Qu'ont en commun IBM, Canadien National, CGI, BMTC et Rogers?

Publié le 05/03/2012 à 11:49, mis à jour le 12/04/2012 à 11:25

Qu'ont en commun IBM, Canadien National, CGI, BMTC et Rogers?

Publié le 05/03/2012 à 11:49, mis à jour le 12/04/2012 à 11:25

BLOGUE. Dans le rapport annuel 2011 de Berkshire Hathaway (dont je recommande la lecture), Warren Buffet dit favoriser les rachats d’actions lorsque deux conditions sont remplies : premièrement, une entreprise doit avoir amplement de liquidités pour les besoins opérationnels de ses activités; deuxièmement, son titre doit se vendre à un escompte significatif par rapport à la valeur intrinsèque de l’entreprise, calculée de façon conservatrice.


Pour étayer ce dernier point, Buffett soumet que lorsque Berkshire achète le titre en bourse d’une société qui rachète ses actions, deux événements sont préférables à long terme : 1- les profits de ladite entreprise poursuivront leur croissance à un rythme attrayant pendant de nombreuses années et 2- le titre de l’entreprise sous-performera en bourse pendant de nombreuses années. N’est-ce pas étrange d’espérer qu’un titre dans lequel on investit sous-performera pendant des années?


Pour expliquer son raisonnement, Buffet donne l’exemple d’IBM, une société dans laquelle Berkshire Hathaway a acquis 5,5 % des actions en 2011.


IBM a présentement 1,16 milliard d’actions en circulation dont Berkshire détient 63,9 M (5,5 %). Selon Buffett, IBM devrait être en mesure de racheter pour 50 milliards $ de ses propres actions au cours des cinq prochaines années. Si le titre d'IBM se transige à un cours moyen de 200 $ au cours des cinq prochaines années, la société aura racheté 250 M de ses propres actions au cours de la période, ce qui réduirait son nombre d'actions en circulation à 910 M et porterait le pourcentage détenu dans IBM par Berkshire à 7 %. En revanche, si le titre s'échangeait à un prix moyen de 300 $ au cours des cinq prochaines années, IBM rachèterait 167 M de ses actions, ce qui laisserait un solde de 990 M d'actions en circulation dans cinq ans, dont 6,5 % appartiendrait à Berkshire.


Si dans cinq ans IBM réalisait un profit de 20 milliards $, la part de ces profits appartenant à Berkshire serait de 100 M$ plus élevée sous le scénario « décevant » d'un prix de l'action plus bas que sous celui d'un prix plus élevé.


Il y a quelques semaines, je citais le Groupe CGI comme un champion des rachats d'actions, la société ayant réduit son nombre d'actions en circulation de 41,4 % depuis la fin de son exercice 2004. Or, CGI remplit très bien les deux conditions imposées par Buffett pour les rachats d'actions : elle ne s'est jamais endettée outre mesure pour effectuer ses rachats d'actions et a toujours payé un prix raisonnable pour ses actions.


D'autres sociétés canadiennes sont à mon avis des champions des rachats d'actions. C’est certainement le cas de Groupe BMTC dont le nombre d’actions en circulation a été réduit de 46,5 % de 2000 à 2010. C’est également le cas de Canadien National dont le nombre d’actions en circulation a été réduit de 25,3 % depuis 2000. Ou de Rogers Communications dont le nombre d’actions a été réduit de près de 17,5 % depuis qu’elle a commencé à racheter ses actions il y a trois ans. À ce sujet, je serais heureux de connaître d’autres champions de rachats d’actions.


Philippe Le Blanc, CFA, MBA


Des portefeuilles sous la gestion de COTE 100 possèdent des actions des titres mentionnés dans ce blogue.


À propos de ce blogue : Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

L'AMF confirme qu'elle enquête sur Bombardier, le titre plonge

Mis à jour le 16/11/2018 | La Presse Canadienne

Le titre de Bombardier a plongé de 20% vendredi après l'annonce de l'AMF.

Blogues similaires

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?