Longue vie aux concombres de Saint-Félicien !

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Janvier 2017

Longue vie aux concombres de Saint-Félicien !

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Janvier 2017

[Photo : 123RF/Sommai Larkjit]

Une petite révolution se déroule au Lac Saint-Jean, ce qui permet d'envisager avec plus d'optimisme l'avenir de bien des régions du Québec.


Depuis la fin de novembre, l'entreprise Les Serres Toundra produit à Saint-Félicien des concombres. Beaucoup de concombres. À tel point qu'on pourra approvisionner, 12 mois par année, 420 supermarchés québécois du Groupe Sobeys, soit des enseignes IGA, Marché Bonichoix et Marché Tradition. Il en restera assez pour fournir les 650 restaurants de la chaîne Subway.


Saint-Félicien était déjà connue pour son célèbre zoo sauvage, elle le sera désormais pour ses cucurbitacées. Mais ce qui fait vraiment la beauté de la chose, c'est le modèle de production, innnovateur, qui repose sur un partenariat inédit avec une grande industrie implantée localement : Produits forestiers Résolu, qui y trouve son compte, ne serait-ce que pour se positionner comme bon citoyen corporatif.


C'est l'exemple que nous avait servi le premier ministre Philippe Couillard lorsque je l'ai rencontré un peu avant Noël, avec mon collègue Stéphane Rolland, à l'occasion d'une entrevue rédactionnelle où il a notamment été question du sort des régions du Québec.


Lors de cet entretien, il avait notamment déploré la relative insouciance dont nous faisions preuve collectivement quant à notre démographie vieillissante, qui va d'abord faire mal en région, se disant toujours surpris qu'on ne s'en préoccupe pas davantage. Par contre, il avait salué le renouveau de l'esprit entrepreneurial au Québec, surtout chez les jeunes, et avait signalé le potentiel de l'innovation pour l'industrie québécoise.


Les Serres Toundra en représentent un magnifique exemple. Son président, Éric Dubé, est de cette nouvelle génération d'entrepreneurs qui ne se contentent plus de reproduire le passé. Et il y est arrivé en bonne partie grâce à l'apport de Résolu.


La grande entreprise forestière est directement engagée dans les Serres puisqu'elle en possède 49 % du capital. Mais mieux encore, c'est sa proximité (à un kilomètre) des immenses installations de production qui rend le partenariat idéal... grâce à un bon coup de main des nouvelles technologies.


Dans le climat québécois, la serriculture doit relever en hiver le défi du chauffage. Les Serres Toundra profiteront de l'eau utilisée par l'usine de cogénération de Résolu qui comblera 25 % de leurs besoins en chaleur. Mais la principale percée technologique concerne la captation du CO2 émis par le moulin à scie, qui sera récupéré, acheminé par un conduit, avant d'être réinjecté dans les serres.


Lâché dans l'atmosphère, le gaz carbonique contribue à l'effet de serre. En revanche, livré à des plantes en pleine photosynthèse, il accélère leur croissance de 40 %.


Le problème d'une entreprise qui tente de limiter ses rejets dans l'atmosphère va bénéficier à une autre qui devient ainsi plus productive ! En passant, c'est une autre entreprise québécoise, CO2 Solutions, de Québec, qui a mis au point la technique de captation du gaz carbonique et le transfert vers les serres.



Pas étonnant que le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, s'en soit réjouit, en signalant que les déchets éventuels d'une entreprise - le CO2 - devienne un actif pour une autre. Et pas étonnant non plus que Philippe Couillard ait lui aussi applaudi. Sa circonscription de Roberval englobe Saint-Félicien... et il était naturellement sur la tribune, à la mi-décembre, pour l'inauguration officielle des serres et leurs fameux concombres.


Pour l'instant, 200 personnes y travaillent. L'effectif pourrait grimper à 400. Encore faudra-t-il attirer des travailleurs. Va se poser la question des salaires dans une région habituée aux conditions avantageuses offertes par les grandes industries métallurgiques (Rio Tinto, alias Alcan), ou forestières.


C'est une grande question et elle n'est pas réglée. Mais en attendant, si tout va bien, Les Serres Toundra deviendront un des plus importants employeurs de la région... grâce à leurs concombres québécois et à l'appui de Produits forestiers Résolu.


Pourquoi est-ce là un exemple qui devrait nous inspirer ?


Parce que c'est là le cas parfait d'une innovation qui fait fi du défaitisme ambiant - «Ça ne marchera pas» - et qui dissipe les préjugés. J'espère de tout coeur, partisan déclaré du Québec des régions, que Saint-Félicien se révélera à la hauteur des attentes.


Mais il n'y a pas que les concombres dans la vie... Il suffit de trouver un créneau, de soutenir des entrepreneurs qu'on dit trop souvent rêveurs et d'établir des alliances porteuses. Pour revitaliser des milieux qu'on dit en sursis. Ce serait une belle recette.


Nous y croyons tellement, à Les Affaires, que nous prendrons la route cette année à la rencontre des dirigeants et des entreprises qui font la vitalité économique de neuf municipalités qui se démarquent. En comprenant fort bien, nous, que ce qui les aide finit par profiter directement à l'ensemble du Québec, à commencer par Montréal et Québec. Je réaliserai plusieurs de ces reportages, qui seront présentés périodiquement en 2017. Nous ne pourrons pas aller partout, ni raconter tout ce qui survient. Il nous faudra choisir, et prière de ne pas nous en tenir rigueur ! Au moins, nous entreprenons, nous, de vous dire que le Québec n'est pas unidimensionnel et que plusieurs travaillent à le réinventer. Comme avec les concombres de Saint-Félicien !

À propos de ce blogue

Observateur et commentateur privilégié de l’économie québécoise depuis plus de 20 ans, René Vézina fait le point sur un monde en évolution constante. Il jette un regard critique sur les événements et les vulgarise pour faire ressortir les enjeux cachés.

René Vézina

Sur le même sujet

À surveiller: BRP, Canopy, Empire

Que faire avec les titres de BRP, Canopy Growth et Empire?

Pourquoi ce stratège revient-il aux épiciers?

BLOGUE. Dans un marché haussier qui gagne en âge, le moment est venu de redécouvrir les vertus des épiciers.

Blogues similaires

La musique vous rend-elle plus productif?

19/09/2018 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La plupart du temps, elle nous aide à travailler «vite et bien», selon une étude.

Volte-face: Couche-Tard produira un premier rapport de développement durable

19/09/2018 | Diane Bérard

BLOGUE. À la veille de l'assemblée annuelle, Couche-Tard s'assouplit sur le vote consultatif et la reddition de comptes.

La fin de ce blogue, une occasion de rebondir

Mis à jour le 06/03/2017 | Julien Brault

BLOGUE INVITÉ. Je pourrai découvrir de nouvelles occasions d'affaires. C'est ainsi que prospèrent les start-ups.