Le mythe de l'investisseur immobilier

Publié le 19/09/2014 à 10:15

Le mythe de l'investisseur immobilier

Publié le 19/09/2014 à 10:15

Photo: Shutterstock

Cette semaine, il sera question d’un mythe qui existe relativement à l’investissement immobilier. Malheureusement encore en 2014, les gens ont l’impression qu’en achetant des immeubles, ils n’auront qu’à attendre et que le tour sera joué, que la richesse sera automatique.


Et bien non, la réalité est toute autre ! Ce que ces investisseurs potentiels oublient, c’est que l’investissement immobilier est un placement actif contrairement à l’opinion populaire qui croit qu’il s’agit d’un placement passif. Rien de comparable aux placements boursiers, qui eux, sont totalement passifs, dans certains cas.


L’investissement immobilier exige d’être actif et demande beaucoup d’attention, de stratégies, de gestion, de résolutions de problèmes au même titre qu’une opération commerciale. En fait, l’immobilier en est une. Comme toute entreprise, il y a des revenus, des dépenses d’opération, du financement, de la gestion de problèmes, de la planification à court, moyen et long terme.


LE PROFIT NE VIENT PAS EN CLAQUANT DES DOIGTS


Bien sûr, on entendra toujours des histoires de personnes qui ont acheté un immeuble et qui, quelques temps plus tard, ont réalisé un profit substantiel. Les flips ont toujours existés et existeront toujours. Mais est-ce vraiment la réalité de l’enrichissement immobilier ? La réponse est non.


Ce mythe que le profit viendra pratiquement sans rien faire est hélas beaucoup trop persistant en immobilier. Pourtant, la réalité est une complètement différente lorsque l’on parle réellement de se construire un porte-feuille immobilier. On parle ici de vraies opérations commerciales : planification, analyse, financement, organisation, gestion, achat, vente. Bref, le hasard n’a aucune place dans ce type de placement.


Saviez-vous que la grande majorité des nouvelles entreprises ferment leurs portes à l’intérieur des cinq premières années d’opération ? Et connaissez-vous la principale cause de ce taux d’échecs si élevé ?


LA MAUVAISE GESTION


C’est effectivement la principale cause de tous ces échecs. Toutefois, comparativement aux entreprises indépendantes, les entreprises franchisées obtiennent un résultat de beaucoup supérieur. La raison en est fort simple. Un franchiseur a étudié toutes les possibilités, les façons de faire, les études de temps et mouvement, la comptabilité, l’inventaire permanent, les rapports de gestion, la publicité, l’analyse de marché, le design, l’aménagement, la superficie des locaux, le matériel utilisé, etc. Tout est uniformisé de sorte que peu importe chez quel franchisé vous irez, vous aurez une impression de familiarité, tellement tout est identique ou presque.


MCDO, LE ROI DES FRANCHISEURS


À propos de ce blogue

Yvan Cournoyer est investisseur immobilier depuis 15 ans. Impliqué depuis 2001 au sein du Club d’investisseurs immobiliers du Québec qui compte plus de 16 000 membres, il occupe maintenant le poste de vice-président-directeur général. Ingénieur en bâtiment de formation, il est également conférencier, courtier immobilier, auteur du best-seller « Les flips », formateur ainsi que mentor durant les séances de coaching offertes par le Club, une organisation vouée exclusivement à la formation et au réseautage immobilier ayant contribué à former plus de 12 000 investisseurs immobiliers jusqu'à présent. www.clubimmobilier.ca

Sur le même sujet