10 bonnes raisons de ne pas investir en immobilier

Publié le 14/11/2016 à 10:02, mis à jour le 20/11/2016 à 10:26

10 bonnes raisons de ne pas investir en immobilier

Publié le 14/11/2016 à 10:02, mis à jour le 20/11/2016 à 10:26

Combien de gens de votre entourage souffrent d’«excusite aigüe»? Nombreux sont ceux qui viennent me voir en prétextant une multitude d’excuses pour ne pas passer à l’action. Ils se justifient de mille et une façons et croient dur comme fer qu’ils ont raison. Ils sont en mode excuses au lieu d’être en mode solutions. C’est typique de ceux qui ne passent pas à l’action et qui passent leur vie à la rêver.


Voici donc les excuses les plus fréquemment entendues, et une en extra qui vous fera sourire.


1. Le marché va s’écrouler


Lors de mes débuts en 1998, j’entendais des gens me dire qu’ils attendaient que le marché descende avant d’investir. En 2008, ces mêmes gens attendaient que la bulle éclate avant d’investir. Encore aujourd’hui, ils doivent se dire qu’ils vont attendre quelques mois, car le marché va s’écrouler et là, ils pourront y aller avec de bons investissements. Bien hâte de voir en 2020 lorsque j’écrirai un article sur le même sujet s’ils attendront encore quelques années que le marché s’écroule.


Blague à part, n’attendez pas l’éclatement de la bulle pour bouger. Passez à l’action avec prudence et diligence, mais bougez.


Malgré tout, il n’est pas impossible que le marché baisse de façon marquée. Restons réalistes. Si ceci se produisait éventuellement, je vous inviterais fortement à conserver vos immeubles malgré leur baisse de valeur. Ainsi, vous ne subirez pas de perte réelle. Vous subirez une perte théorique sur papier, mais tant et aussi longtemps que l’immeuble ne sera pas vendu, vous ne perdrez rien. «Pourquoi paniquer et vendre si le marché descendait? Attendez quelques années et le marché remontera, c’est cyclique», dit Jean-Pierre Du Sault, investisseur et coach en immobilier au sein du Club d’investisseurs immobiliers du Québec.


2. Il n’y a plus d’argent à faire avec les flips


Qui a dit qu’il n’y avait que les flips comme volet d’investissement? Que diriez-vous d’acheter un immeuble à revenus pour le détenir à long terme et vous enrichir dans le temps? Et si vous optiez pour de la location court terme? Des chambres étudiantes? L’achat de terrains afin d’y construire des immeubles? Des cases de stationnement? Il y a milles et une façons d'investir en immobilier. Restez ouvert d'esprit, créatif et demeurez à l’affût des occasions.


Si vous croyez que les flips sont une mode et qu’il n’y a plus d’argent à faire, je vous invite à lire l’article que j’ai écrit à ce sujet. Encore ici, être bien formé limite les risques!


3. Je n’ai pas d’argent


Il n'y a pas que votre argent comme source d'investissement en immobilier. Les banques ont des millions à prêter. Les prêteurs privés se multiplient et le crédit renouvelable, soit les cartes et les marges de crédit, est relativement facile à obtenir. Pourquoi ne pas vous associer à quelqu’un ayant des liquidités à injecter et qui ne demande pas mieux que d’obtenir plus de rendement que le 1% que les banques offrent présentement?


Si vous avez les connaissances, trouvez une aubaine d’un vendeur motivé et collaborateur, il y a fort à parier que vous arriverez à acheter sans comptant.


4. Je n’ai pas les connaissances


Qui a dit qu’elles ne pouvaient s’acquérir? Ceux et celles qui ont présentement de l’expérience et des connaissances ont tous sans exception, commencé quelque part, et ce, peu importe leur profession.


Je ne connais pas votre métier, mais une chose est certaine, avant de devenir à l’aise avec ce dernier, vous avez dû apprendre. Vous avez peut-être investi temps, argent et énergie sur les bancs d’école avant d’aboutir sur le marché du travail et devoir appliquer la théorie apprise.


C’est la même chose avec l’immobilier. Les connaissances viendront avec les actions et les efforts déployés.


Lisez sur le sujet, assistez à des formations de qualité, réseautez avec d’autres investisseurs et, trouvez un mentor qui saura vous épauler dans votre démarche.


5. J’ai peur de faire des erreurs


Cette peur est tout à fait normale et tous ceux qui réussissent vivent ceci. Croyez-vous que ceux qui réussissent ne font pas d’erreurs? Bien au contraire! Ils en font certainement plus que vous. Je vous invite à voir plutôt les erreurs comme des expériences. L’expérience ne s’achète pas, elle s’acquiert, comme le dit l'expression populaire.


