Que se passe-t-il avec les obligations européennes?

Publié le 18/05/2015 à 10:58

Que se passe-t-il avec les obligations européennes?

Publié le 18/05/2015 à 10:58

À la surprise de plusieurs, le marché des obligations européennes a été passablement agité au cours des dernières semaines. Selon les données d'UBS, un mouvement aussi prononcé que celui observé au cours des trois dernières semaines sur les obligations allemandes de 10 ans ne s'est produit que lors de 0.9% des périodes au cours des 25 dernières années. Qui plus est, il survient dans un contexte où la Banque centrale européenne est en plein assouplissement quantitatif ce qui, en théorie, devrait plutôt avoir l'effet inverse.


Alors que certains commentateurs commencent à faire le lien avec le 'taper tantrum' observé à la mi-2013 lorsque les marchés craignaient le retrait graduel du programme d'achat d'obligations par la Réserve fédérale américaine, il est important de mettre en lumière deux différences importantes entre cette correction et celle que nous observons sur le marché des obligations européennes à l'heure actuelle:


1. La baisse récente ne coïncide pas avec un changement, ou une crainte spécifique de changement, dans la politique de la banque centrale.


2. Les primes de risque sur les autres actifs ne se sont pas élargies cette fois-ci, contrairement à l'épisode de 2013.


À prime abord, il semble plausible que les mouvements observés soient causés, du moins en partie, par le fait que bon nombre d'investisseurs sont positionnés de façon similaire dans leur portefeuille obligataire. Voulant extraire toujours un petit peu plus de rendement de leurs placements à revenu fixe dans un environnement anémique, ils prennent certains risques de durée, de liquidité ou de crédit, pensant tous être en mesure de voir venir les problèmes et pouvoir éliminer leurs expositions au moment opportun. Parallèlement, depuis la crise financière, beaucoup de courtiers ont sensiblement réduit leurs inventaires d'obligations pendant que le taux de rotation des obligations corporatives est tombé de moitié aux États-Unis et même davantage en Europe.


Le résultat? L'épisode actuel n'est probablement que temporaire, mais il est fort probable que tous les investisseurs qui se trouvent sur l'énorme paquebot de la chasse au rendement sur leurs placements à revenu fixe ne soient pas en mesure de se trouver une place sur les quelques canots de sauvetage qui seront disponibles le jour du naufrage. Ce dernier n'est peut-être pas imminent, mais la capacité du paquebot n'est malheureusement pas infinie.


L'investisseur avisé


L'investisseur avisé doit s'assurer de bien comprendre les véritables risques présents dans son portefeuille de placements à revenu fixe et s'assurer qu'il sera à l'aise avec la façon dont les composantes de ce dernier se comporteront lorsque le marché sera sous stress. Il est facile de tomber dans la complaisance des rendements réalisés sur les titres à revenu fixe au cours des dernières décennies et espérer poursuivre sur la même voie sans risques additionnels, mais l'utopisme est rarement une stratégie payante en investissement.


Questions à poser


Avant de prendre une décision, renseignez-vous auprès d'un professionnel qualifié:
- Mon portefeuille de titres à revenu fixe est-il conservateur ou audacieux?
- Quels sont les risques qui me permettent de générer un rendement additionnel sur mes placements à revenu fixe?
- Comment mon portefeuille de titres à revenu fixe se comporterait-il dans un environnement de crise? 

À propos de ce blogue

Au fil des ans, Pierre a conseillé un large éventail d'investisseurs privés et institutionnels, y compris des familles fortunées, des fondations et des fonds de pension sur la saine gestion de leurs actifs. Au-delà de sa connaissance approfondie des marchés financiers, des stratégies d'investissement et de la construction de portefeuille, il a développé une expertise plus particulière en matière de conseil aux investisseurs sur l'utilisation de stratégies de placement non traditionnelles et d'investissements internationaux. Le mandat de ce blogue est donc d'aiguiller les lecteurs dans l'exploration de pistes paraissant inhospitalières à première vue, mais pouvant mener à des expériences très gratifiantes lorsqu'on sait s'y orienter. Pierre est titulaire d'un MBA, porte les titres de Chartered Financial Analyst (CFA) et Chartered Alternative Investment Analyst (CAIA), et est également Fellow de l'Institut canadien des valeurs mobilières et de l'Institut des banquiers canadiens. Il travaille pour UBS (Canada) à titre de gestionnaire privé senior.

Pierre Czyzowicz

Sur le même sujet

EasyJet résiste aux vents contraires du secteur aérien en Europe

11:02 | AFP

EasyJet, de Londres, basera sa nouvelle entité à Vienne pour voler sans entrave dans l'UE peu importe l'issue du Brexit.

Les pros prévoient un dernier élan de 12% pour le S&P 500

BLOGUE. Le sondage de Bank of America Merrill Lynch révèle que les pros ont acheté pendant la dernière correction.