Des administrateurs et des investisseurs qui rient jaune

Publié le 05/10/2011 à 15:12

Des administrateurs et des investisseurs qui rient jaune

Publié le 05/10/2011 à 15:12

Par Richard Joly

BLOGUE. Kodak et Yellow Media (Pages Jaunes) sont deux anciens leaders de leur marché respectif. Toutefois, ils ont tous les deux raté leur transformation organisationnelle pour assurer leur pérennité. Ils ont eu à faire face à des concurrents non traditionnels qui maîtrisaient les nouvelles technologies :


• Kodak a été délogé par la forte croissance de la technologie numérique et l’arrivée des téléphones portables munis de caméras intégrées;


• Yellow Media n’a pas réussi à faire migrer la plus importante base de données commerciale au Canada vers le web alors que Google cueillait les fruits mûrs sans embûches.


Pour les administrateurs, c’est le cauchemar et pour les investisseurs, c’est le désastre. J’ai trois observations pour ces deux groupes :


1. Les administrateurs avaient-ils compris quel était le déficit de compétences organisationnelles qui existait avant d’approuver la mise en œuvre des nouveaux plans stratégiques? S’attaquer à un nouveau marché requiert plus que des plans stratégiques. Il faut des personnes qui connaissent intimement ces nouveaux marchés et souvent la vieille culture devient le frein le plus important.


2. Puisque les mauvais résultats persistaient, pourquoi ne pas avoir vendu la compagnie alors que les actifs avaient encore une bonne valeur? Admettre qu’on a fait une erreur demeure ce qui est le plus difficile pour un administrateur. Ça prend énormément de courage pour céder son poste à un autre qui aurait peut-être fait mieux.


3. Où étaient les investisseurs lors des réunions annuelles pour forcer des changements au sein du conseil d’administration et nommer de nouvelles personnes plus objectives face aux faits? Depuis cinq ans, autant chez Kodak que chez Yellow Media, il y a eu très peu de changements des acteurs tant au niveau du conseil d’administration que de la direction.


Amorcer la transformation fondamentale d’une entreprise est une aventure qui peut ressembler à l’ascension du mont Everest. Pour y survivre, il faut savoir quand prendre une position de repli avant que les organes vitaux ne soient affectés. Malheureusement, nous assisterons à une vente aux enchères des actifs et ce sont les investisseurs qui en paieront le prix.


À propos du blogue "Leaders en action" :


Le blogue Leaders en action, animé par Monsieur Richard Joly, se veut un carnet d’échange sur les sujets d’actualité qui touchent la gouvernance d’entreprise et le leadership. M. Joly mène une carrière au sein de l’industrie du recrutement de cadres supérieurs. Président et fondateur de Leaders & Cie, il a su propulser l’entreprise pour en faire un chef de file des plus respecté dans son domaine pour ses études sur le capital humain. Il possède une vaste expérience à titre de consultant auprès des administrateurs de sociétés et de chefs de la direction. Il a dirigé plus de 350 mandats de recrutement de hauts dirigeants au cours des 14 dernières années. Expert en gouvernance d’entreprise, il s’intéresse de près à l’efficacité des conseils d’administration ainsi qu’au développement du capital humain.

Sur le même sujet

Conseils d'administration: les femmes avancent péniblement

03/03/2014 | Dominique Froment

En moyenne, les conseils d'administration au Canada sont composés de cinq hommes pour une femme.

BlackBerry: la vente en morceaux rejetée par le conseil d'administration

Mis à jour le 11/11/2013

Vendre BlackBerry en pièces détachées n’est pas la meilleure option pour le fabricant de ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars Ă  chacune des Ă©tapes du processus. Un bon coup peut ...

Une correction du secteur de l'habitation ferait mal Ă  l'Ă©conomie, selon la BMO

Une correction soudaine et prononcée du secteur de l'habitation pourrait avoir un impact dévastateur sur ...

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick ClĂ©rouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, Ă  l'image des FNB? RĂ©ponse Ă  notre lecteur