Tout le monde semble oublier un détail à propos de notre party de bureau aux Bahamas...

Publié le 03/01/2017 à 09:49

Tout le monde semble oublier un détail à propos de notre party de bureau aux Bahamas...

Publié le 03/01/2017 à 09:49

Il y a quelques semaines, j’ai écrit un article sur mon party de Noël où j’explique pourquoi j’ai amené 185 de mes employés en croisière dans les Bahamas et je dois dire que je n’ai jamais vu autant de réactions faire écho partout dans le Québec. Rares sont ceux qui n’ont pas entendu parler de l’entreprise qui a amené tous ses employés aux Bahamas pour célébrer le temps des fêtes. Et bien que je ne pourrai jamais remercier assez tout le monde pour les beaux mots, je crois cependant que, dans le contexte actuel, la perception hyper positive à notre sujet n’est pas basée sur les éléments qui nous démarquent pour vrai. Ceux qui connaissent vraiment GSOFT savent que c’est avant tout une mission ambitieuse qui vise à révolutionner le monde du travail. Le voyage dans les Bahamas, c’est secondaire.



Mais je comprends la réaction des gens. Quand ils pensent par exemple à Google, ils imaginent la glissade au milieu du bureau, la nourriture gratuite, la salle d’entraînement, la garderie pour les enfants, le mur d’escalade, le service de buanderie, la table de billard et bien plus encore. Tous ces avantages exceptionnels contribuent à créer une perception un peu trop simpliste de cette entreprise phénoménale. C’est normal, les gens ont souvent tendance à s’appuyer uniquement sur les éléments perceptibles, visibles et concrets pour se forger une opinion, alors que ce sont toujours les trucs intangibles qui ont le plus de valeur.


La question que vous devez vous poser est simple. Est-ce que vous croyez vraiment que c’est la glissade qui donne envie aux employés Google d’aller changer le monde chaque matin ? Non, non et non!


Selon moi, il n’y a rien de pire pour une entreprise que d’attirer des gens qui veulent uniquement profiter des avantages. Ils peuvent être très talentueux, mais est-ce qu’ils vont traverser les tempêtes dans les périodes difficiles ? Est-ce qu’ils vont accepter de perdre les avantages si l’entreprise n’a plus les moyens de les offrir ? Ce n’est vraiment pas souhaitable, mais aucune entreprise n’est à l’abri de situations difficiles et pour y échapper c’est primordial de rassembler les bonnes personnes autour d’une fondation solide, pas simplement des avantages.


Et je ne dis pas qu’il ne faut pas offrir des avantages, bien au contraire, sinon je serais vraiment mal placé pour dire ça. Pour moi, c’est logique d’en offrir quand c’est possible de le faire, mais une organisation ne doit pas uniquement s’appuyer sur cette approche pour convaincre les gens de se joindre à elle. Les organisations doivent plutôt donner un sens au travail de leurs employés pour qu’ils sachent en quoi il font une différence chaque jour. C’est fou comment une tâche redondante et ennuyante peut soudainement devenir motivante quand la raison d’être est valorisée. La clarté d’une mission et des valeurs d’une entreprise permet d’attirer les personnes qui veulent en faire partie pour les bonnes raisons.


Et je dois avouer que je deviens un peu mal à l’aise quand les dirigeants vantent leur culture d’entreprise uniquement pour la table de ping pong offerte à leurs employés. Pour moi, créer un environnement de travail qui donne le goût aux gens d’aller travailler chaque matin, c’est beaucoup plus que des jeux, des voyages, une salle de yoga ou encore des vacances illimitées. Bien que ces avantages peuvent être extrêmement positifs, je crois que c’est une grave erreur d'assumer qu’ils sont gages de succès pour une organisation.



Au final, ce qui fait vraiment la différence, c’est l’ampleur des défis, la reconnaissance, le feedback continu, les bonnes relations avec les collègues, la qualité de la communication, le partage des valeurs et la liste est encore longue. Je n’ai pas la prétention de parler pour tous les employés de GSOFT, mais je crois sincèrement que la majorité ne songerait pas une seconde à quitter l'entreprise si le voyage annuel n’existait plus. C’est la force d’une culture d’entreprise exceptionnelle et c’est ce qui fait que nous allons continuer de changer le monde encore très longtemps.

À propos de ce blogue

Simon est le rêveur visionnaire à la tête de GSOFT, l'une des plus importantes PME québécoises. Depuis 2006, GSOFT met au point des logiciels qui sont aujourd’hui utilisés dans plus de 110 pays. Sa première préoccupation ayant toujours été le bonheur de ses employés, Simon a bâti l’une des cultures d’entreprise les plus inspirantes de la planète. Son plus récent projet, Officevibe, est la preuve indéniable de son engagement au bien-être de son effectif. Audacieux et anticonformiste de nature, il s’est donné la mission de révolutionner le monde du travail tel que nous le connaissons. Il profitera de cette tribune pour favoriser encore plus cette transformation ! www.GSOFT.com

Simon De Baene