À surveiller: Bombardier, Metro et TFII

Publié le 20/11/2018 à 08:11

À surveiller: Bombardier, Metro et TFII

Publié le 20/11/2018 à 08:11

Par Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Bombardier, Metro et TFII? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.


Bombardier (BBD.B, 2,01$): rencontre satisfaisante avec les dirigeants, en pleine tempête


Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, se dit satisfait d’une rencontre institutionnelle avec le pdg et le chef de la direction financière de Bombardier qui ont abordé huit aspects des perspectives de la société, en pleine crise de confiance.


Les dirigeants ont expliqué la séquence des livraisons chez Bombardier Transport qui explique le manque à gagner des flux de trésorerie libres de 900 millions à un milliard de dollars américains en 2018 et 2019. Cette mauvaise surprise est à l'origine de la rechute de 63% de l'action.


Bombardier se dit à l’aise avec le haut de la fourchette de zéro à 250M$US, mais juge plus prudent de prévoir des flux qui oscillent entre un déficit de 250M$US et des flux excédentaires de 250M$US parce que la fabrication des trains s’accélère.


M. Poirier juge que les objectifs de livraison de Bombardier Transport sont «aggressifs», mais il a confiance qu’une marge de 9% soit atteignable en 2020 pour cette filiale.


Bombardier a l’option de racheter la part de 27% de la Caisse de dépôt dans Bombardier Transport à partir de février 2019, une transaction estimée à 2,2G$US , mais il est peu probable qu’elle en soit capable étant donné la détérioration rapide des marchés financiers, croit désormais M. Poirier.


L’analyste note qu’une dette qui échoit en 2025 a vu son rendement à l’échéance exploser à 10,3%, pendant la récente chute des marchés, par rapport au rendement de 6,5% qui prévalait en septembre 2018.


Le renouvellement d’une dette en mars 2020 inquiète aussi les investisseurs, mais M. Poirier croit qu’un meilleur profil financier et opérationnel dans 12 mois lui permettra d’émettre des obligations à un rendement adéquat.


La suppression de 5000 postes vise à optimiser les revenus par employé maintenant que la mise au point des nouveaux jets d’affaires Global est terminée. La rationalisation devrait compenser pour la perte de la contribution aux bénéfices des activités vendues de formation BBA et des appareils Q400 dans les perspectives fournies pour 2020.


«Ces ventes indiquent que Bombardier met l’accent sur le rendement sur l’investissement et ses flux de trésorerie libres», dit-il.


Quant aux avions régionaux CRJ, Bombardier répète qu’elle aimerait conserver le programme, mais que les commandes sont insuffisantes pour en assurer la rentabilité. Les dirigeants viennent d’ailleurs de rencontrer plusieurs clients pour les rassurer.


L’enquête de l’Autorité des marchés financiers (AMF) à l’égard de la vente automatique d’actions par les dirigeants juste avant les mauvaises nouvelles du troisième trimestre prendra des mois et pourrait entraîner des amendes, explique M. Poirier.


L’analyste croit que Bombardier pourra naviguer à travers tous ces défis, incluant le renouvellement de ses dettes, parce que son exploitation interne s’améliore. Il concède que son action restera punie tant que les investisseurs ne reprendront pas confiance.


M. Poirier répète que le titre est sous-évalué de Bombardier en fonction de repères opérationnels et de la valeur de chacune de ses divisions.


La filiale des aérostructures par exemple vise des revenus de 2,25G$US en 2020 et devrait obtenir des contrats d’Airbus.


Le cours actuel n’accorde aucune valeur au programme des appareils Airbus220 (CSeries) alors que sa valeur était estimée à 4G$US au moment de la transaction avec Airbus.


Bombardier détient 31% de ce partenariat. Airbus a indiqué que vingt transporteurs aériens pourraient commander des appareils.


M. Poirier réitère son cours-cible de 5$, soit 14 fois le bénéfice projeté en 2020.


Metro (MRU, 43,14$): à quoi s’attendre jeudi? 



image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

Sur le même sujet

VIA Rail: Siemens remplacera la flotte du corridor Québec Windsor

Mis à jour le 12/12/2018 | La Presse Canadienne

VIA Rail a besoin de 32 nouveaux trains bidirectionnels pour maintenir sa capacité actuelle de 9100 sièges.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

08/12/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.