Élections Québec 2012: Irresponsable !

Publié le 01/09/2012 à 13:16

Élections Québec 2012: Irresponsable !

Publié le 01/09/2012 à 13:16

L'économie du Québec s'en tire bien dans la turbulence mondiale. Le Québec est en relative bonne santé économique. Pendant ce temps-là, les États-Unis se remettent péniblement de la crise, sept pays européens sont en récession et la Chine ralentit...


Chez nous, nous vivons des années records d'investissements privés, surtout dans les secteurs manufacturier, minier et de la construction.


Nous parviendrons à l'équilibre budgétaire dès 2013-2014. Par la suite, nous aurons des surplus qui augmenteront progressivement pour atteindre 3 milliards $ par an à compter de 2017-2018. Et ces surplus seront totalement et obligatoirement consacrés à la dette.


En 2025, la dette brute du Québec aura passé de 55 % à 45 % du PIB, un niveau raisonnable pour laisser aux prochaines générations la liberté de leur choix.


L’obligation de réduire la dette a été consacrée dans nos lois.


La première, c’est la Loi sur la réduction de la dette et instituant le Fonds des générations.


Le Fonds des générations, c’est en quelque sorte un compte d'épargne dont les sommes mises en réserve ne peuvent servir qu’à réduire la dette. C’est comme une garantie que nous donnons à nos prêteurs.


La deuxième loi est la loi de mise en œuvre du budget de 2010. Elle instituait la hausse du tarif du bloc patrimonial d'électricité entre 2014 et 2018.


À compter de 2018, la hausse du tarif du bloc patrimonial permettra de verser 1,6 milliard $ par année au Fonds des générations et de réduire d’autant notre dette.


Avec la loi sur l'équilibre budgétaire (le déficit zéro), ces deux lois constituent en quelque sorte un « contrat moral » entre le Québec et ses prêteurs. Elles sont les fondements de la confiance des marchés à l’égard du Québec.


Depuis deux semaines, par pur électoralisme, le Parti Québécois s’est engagé dans une dangereuse dérive. Une dérive qui, si malheureusement le Parti Québécois était élu, ébranlerait la confiance des marchés financiers envers le Québec.


Premièrement, Pauline Marois s'est engagée à geler le bloc patrimonial. Pour ce faire, elle révoquerait les articles de loi qui mettent en place la hausse tarifaire, déchirant ainsi cavalièrement l'engagement du Québec envers ses prêteurs. Elle met ainsi une croix sur quelque 22 milliards $ (capital et intérêts) versés à la dette en 2025. Les agences de notation et les milieux financiers vont certainement apprécier!


En lieu et place, le PQ s'engage à verser son éventuelle augmentation de redevances. On parle ici de moins de 200 millions $ de revenus et qui plus est, totalement hypothétiques. Coup dur pour la confiance chez nos prêteurs…


Deuxièmement, Pauline Marois s'est engagée à abolir le Fonds des générations.


C'est ni plus ni moins qu’annoncer à votre banquier que vous fermez le compte d'épargne qui garantit vos emprunts et qui est alimenté par une portion de votre salaire versé en dépôt direct.


Quelle serait la réaction de votre banquier si vous lui disiez : « Ne crains rien, je vais me débrouiller pour verser de temps en temps un paiement pour régler ma dette » ???


Les deux engagements du PQ abolissent les paiements garantis par le Québec pour la réduction de la dette.


Dans le contexte mondial actuel d'instabilité et de turbulences, il s'agit d'engagements carrément irresponsables. Ils compromettent irrémédiablement le plan de réduction de la dette. La solide confiance actuelle des marchés financiers envers le Québec sera ébranlée.


Il n’y a qu’un mot pour qualifier ce non-sens : IRRESPONSABLE !


-----


Lesaffaires.com offre une tribune à chaque parti politique pour faire connaître leur vision économique. Avocat de formation, MBA et docteur en administration (Harvard), Raymond Bachant est candidat dans Outremont pour le Parti libéral du Québec. Parallèlement à son engagement communautaire, il a occupé de nombreuses fonctions de direction dans le secteur privé, notamment chez Métro-Richelieu, Culinar, et comme PDG du Fonds de solidarité FTQ et de Secor Conseil.


Élu député d’Outremont en 2005, il a dirigé les ministères du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et du Tourisme. Il est ministre des Finances, du Revenu et responsable de la région de Montréal.


 

Sur le même sujet

Péladeau doit vendre ses actions de Québecor, dit Legault

09/03/2014

Le chef de la CAQ a fourbi ses armes et a carrément remis en question l'indépendance de l'empire médiatique.

L'événement le plus médiatisé de 2012 au Québec est...

Mis à jour le 19/12/2012

L'élection d'un gouvernement minoritaire péquiste a été la nouvelle la plus ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

À surveiller: Virginia, Alibaba et Amazon

Que faire avec les titres de Virginia, Alibaba et Amazon? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles ...

Bourse: départ hésitant, Metro à un sommet historique

Il y a 18 minutes | LesAffaires.com et AFP

La firme Raymond James a amorcé le suivi du titre de Metro avec une cible de 75$.

10 choses à savoir vendredi

08:21 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Un Américain à la tête d'Aldo, 2 dragons quittent, l'incroyable retour du Made in America, l'ordi de 900000$ d'Apple...