Air Canada perd de l’altitude après des résultats pas tout à fait à la hauteur

Publié le 25/10/2017 à 13:14

Air Canada perd de l’altitude après des résultats pas tout à fait à la hauteur

Publié le 25/10/2017 à 13:14

Par Dominique Beauchamp

Après un décollage de 91% en Bourse depuis le début de l’année, Air Canada avait des attentes très élevées à satisfaire.


Or, bien qu’Air Canada(AC, 26,07$) ait surpassé le consensus au troisième trimestre et atteint plusieurs record, des repères financiers n’étaient à la hauteur des prévisions de certains analystes.


Son action est donc victime de son propre succès et fléchit d’un pourcent à mi-séance mercredi. Au deuxième trimestre dévoilé le 1er aoûtt, l'entreprise avait défoncé les attentes.


«La hausse de 0,4% du rendement unitaire des sièges pourrait impressionner les investisseurs, mais les coûts plus élevés que prévu au prochain trimestre malgré l’impact favorable d’un huard plus fort, décevront», indique Konark Gupta, de Macquarie Capital Markets Canada, dans une note préliminaire.


Au troisième trimestre, le bénéfice avant intérêts, impôts, dotation aux amortissements et aux pertes de valeur et location avions ou BAIIALA a crû de 11,2% à un nouveau record de 1,38 milliard, mais Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, avait espéré 1,47G$.


Il faut dire que le transporteur a ajouté 8,8% à sa capacité de vol tandis que l’analyste avait prévu une hausse de 13,5%, dans son modèle.


Air Canada s'est aussi contentée de renouveler ses objectifs annuels: soit une marge BAIILA de 17 à 19% et des flux de trésorerie de 600 à 900 millions de dollars.


L’analyste se dit tout de même rassuré par le fait que le transporteur réussisse à augmenter ses prix, malgré l’offre accrue de sièges, ce qui témoigne d’une demande robuste.


«La société reste sur son plan de vol», conclut-il, dans un premier commentaire émis à chaud.


Les charges d’exploitation par siège-mille offert ou CESMO déclineront de seulement 0,5 à 1,5% au quatrième trimestre, malgré un huard plus fort et le recul des dépenses d’entretien des appareils. M. Gupta s’attendait à une amélioration de 8,5%.


L’ascension de son action en Bourse gonfle notamment le coût de la rémunération à base d’actions (imputée aux salaires et aux charges sociales) indique la société.


M. Gupta craint d’ailleurs que le consensus des prévisions pour le prochain trimestre, de 546 millions de dollars pour le BAIILA, ne soit trop élevé.


 


 


 


 


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

Sur le même sujet

À surveiller: Air Canada, Mason Graphite et Molson Coors

07/06/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Air Canada, Mason Graphite et Molson Coors? Voici quelques recommandations qui pourraient ...

VIDÉO | Les patrons les mieux payés du Québec Inc.

06/06/2018 | Charles Desgroseilliers

VIDÉO. Couche-Tard, Bombardier, Banque Nationale... Lequel de ces PDG décroche la palme selon vous?

À la une

Et si Trump était réélu en 2020?

23/06/2018 | François Normand

ANALYSE - On sous-estime les appuis du président et on surestime la capacité des démocrates de rebondir.

New York et Toronto terminent en ordre dispersé

22/06/2018 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

La dégradation des relations commerciales entre les États-Unis et le reste du monde continuent d'inquiéter les marchés.

Risque élevé de guerre commerciale à l'échelle mondiale, estime Leitao

Le risque d'une guerre commerciale globale est élevé, selon le ministre des Finances Carlos Leitao, qui ...