente plus son dividende au rythme promis de 10 à 12% par année, d’ici 7 ans.


La société doit aussi décider à quelle hauteur elle financera les besoins annuels de 700M$ d’Enbridge Income Fund, indique cet analyste.


Robert Hope, de Banque Scotia, juge possible qu’Enbridge réduise la hausse automatique de ses dividendes à moins de 10%, en 2018 et en 2019, bien que les économies seraient trop modestes par rapport aux dommages à sa réputation.


L’analyste s’attend donc à ce que la société remplisse ses promesses.


L’augmentation de 20% des flux de trésorerie libres qu’il prévoit pour 2018, lui donnera les moyens de satisfaire tout le monde, avance-t-il.


«La société peut s'appuyer sur son régime de réinvestissement des dividendes, l’émission de titres hybrides, des appels aux capitaux par ses filiales et la vente d’actifs pour se financer», ajoute l’analyste.


M. Hope abaisse tout de même son cours cible de 62 à 61$.


Robert Kwan, de RBC Marchés des capitaux, croit que les pires craintes des investisseurs sont nettement exagérées.


«La sociéte n’aura pas à procéder à une grosse émission d’actions pour préserver sa cote de crédit de Baa2 de Moody’s», assure-t-il


M. Kwan voit tout de même le mérite àdefreiner la croissance des dividendes à un nouveau rythme de 8 à 10% puisque la Bourse donne déjà peu de valeur aux engagement actuels de 10 à 12%.


Ce geste solidifierait davantage son ratio de dividendes (la part de ses flux de trésorerie versés en dividendes), qui est déjà solide à 62%, selon lui.


L’annonce de la vente d’actifs superflus le 12 décembre est fort probable.


M. Kwan spécule qu’Enbridge pourrait vendre des actifs de génération d’électricité renouvelable, des placements minoritaires dans certains pipelines ou d’autres placements non stratégiques.


Son cours cible d’un an passe de 64 à 63$.


 


 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.

Chute du pétrole: il ne faut pas crier au loup

Mis à jour le 09/11/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Aux dires de deux experts, le déclin record du pétrole n'envoie pas de signal économique.

À la une

Le prix des propriétés multirésidentielles en hausse en 2018

13/11/2018 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Les hausses des prix médians des propriétés multirésidentielles dépassent celles des unifamiliales.

Immobilier: forte activité partout au Québec

14/11/2018 | Les Affaires - JLR

Les ventes de propriétés ont fortement augmenté en octobre par rapport l'année dernière.

À surveiller: Canada Goose, Stornoway et Cineplex

Que faire avec les titres de Canada Goose, Stornoway et Cineplex?