La clé, c'est d’user de prudence, de réaliser de bonnes analyses, de faire les vérifications qui s’imposent et d’être à l’aise avec le scénario pessimiste que vous envisagez. Ainsi, vous réduirez les risques au minimum et n’aurez qu’à faire les efforts pour que vos projets immobiliers se concrétisent de façon réaliste. Encore mieux, de façon optimiste.


Apprenez à apprivoiser vos peurs et à exploiter le plein potentiel qui sommeille en vous.


6. Je ne suis pas manuel


Pensez-vous que tous ceux et celles qui font de l’immobilier cognent tous du marteau? Loin de là! La plupart des investisseurs que je connais délèguent les travaux à des hommes de maintenance ou à des entrepreneurs. Nul besoin d’être manuel pour réussir, j’en suis la preuve vivante!


Certes, au début vous envisagerez faire les travaux par vous-même, mais sachez que vous plafonnerez rapidement en tentant de tout faire.


Si vous aspirez à la liberté financière, vous devrez penser en terme de temps libéré permettant de faire ce qui est plus payant plutôt qu’en terme d’argent économisé pour accomplir une tâche.


Déléguez et faites fructifier votre temps ailleurs.


7. Il y a la Régie du logement


«Ce n’est pas un secret pour personne que la Régie du logement est pro-locataire, mais il s'agit d'une autre mauvaise excuse. Comme si la Régie du logement contrôlait tous les aspects de l’investissement immobilier», note M. Du Sault.


La clé avec la Régie du logement consiste à être bien préparé, à connaître les règles et à agir rapidement. Dans les cas de demande de résiliation de bail pour non-paiement, vous devriez ouvrir votre dossier dès le 22e jour du mois en cours où vous n’avez pas été payé. Ce sont le type de causes les plus rapides à être entendues. Les délais sont généralement de 4 à 6 semaines.


N’oubliez pas que lors de vos augmentations, vous n’êtes pas obligés de suivre les hausses suggérées par la Régie. Négociez à l’amiable avec vos locataires afin d’augmenter davantage vos revenus de location et ainsi la valeur de vos immeubles.


Dernière note à ce sujet, vous êtes en mesure de qualifier qui entre dans votre immeuble par une enquête de pré-location rigoureuse. Vous réduirez ainsi bien des soucis à la Régie.


8. Je connais quelqu’un qui s’est planté


Puis après? Connaissez-vous des gens qui ont réussis en immobilier? C’est avec eux que vous devez passer du temps à échanger et apprendre de leurs bons coups. Curieusement, les histoires à succès font moins sensation que les pires. Si vous n’en connaissez pas, changer d’entourage.


Il s’agit ici d’une des pires excuses qu’on m’a servies.


9. Les taux d’intérêt vont monter


Vous avez tout à fait raison. Vos calculs et analyses devraient tenir compte de cette hausse. Jamais je n’achète un immeuble avec les taux d’intérêt actuels dans ma grille de calcul. Il faut prévoir les éventuelles hausses et s’assurer d’une rentabilité même quand le marché économique change.


10. Je n’ai pas un bon crédit


Et si vous appreniez à l’améliorer? Pouvez-vous vous vous associer à quelqu’un qui en a un bon? Avez-vous pensé à trouver une personne qui vous fait confiance et qui accepterait de vous endosser?


«Si vous n’êtes pas éligible à financer des immeubles avec les banques, est-ce qu’un prêteur privé accepterait de prendre plus de risques avec vous moyennant un taux plus élevé? Auriez-vous des garanties supplémentaires à donner afin de sécuriser davantage les créanciers?», suggère M. Du Sault.


En extra! Donald Trump


Et la cerise sur le sundae, le nouveau président des États-Unis. Les présidents ont toujours eu une influence certaine sur le monde, mais de là à faire en sorte que vous n’investissiez pas immobilier à cause de Donald...


Finies les excuses, il y a des solutions.


La liste pourrait être bien plus longue. Croyez-moi, depuis 16 ans, j’en ai entendu de toutes les sortes. Une chance que je n’ai pas écouté ces gens! Libre à vous de faire de même et prendre le train ou bien de le regarder passer.


Sur ce, je vous invite à lire mes articles précédents et à les partager sur vos réseaux sociaux.


Votre coach, Yvan


Suivez-moi sur :
Facebook
Linked In
Twitter
Google +


 

À propos de ce blogue

Yvan Cournoyer est investisseur immobilier depuis 15 ans. Impliqué depuis 2001 au sein du Club d’investisseurs immobiliers du Québec qui compte plus de 16 000 membres, il occupe maintenant le poste de vice-président-directeur général. Ingénieur en bâtiment de formation, il est également conférencier, courtier immobilier, auteur du best-seller « Les flips », formateur ainsi que mentor durant les séances de coaching offertes par le Club, une organisation vouée exclusivement à la formation et au réseautage immobilier ayant contribué à former plus de 12 000 investisseurs immobiliers jusqu'à présent. www.clubimmobilier.ca

Sur le même sujet