Le Blanc - Quels sont les plus grands créateurs de richesse au Canada?

Publié le 05/02/2013 à 14:28, mis à jour le 05/02/2013 à 16:35

Le Blanc - Quels sont les plus grands créateurs de richesse au Canada?

Publié le 05/02/2013 à 14:28, mis à jour le 05/02/2013 à 16:35

BLOGUE. Il existe de nombreux palmarès d’entreprises, que ce soit ceux des champions de la croissance (des revenus), des meilleurs endroits où travailler, ou des meilleurs pdg. Mais pour moi, en tant qu’investisseur boursier à long terme, le gage ultime de performance d’une entreprise restera toujours sa performance boursière à long terme, disons sur une période d’au moins 15 ans. Sur une telle période, les effets des modes et des bulles qui peuvent entraîner certains titres à la hausse s’estompent et c’est véritablement la performance financière d’une entreprise qui ressort, en particulier la croissance de ses profits par action. En plus, au cours des 15 dernières années, on a traversé l’éclatement de la bulle techno, deux récessions et une correction boursière majeure pendant la crise financière de 2008-2009. Si certaines sociétés ont généreusement enrichi leurs actionnaires, c'est donc parce qu'elles ont bien performé financièrement et non pas parce qu'elles ont surfé sur un marché boursier haussier.


Pourquoi revenir sur ces titres? N’est-ce pas un peu comme l’investisseur qui cherche des titres gagnants en regardant dans son rétroviseur? Oui, dans bien des cas. Il reste que souvent, les entreprises gagnantes ont tendance à rester gagnantes très longtemps. Les avantages concurrentiels qu’elles ont développés ont souvent tendance à augmenter avec les années. Comme le dit si bien Buffett, le fossé qui les sépare de leurs concurrents s’élargit avec les années. C’est d’ailleurs pourquoi dans bien des cas ces titres se vendent à des ratios d’évaluation relativement élevés – les investisseurs sont prêts à payer plus cher pour les entreprises qui ont fait leurs preuves. Par contre, il arrive que, pour toutes sortes de raisons, ces titres se vendent à des ratios d’évaluation raisonnables. C’est pourquoi il importe selon moi de garder ces sociétés gagnantes à l’œil car un jour, un investisseur pourrait avoir une occasion de les acheter à un prix attrayant.


De plus, l’analyse de ces entreprises et des facteurs qui ont fait leur succès peut aider les investisseurs à dénicher les prochains grands créateurs de richesse.


Au cours des prochaines semaines, je présenterai deux telles sociétés par semaine pour arriver en bout de ligne avec un palmarès des plus grands créateurs de richesse au Canada des 15 dernières années. Si vous voyez des titres (de sociétés canadiennes) qui devraient s’ajouter à cette liste, n’hésitez pas à m’en faire part.


Voici donc les deux premiers de cette série :


Blackberry (Research-In-Motion)

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Sur le même sujet

Initiés: Andrew Molson achète du Jean Coutu à un creux

Aussi: rachats majeurs à Le Château, un initié de MTY vend, la famille Marcoux exerce des options.

Les «ennuyeuses», le meilleur antidote à l'incertitude

Édition du 24 Octobre 2015 | Yannick ClĂ©rouin

CHRONIQUE. Elles n'Ă©voluent peut-ĂŞtre pas dans les secteurs les plus sexy, mais brillent sur le plan financier.

Blogues similaires

Le secret de la réussite en Bourse

Édition du 20 Juin 2015 | Bernard Mooney

BLOGUE. Il y a deux semaines, j'ai annoncé aux dirigeants de Les Affaires que cette chronique serait ma dernière. Il ...

Pourquoi les vedettes techno flanchent-elles ?

BLOGUE. C'est au tour des chouchous techno de revenir sur terre. Le dégonflement de cette bulle est sain.

Les pertes financières et la psychologie de l'investisseur

BLOGUE. Les titres perdants créent souvent des réactions peu rationnelles chez les investisseurs.