Molson est loin de la coupe, mais pas à cause du Canadien

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Octobre 2017

Molson est loin de la coupe, mais pas à cause du Canadien

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Octobre 2017

Geoff Molson doit autant défendre la performance du CH que de MolsonCoors. Photo: Martin Flamand

C'est lorsque les attentes sont au plancher que les plus grandes surprises surviennent. C'est vrai dans le sport comme en Bourse. À l'image du Canadien de Montréal, le titre de MolsonCoors Brewing (TAP, 78,74$US) s'est fait rudement brasser ces derniers temps. Cette performance digne du bas du classement à une période où les indices boursiers voguent de sommet en sommet offre-t-elle une occasion à contre-courant?


Le brasseur canado-américain suscite mon attention pour plusieurs raisons. Son vice- président, Geoff Molson, est de toutes les tribunes ces temps-ci, non seulement pour défendre le piètre début de saison de son équipe de hockey, mais aussi pour mousser le potentiel de MolsonCoors dans une industrie sous forte pression. Le dirigeant de 47 ans a accordé une entrevue de fond au Globe & Mail. Il y dévoile notamment la stratégie de la multinationale dans le créneau en pleine ébullition des bières artisanales.


À un moment où à peu près tout le monde affirme qu'il est impossible de trouver des aubaines en Bourse, MolsonCoors a de quoi interpeller l'investisseur en quête d'occasions, son titre étant en baisse de 15% cette année. Sur la base du ratio cours-bénéfice, c'est le moins cher parmi les grands brasseurs du monde et même de tous les grands fabricants d'alcool de la planète confondus, selon mon analyse des données de Reuters.


Comme les entreprises du secteur de l'alcool sont réputées mieux immunisées contre les récessions et les périodes tumultueuses en Bourse, voilà une autre bonne raison de s'intéresser au plus vieux brasseur du continent.


Une réception froide


Il y a un an, MolsonCoors concluait une acquisition d'envergure avec le rachat de la participation de 58% que détenait SABMiller dans la coentreprise MillerCoors, créée par les deux brasseurs en 2008. Cette transaction, qui lui a donné la pleine propriété du portefeuille de la marque Miller aux États-Unis et à Porto Rico, a d'un coup doublé ses revenus et l'a fait passer au troisième rang des brasseurs du monde.


Cet article vous plaît? Abonnez-vous au Journal Les Affaires.


Ses parts de marché, maintenant de 34% au Canada, de 25% aux États-Unis et de 20% en Europe, lui procurent une modeste bastille économique, dans le jargon de Morningstar. En d'autres mots, son portefeuille de bières (qui figurent parmi les plus vendues) et ses parts de marché lui donnent un certain avantage concurrentiel.


L'achat de MillerCoors laisse de plus entrevoir d'importantes économies d'échelle. La direction du brasseur a fait miroiter des synergies annuelles de 200M$US d'ici quatre ans.


L'entreprise du Colorado devrait profiter d'une croissance des volumes plus pétillante dans la deuxième moitié de son exercice, note Richard J. Gallagher, analyste de Value Line, dans un rapport publié il y a quelques jours. Il anticipe des recettes de 11,1G$US pour l'année, soit plus du double que les 4,89 G$US réalisés en 2016. Voilà toutes des raisons qui devraient inciter les investisseurs à lever leur verre à la santé du brasseur.


Le marché a toutefois accueilli froidement la nouvelle MolsonCoors. Depuis l'annonce de l'acquisition il y a un an, le titre a perdu près du quart de sa valeur.


Un déclin qui résulte notamment de la décroissance du marché des bières traditionnelles observée depuis plusieurs années. Non seulement les Molson Canadian, Dry et Export sont laissées sur les tablettes en faveur des produits de microbrasserie, elles perdent aussi des parts de marché au profit du vin.


La concurrence s'est intensifiée également entre la poignée d'acteurs qui contrôlent le marché mondial de la bière. Abaisser les prix du houblon fait partie des stratégies pour gagner quelques points de parts de marché. Cela contribue à réduire les marges bénéficiaires de MolsonCoors. Même si elle a gagné du poids dans la dernière année, l'entreprise canado-américaine se bat contre les Anheuser-Bush InBev, Ambev et Heineken, aux moyens financiers nettement plus imposants.


Voilà pourquoi MolsonCoors doit continuer d'investir pour moderniser ses installations -elle consacrera 500M$ pour la construction d'une nouvelle brasserie à Montréal - et pourquoi elle accentue sa diversification dans le segment en plein essor des bières artisanales. Elle a même lancé, il y a quelques mois, au centre-ville de Toronto, un bistrot-brasserie qui cible visiblement les milléniaux. Appelé Batch, l'établissement propose la bière artisanale Creemore Springs, marque de MolsonCoors, ainsi que des bières brassées sur place.


Geoff Molson a d'ailleurs la mission de faire mûrir cette stratégie un peu partout dans le monde, selon ce qu'il expliquait au Globe & Mail. Une tentative obligée, quand on sait que les bières de microbrasserie affichent une croissance de plus de 10% par année et qu'elles procurent des marges bénéficiaires plus fortes que les bières traditionnelles.


Ces investissements ainsi que ceux dans ses produits existants sont nécessaires. Le hic, c'est que Molson s'est lourdement endettée pour avaler MillerCoors. Sa dette totalise 11,2G$US, ce qui équivaut à 62% de sa valeur en Bourse et à 4,7 fois son bénéfice d'exploitation prévu pour 2017. Conséquence? Son rendement du capital investi est aussi misérable que le début de saison du CH.


D'autres titres à considérer


L'analyste de Value Line termine sa récente note en suggérant aux investisseurs de considérer d'autres titres que Molson en raison de ses perspectives plutôt amères.


Constellation Brands(STZ, 211,98$US) me paraît un meilleur choix pour ceux qui veulent investir dans le secteur de l'alcool. La société profite de la vigueur de la demande aux États-Unis pour ses marques mexicaines Corona et Modelo. Elle investit aussi dans le créneau des microbrasseries. Et vient de se diversifier dans la marijuana, en prenant une participation de près de 10% dans Canopy Growth. Cependant, c'est surtout sa stratégie de diversification en constellation - vins, bières, spiritueux - qui lui procure un profil attrayant. Malheureusement, son titre m'apparaît cher en ce moment. Il a grimpé de 38% cette année, ce qui porte à 500% son gain sur cinq ans. Mieux vaut attendre une meilleure occasion.


Pour conclure avec MolsonCoors, les attentes sont très faibles et de meilleurs choix relatifs semblent accessibles. Qui sait, peut-être que je me trompe et qu'à l'image du Canadien, l'entreprise de Geoff Molson reviendra en force au cours des prochains mois et regagnera la faveur des fans déçus.


SUIVEZ-MOI SUR LINKEDIN


LiSEZ MES AUTRES CHRONIQUES


 

À propos de ce blogue

Après près de 16 années passées au journal Les Affaires, dernièrement en tant que chef de publication pour lesaffaires.com, Yannick Clérouin a rejoint en mars 2018 la société de gestion de portefeuilles Medici.

Yannick Clérouin

Sur le même sujet

Uni-Sélect se met en vente, le PDG quitte

Mis à jour à 11:35 | Dominique Beauchamp

Le PDG quitte subitement et Uni-Sélect embauche JP Morgan pour un examen stratégique.

Aurora Cannabis bondit de plus de 18% lundi

Mis à jour le 17/09/2018 | AFP et La Presse Canadienne

Le producteur de marijuana serait en discussion avec Coca-Cola pour développer des boissons infusées.