Le Blanc: Une industrie en croissance est-elle nécessaire pour réussir un placement?

Publié le 19/11/2012 à 12:04, mis à jour le 19/11/2012 à 14:18

Le Blanc: Une industrie en croissance est-elle nécessaire pour réussir un placement?

Publié le 19/11/2012 à 12:04, mis à jour le 19/11/2012 à 14:18

Le Canadien National évolue dans une industrie mature, mais a tout de même offert un solide rendement à ses actionnaires. Photo: Bloomberg

BLOGUE. Bien des investisseurs ont cette idée fausse que pour faire beaucoup d’argent en bourse, ils se doivent d’investir dans une entreprise qui évolue dans une industrie en forte croissance, voire révolutionnaire. Combien d’investisseurs ont adopté cette idée à la fin des années 90 en croyant que l’Internet allait révolutionner le monde? Ils ont eu raison quant au potentiel révolutionnaire de l’industrie de l’Internet. Quant aux profits de leurs placements dans les titres technologiques, ce fût dans bien des cas une toute autre histoire…


Trop souvent, cette fausse idée de rechercher le prochain Microsoft ou Biochem Pharma incite selon moi les investisseurs à prendre des risques indus. Pourtant, les meilleurs placements à long terme s’avèrent souvent des titres qui évoluent dans des industries qui n’affichent pas nécessairement de forte croissance.


Par exemple, la semaine dernière, j’écrivais un blogue sur une entreprise « mystère » dont le titre s’est apprécié de plus de 3 100 % depuis 2000 – il s’agit bien évidemment de Stella-Jones. Cette entreprise est un leader dans la fabrication de poteaux et de traverses de chemin de fer en bois traité. On est bien loin de l’Internet ou d’une industrie révolutionnaire! On parle plutôt d’une industrie mature qui existe depuis de nombreuses décennies et qui, bon an mal an, poursuit sa progression, alimentée en grande partie par une demande récurrente provenant de la nécessité d’entretenir les réseaux ferroviaire et de services publics existants.


Votre épicier de quartier


À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

10 choses à savoir vendredi

19/09/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Entrée fracassante d'Alibaba à Wall Street, le iPhone 6 en vente aux quatre coins du monde, la taxe «sucrée» de Wal-Mart

Gates dans le train gagnant, mais pas Buffett

02/09/2014 | lesaffaires.com

En misant sur le CN, Bill Gates s’est enrichi de 1,8 G$ en 2014.

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Chine: grosse croissance, petits rendements

BLOGUE. Investir dans tel pays en raison de la forte croissance de son économie est une idée dangereuse.

Les acquisitions, une force positive pour la Bourse

Tant que les taux seront bas et que les sociétés auront du capital à déployer, les transactions stimuleront les cours.

Un gestionnaire qui ne croit plus à l'analyse fondamentale

Devenu célèbre grâce à son pari contre les «subprimes», Steve Eisman a changé de philosophie après de piètres rendements