Canam: pourquoi j'en veux à la Caisse

Publié le 27/04/2017 à 12:11

Canam: pourquoi j'en veux à la Caisse

Publié le 27/04/2017 à 12:11

Ce n’est pas que Groupe Canam(CAM, 12,16$) affichait une performance financière exemplaire qui en faisait un titre incontournable, mais sa privatisation annoncée jeudi à laquelle participera la Caisse de dépôt et placement du Québec alimente une véritable plaie pour les investisseurs: la raréfaction accélérée des entreprises en Bourse.


Ces dernières années, la Caisse de dépôt a en effet contribué à la disparition du paysage boursier québécois de plusieurs entreprises qui participaient à leur façon à la diversité des véhicules de placements de la province.


La vente de Rona à sa rivale américaine Lowe’s(NY., LOW) a, par exemple, éliminé le seul titre canadien qui permettait de s’exposer au marché du commerce de détail de la rénovation. Les investisseurs qui veulent une exposition à ce marché peuvent évidemment se tourner vers les États-Unis et jeter leur dévolu sur Lowe’s ou encore Home Depot(NY., HD), mais avec un huard déprimé à 73 cents US et des valorisations généreuses qui prévalent en ce moment au sud de la frontière, la situation est loin d’être idéale.


La Caisse de dépôt a aussi pris part à la fermeture du capital d’une autre entreprise québécoise l’an dernier, le spécialiste du traitement de l’eau Ovivo. Avec son partenaire allemand SKion, la Caisse a mis la main sur le seul titre québécois d’envergure qui permettait de surfer sur un marché promis à un bel avenir, celui du traitement de l’eau.


La Caisse, loin d'être la seule


J’ai ciblé d’entrée de jeu la Caisse de dépôt pour aborder un phénomène inquiétant pour la vitalité des marchés financiers et de l’économie québécoise, mais elle est loin d’être la principale responsable. Au contraire, le phénomène est alimenté par les fonds d’investissement privé et les conglomérats inscrits en Bourse qui croulent sous les liquidités.


À preuve, au même moment où Canam annonçait sa privatisation, une autre entreprise québécoise au potentiel prometteur a informé qu’elle subirait le même sort: Lumenpulse(Tor., LMP). Le fondateur de l’entreprise spécialisée dans l’éclairage DEL, François-Xavier Souvay, a annoncé qu’il fermera le capital de Lumenpulse avec des actionnaires actuels et... le géant financier montréalais Power Corporation(Tor., POW).


Le conglomérat dirigé par la famille Desmarais s’est montré plus actif récemment dans la privatisation d’entreprises inscrites en Bourse. Une division de Power, Sagard Capital, s’est associée à un autre conglomérat canadien très actif dans la privatisation de sociétés, Fairfax Financial(Tor., FFH), pour mettre la main sur Performance Sports Group. Cette dernière s’était effondrée en Bourse après avoir connu ses moments de gloire. Sa disparition de la cote n’a certainement pas attristé grand-monde.


Mais tout de même. Le phénomène de raréfaction des entreprises inscrites en Bourse est soutenu par l’abondance de liquidités dont jouissent les fonds d’investissement privé.


Et cela a des conséquences indésirables pour d’autres consolidateurs inscrits en Bourse, tel Constellation Software(Tor., CSU). Le président du conseil d’administration de cet éditeur de logiciels torontois, Mark Leonard, l’a d’ailleurs souligné dans sa lettre annuelle aux actionnaires publiée cette semaine. Il dit affronter une vive concurrence pour les entreprises qu’il souhaite acheter de la part des fonds d’investissement privé qui se spécialisent dans son secteur d’activité. Il souligne que deux fonds principalement actifs dans son créneau ont recueilli des milliards de dollars au cours des dernières années.


L’abondance de liquidités des firmes spécialisées dans l’investissement a même touché Alimentation Couche-Tard(Tor. ATD.B) récemment, lorsque Loblaw(Tor., L) a vendu son réseau de stations-service au gestionnaire d’actifs torontois Brookfield Asset Management(Tor., BAM.A) pour 540M$.


Aux États-Unis, le fléau de la disparition d’entreprises en Bourse sévit également. L’indice Wilshire 5000, qui mesure la performance de toutes les entreprises américaines inscrites en Bourse, comptait au moment de sa création en 1980 quelque 5000 titres. Au 31 mars 2017, il n’en comptait plus que 3599.


Dans une analyse publiée en février dernier, le magazine Fortune citait une nouvelle étude aux conclusions renversantes: entre 2000 et 2015, les Bourses de New York et du Nasdaq ont perdu un total de 5834 entreprises inscrites en Bourse. Il y a aujourd'hui 4381 entreprises cotées sur les deux Bourses, un recul de 2536 entreprises, a calculé le professeur Jerry Davis. Lisez son rapport en cliquant ici.


Les nouvelles inscriptions à la Bourse ne sont pas assez nombreuses pour remplacer celles qui disparaissent de la cote, comme le mentionne Jerry Davis dans son étude. On peut se réjouir de l’arrivée prochaine de la société montréalaise Goodfood sur le marché, comme on vous le détaillait cette semaine. À peine, puisque Goodfood est de si petite taille qu'elle ne pourra se tailler une place dans le portefeuille d’investisseurs institutionnels.


J’ai contacté cette semaine la direction du fonds d’investissement privé longueuillois Novacap afin d’avoir une mise à jour sur le projet d’inscription en Bourse de KDC, un fabricant québécois de produits de beauté et de santé qui a le potentiel de devenir un des plus importants premiers appels publics à l’épargne de la province depuis longtemps. L’inscription en Bourse est toujours visée, mais il faudra probablement attendre 2018, après que d’autres acquisitions aient été complétées. Voilà qui alimente un peu mon espoir d’investisseur face au cruel phénomène de raréfaction des entreprises en Bourse.


 

À propos de ce blogue

Après près de 16 années passées au journal Les Affaires, dernièrement en tant que chef de publication pour lesaffaires.com, Yannick Clérouin a rejoint en mars 2018 la société de gestion de portefeuilles Medici.

Yannick Clérouin

Sur le même sujet

EasyJet résiste aux vents contraires du secteur aérien en Europe

11:02 | AFP

EasyJet, de Londres, basera sa nouvelle entité à Vienne pour voler sans entrave dans l'UE peu importe l'issue du Brexit.

Le ménage de fin d'année bat son plein

BLOGUE. Les pros remanient leur portefeuille en fin d'année tandis que les stratèges émettent leurs prévisions pour 2019