Vézina : Les Tanguy obligés d'ailleurs devraient nous faire réfléchir ici

Publié le 09/02/2013 à 17:23, mis à jour le 10/02/2013 à 15:10

Vézina : Les Tanguy obligés d'ailleurs devraient nous faire réfléchir ici

Publié le 09/02/2013 à 17:23, mis à jour le 10/02/2013 à 15:10

La «tanguysation de l'économie» est considérée comme un fléau planétaire. Photo: Droits réservés

BLOGUE. Ne viens pas chez moi, j’habite chez mes parents…


Pour le journal Le Monde, qui a mené une enquête sur ce sujet, ce n’est rien de moins qu’un « fléau planétaire».


En Espagne, en Italie et au Portugal, de 40 à 50 % des jeunes gens de 25 à 34 ans vivent ou sont revenus vivre chez leurs parents. La proportion est encore plus élevée en Grèce, en Bulgarie, en Slovaquie et à Malte.


Pour l’Europe, ce sont les pourcentages les plus élevés, mais ils grimpent un peu partout dans le monde. Aux États-Unis, le taux atteint maintenant 21,6 %. Il n’était que de 11 % en 1980. Même des pays dont l’économie a été moins affectée, comme le Canada et l’Australie, voient de plus en plus de grands enfants réintégrer le foyer familial. Au Japon, la tendance touche même des cohortes plus âgées : 16 % des 34 à 44 ans cohabitent désormais avec leurs parents. Et ce sont toujours majoritairement des hommes.


Les facteurs peuvent être en partie culturels, mais ils sont surtout économiques : c’est dans l’Europe du Sud, durement touchée par la crise, que le phénomène est le plus évident. Sans revenus, sans perspective de retrouver du travail à court terme, revenir à la maison demeure la seule option si on veut éviter d'échouer dans la rue.


Le journal note que ce ne sont pas des Tanguy, en référence au personnage plutôt fainéant du film d’Étienne Chatiliez qui prolongeait son séjour chez ses parents pour se faire vivre. Ces nouveaux dépendants sont plutôt malheureux. « En vivant chez mes parents, je deviens un sujet de mépris », dit l’un d’entre eux. Et la suite ne sera pas jolie. À perdre ainsi confiance, on entre dans un cercle vicieux dont il est bien difficile de sortir.


Et les parents, justement ? Ils apprécient modérément. C’est toujours bien d’aider ses enfants, mais les ravoir dans les pattes ne fait pas l’affaire de tout le monde. On fait d’ailleurs référence à un site mexicain, supermujer.com.mx où on peut lire la question suivante : « Enfants à la maison, jusqu’à quand ?» Même les mamas italiennes affichent leur ras-le-bol, paraît-il…

À propos de ce blogue

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.

René Vézina

Sur le même sujet

Mondial : l'Espagne championne de la valeur marchande

09/06/2014 | AFP

L'Espagne est la sélection à la valeur économique la plus élevée du Mondial-2014, ...

L'Espagne affiche sa plus forte croissance en six ans

29/05/2014 | AFP

L'Espagne enregistre sa plus forte croissance en six ans avec une progression de de 0,4% au premire trimestre.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Comment vous fixer un objectif vraiment motivant?

20/11/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Nous passons notre vie à courir après des objectifs. À en perdre le souffle. Voici comment mieux vous y prendre.

Les 7 défis du gestionnaire et le vrai rôle du capitalisme, selon McKinsey

18/11/2014 | Diane Bérard

BLOGUE. Oubliez les cygnes noirs, méfiez-vous plutôt des rhinocéros gris. Et autres conseils de gestion de McKinsey.

Les mille-et-une vies de Guestful, un hybride entre OpenTable et Yelp

18/11/2014 | Julien Brault

Guestful, qui lance aujourd’hui sa nouvelle app iPhone, est un exemple éloquent de start-up ayant appris de ses erreurs.