Un livre qui nous donne espoir face aux changements climatiques

Publié le 16/12/2017 à 10:49

Un livre qui nous donne espoir face aux changements climatiques

Publié le 16/12/2017 à 10:49

BLOGUE INVITÉ. Je termine la lecture du livre Climate of Hope, écrit par Michael Bloomberg et Carl Pope. M. Bloomberg est le fondateur de la multinationale du même nom qui vend des informations financières. Il a également été maire de la ville de New-York de 2002 à 2013 avec beaucoup de succès. Milliardaire, M. Bloomberg est un capitaliste invétéré qui croit dur comme fer aux vertus des marchés financiers et à l’économie de marché. M. Pope a été le directeur exécutif de l’organisation environnementale Sierra Club de 1992 à 2010.


S’il est un aspect des changements climatiques qui me dérange, c’est que la majorité des experts qui nous en parlent tentent de nous alarmer, de nous faire peur. Leur but est sans doute de nous pousser à agir, à être plus proactifs, mais je ne crois pas que ce soit la meilleure stratégie. Il est difficile de demander à la population de faire des sacrifices immédiats, surtout lorsque les bénéfices ne sont pas clairs et qu’ils ne surviendront que dans de nombreuses années. Le discours environnementaliste est souvent tellement alarmiste que bien des gens deviennent fatalistes.


Le livre de MM. Bloomberg et Pope est rafraîchissant parce que les auteurs sont optimistes devant le défi des changements climatiques, sans toutefois être complaisants. Ils nous parlent notamment des mesures qui ont déjà été prises par de nombreux pays pour améliorer la situation. Ils citent spécialement les efforts de nombreuses grandes villes du monde pour réduire les risques associés aux changements climatiques. De fait, M. Bloomberg estime que les villes sont probablement les acteurs qui prendront la plupart des mesures nécessaires pour réduire notre impact sur l’environnement, pas nécessairement les gouvernements de nations souvent incapables de prendre des décisions dont les impacts positifs sont si éloignés dans le temps. La décision récente du président Trump de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat semble corroborer cette idée. Selon eux, les maires des villes sont plus près des citoyens et mieux placés pour prendre les décisions qui amélioreront directement leur qualité de vie.


Voici quelques-uns des messages que j’ai tirés de la lecture de ce livre:


- «Les changements climatiques devraient être perçus comme une série de problèmes spécifiques et gérables qui peuvent être attaqués simultanément de plusieurs angles. Chaque problème a une solution. Mieux encore, chaque solution peut améliorer la santé de notre société et rendre notre économie plus forte.» Par exemple, éliminer le charbon comme source d’électricité réduirait non seulement les émissions de carbone, mais améliorerait aussi la santé publique.


- Il faut convaincre les gens que ce qu’ils sont en mesure de faire pour améliorer l’environnement peut leur apporter des bénéfices tangibles et immédiats. «Ce que les gens veulent savoir n’est pas ce qui arrivera précisément à la Terre dans 80 ans, mais ce qui arrivera à leur maison, à leur travail et à leur communauté cette année».


- Ce qu’on fait maintenant pour améliorer l’environnement est favorable sur de nombreux autres plans. «Selon notre expérience, combattre les changements climatiques va de pair avec l’amélioration de la santé publique, le renforcement de notre économie et de nos standards de qualité de vie.»


- «La plupart des actions qui peuvent rendre les villes meilleures, plus propres, plus saines et plus productives économiquement réduisent du même coup les émissions de carbone.» Selon eux, il est faux de prétendre que les actions susceptibles d’améliorer l’environnement sont néfastes pour l’économie.


- Le fait que les scientifiques ne soient pas capables de prédire les conséquences du réchauffement climatique avec précision découle du fait qu’il s’agit d’un phénomène complexe chaotique. Selon Pope, «cette imprécision est exactement ce que nous devrions prévoir d’un phénomène chaotique.»


- «Les changements climatiques n’ont pas une seule cause avec une solution unique. Le climat est bouleversé par une série de polluants associés à diverses parties de nos vies. Ils n’agissent pas tous de la même façon; ils ont des horizons temporels différents. Certains sont faciles à remplacer, d’autres plus difficiles.»


- Parmi les diverses causes du réchauffement climatique qui appellent à des solutions, les auteurs énumèrent l’efficacité de nos édifices et leurs besoins énergétiques (responsables de près du tiers des changements climatiques), le transport et la nécessité de trouver des substituts au pétrole (21%), la production d’électricité de sources propres et renouvelables (25%) et la fabrication de produits de toutes sortes (21%). «La bonne nouvelle derrière cette complexité est qu’elle ne nous donne pas une, ni même deux ou trois, solutions puissantes pour réduire les émissions, mais plutôt des douzaines.»


- «L’économie de marché peut être la meilleure amie des environnementalistes.» Le charbon est aujourd’hui moins économique que l’énergie provenant de sources solaire ou éolienne.


Compte tenu de l’énorme complexité des changements climatiques, il y aura toujours des sceptiques qui mettront en doute les causes, voire même le réchauffement de la Terre. Pour ma part, je suis de ceux qui croient que les risques substantiels liés au réchauffement de notre planète ne nous permettent pas de rester les bras croisés. Pour paraphraser le philosophe Blaise Pascal au sujet de l’existence de Dieu, on ne peut pas être certain qu’Il existe, mais pourquoi prendre le risque de ne pas y croire?


Climate of Hope nous donne espoir et nous incite ainsi à faire notre part pour la santé de notre planète.


Philippe Le Blanc, CFA, MBA


À propos de ce blogue: Philippe Le Blanc est président et chef des placements chez COTE 100, une boutique de gestion de portefeuille. Il est également éditeur de la Lettre financière par COTE 100, publiée mensuellement depuis 1988.


 

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: l'été ne sera pas de tout repos

BLOGUE. Gracieuseté de la bravade de Donald Trump, les stratèges craignent un été mouvementé.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?