Facebook doit s'inspirer d'Amazon

Publié le 26/03/2018 à 12:54

Facebook doit s'inspirer d'Amazon

Publié le 26/03/2018 à 12:54

Facebook ne fait pas que suivre nos activités et nous envoyer de la publicité. Le réseau social peut maintenant « contribuer» aux élections et avoir ainsi une influence politique mondiale. Bref, Facebook est devenu la CIA de nos vies.


Le modèle d’affaires de Facebook repose sur la publicité. Nous partageons nos informations et Facebook nous expose et nous renvoie par la suite de la publicité à partir de ces renseignements.


L’enjeu éthique est de taille et tout en nuance.


Nous partageons certes nos informations, mais nous ne voulons pas qu’elles soient revendues au plus offrant. Cela dit, d’une certaine manière, être sur Facebook, c’est accepter de travailler pour le réseau social.


Nos informations sont si l'on veut ses intrants et ses extrants.


Facebook doit renoncer à ses mauvaises pratiques


Mais est-ce possible d’utiliser les données clients à bon escient?


Oui!


Prenons l’exemple du géant du commerce de détail Amazon.


La multinationale américaine utilise ses données pour optimiser ses processus à l’aide de progiciels. Ces derniers peuvent gérer les informations de ses clients et de s’en servir afin d’améliorer la compétitivité d'Amazon sur le marché.


Ce tourbillon de changements affecte toutes les entreprises et parties prenantes de la chaîne de valeur.


Alors, comment devenir cette entreprise qui utilise à bon escient ses données clients contrairement à Facebook, du moins pour l’instant?


Stratégie axée sur le client et la gestion des stocks


En fait, une gestion efficiente des données peut être initiée par une stratégie axée sur le client, une approche qui a un impact sur la gestion des stocks.


La gestion efficace des données permet au marketing d’analyser la demande changeante de son client.


Cette fonction cherche à assurer une promesse client. Pourquoi? Parce qu’une bonne gestion de la prévision passe d’abord par l’équipe marketing qui vise à faire l’analyse de la demande et tente de prévoir les tendances du marché.


Vient ensuite la fonction de l’approvisionnement, qui utilise des données afin de prévoir les quantités de stock et marchandises à commander.


Bien entendu, cette bonne gestion des stocks et des inventaires sert à faire des économies d’échelle, qui sont prévisibles parce que l’on connaît la consommation du client.


Cette même prévision peut aussi servir le volet de la production, qui cherche pour sa part à prévoir et à gérer efficacement les tailles de lots, leur manipulation, leurs niveaux d’inventaire.


Dans le cas de la production, cette prévision cherche à optimiser et à minimiser les produits en cours de production. Cette étape permet de livrer à la date promise, à l’endroit désiré ainsi que selon la quantité voulue.


Toutes ces stratégies contribuent fortement aux objectifs liés aux finances de l’entreprise. Car cette dernière veut maximiser ses activités, suivre sa rotation des stocks et gérer ses flux monétaires.


Par conséquent, une gestion efficiente des données peut donner un bon coup de pouce aux processus de gestion des stocks.


Pourquoi Amazon est un exemple à suivre


C’est connu, Amazon est un «game changer » du commerce au détail.


Grâce à la gestion et à l’analyse des données, l’entreprise est capable d’anticiper les produits les plus populaires afin de répondre rapidement aux demandes des clients.


Une gestion efficace des stocks permet aussi de déceler les outils de gestion qu’il faut mettre en place, et ce, pour chaque classe de stocks et, donc, dans ce cas-ci, des produits populaires.


Les manières d’exploiter et d’analyser les données alimentent non seulement les rétroactions liées à la satisfaction client, mais aident aussi à prendre des décisions découlant des objectifs stratégiques de l’entreprise.


De ce fait, Amazon optimise sa gestion des stocks et satisfait le client.


C’est une des facettes de la fièvre du 4.0 qui touche nos secteurs d’activités au Québec.


Et l’idée, c’est de s’inspirer des méthodes de gestion et de les utiliser avec les bonnes intentions pour rester compétitif et de répondre à la demande des clients.


 


 

À propos de ce blogue

Valérie et Sylvia Gilbert sont deux sœurs ingénieures industrielles qui se passionnent pour la performance opérationnelle. Elles sont respectivement PDG et VP de Mindcore, une entreprise dédiée à la promotion de l’excellence dans les organisations. Elles proposent un regard neuf sur l’amélioration continue, la productivité et la qualité.

Valérie et Sylvia Gilbert

Sur le même sujet

Le Royaume-Uni veut taxer les GAFA dès avril 2020

30/10/2018 | AFP

«Moteurs de recherche, réseaux sociaux et galeries marchandes en ligne» seront assujettis à une taxe de 2%.

À surveiller: Alphabet, Amazon et Twitter

26/10/2018 | François Pouliot

Que faire avec les titres d'Alphabet (Google), Amazon et Twitter?