Shell: fini tel que prévu

Publié le 02/08/2010 à 20:08

Shell: fini tel que prévu

Publié le 02/08/2010 à 20:08

Par René Villemure

BLOGUE. Rien de nouveau sous le soleil. Tel que prévu, Shell a exercé aujourd’hui son droit de disposer librement de ses propres installations.


Certes, les employés sont et demeureront déçus de la décision de Shell mais, dans un monde de libre entreprise et de libre concurrence, les employés, tout comme le Gouvernement du Québec, d’ailleurs, n’avaient un grand poids dans l’équation.


Me suivre sur Twitter : renevillemure


D’ailleurs, le Gouvernement du Québec ne pouvait pas aider les employés de Shell directement sans pénaliser l’ensemble des contribuables québécois, qui sont déjà trop taxés. Poursuivre les efforts auprès de Shell commençait à ressembler à de l’acharnement thérapeutique… Passé un certain point, je crois qu’il faille regarder vers l’avant plutôt que dans la lunette arrière.


Ainsi: Comment les entrepreneurs québécois pourraient-ils aider ces 800 travailleurs?


Lisez mon blogue précédent ici


Lisez les Bulletins réflexifs de l’institut québécois d’éthique appliquée


 


 


 

Sur le même sujet

Desjardins : les excédents reculent de 32,2% au 4e trimestre

Mis à jour le 17/10/2011

Les excédents, ou profits nets, du Mouvement Desjardins ont chuté de 32,2 pour cent au quatrième trimestre, passant ...

Votre salaire a-t-il grimpé autant que celui des autres ?

Mis à jour le 17/10/2011

La rémunération hebdomadaire moyenne des employés salariés non agricoles a augmenté de 4,5 pour cent en décembre ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Jacques Parizeau: des économistes saluent le pédagogue

Chez les économistes du Québec, Jacques Parizeau est reconnu comme une sorte de monument à sa façon.

Jacques Parizeau: les réactions au décès d'un «grand bâtisseur» du Québec

Mis à jour à 16:37

Plusieurs personnalités politiques ont réagi au décès de l'ancien premier ministre du Québec.

Jacques Parizeau: le père de la Nasa québécoise

BLOGUE. «Mais, vous êtes sur une autre planète!», avait dit Jacques Parizeau. Notre chroniqueur rend hommage.