À surveiller : Banque Nationale, Knight Therapeutics et SeaWorld

Publié le 27/08/2015 à 13:16

À surveiller : Banque Nationale, Knight Therapeutics et SeaWorld

Publié le 27/08/2015 à 13:16

Par Stéphane Rolland


Knight Therapeutics (Tor., GUD, 6,97$): une bonne acquisition


Knight Therapeutics a acheté les droits de commercialisation sur l’entièreté du portefeuille de médicaments d’Advaxis (Nasdaq., ADXS).


Première étape de la transaction, Knight achètera pour l’équivalent de 5 M$ en actions. Un autre paiement pouvant atteindre 30 M$ sera lié à l’atteinte d’objectifs de ventes, note Leon Aghazarian, de la Financière Banque Nationale. «Puisque les médicaments les plus avancés ne sont qu’à trois ans de la commercialisation, la façon dont l’entente est structurée réduit le risque », croit l’analyste.


M. Aghazarian aime le portefeuille de produit d’Adavix, qui répond à certains problèmes non résolu par les autres traitements offerts aux patients atteints du cancer du cerveau ou du colon, selon lui. «C’est précisément le genre de produit de niche dans lequel Paladin doit être investi», commente-t-il.


L’entente démontre que Knight, créé par l’ancien fondateur de Laboratoires Paladin, sera en mesure d’obtenir d’autres permis de commercialisation.


L’analyste maintient sa recommandation « surperformance » et sa cible de 10$.


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

La Banque Nationale teste la chaîne de blocs

La Banque Nationale a décidé de passer de la «théorie à la pratique» afin de tester la technologie de la chaîne de blocs

Banques: La concurrence reste rationnelle au Québec, dit Louis Vachon

20/04/2018 | Stéphane Rolland

En entrevue, le PDG de la Banque Nationale parle du marché québécois et des risques économiques.

À la une

Financement du terrorisme: Paul Desmarais Jr face à la police

La justice s’interroge sur le rôle des actionnaires de Lafarge dans l’enquête sur les activités syriennes.

Rebaptiser la CSeries? Évident mais pas simple

BLOGUE INVITÉ. Le branding d’Airbus est plus rassurant. Mais changer le nom d'un produit n'est pas mince affaire.

Airbus veut rapidement renommer la CSeries de Bombardier

Lorsqu'il aura pris les commandes de la CSeries plus tard cette année, le géant européen veut la rebaptiser à son nom.