En investissant simplement, on augmente ses chances de s'enrichir

Publié le 06/04/2018 à 14:24

En investissant simplement, on augmente ses chances de s'enrichir

Publié le 06/04/2018 à 14:24

Photo:123rf

De plus en plus de gens sont adeptes de la simplicité volontaire, une philosophie de vie qui rejette la consommation débridée et qui embrasse un mode de vie qui correspond davantage à leurs valeurs personnelles. Les adeptes de la simplicité volontaire réduisent consciemment leurs dépenses afin de se concentrer uniquement sur ce qui est essentiel pour eux, la vie familiale, le temps passé avec les amis, la réflexion, etc. C’est un mode de vie où le rythme est ralenti et où l’on a davantage de temps pour faire ce qui compte réellement.


Cette philosophie gagnerait peut-être à être appliquée au monde de l’investissement. Car, me semble-t-il, plus on investit simplement, plus on augmente ses chances de s’enrichir à long terme. En outre, quand on y réfléchit, si on met des sous de côté et qu’on les investit, c’est avant tout pour s’assurer une plus grande indépendance dans le futur et non pas pour devenir l’esclave des manchettes et des mouvements boursiers.


Un adepte de la simplicité volontaire en investissement adopterait probablement les comportements suivants:


- Il n’investirait que dans les sociétés qu’il connaît et dont il comprend le modèle d’affaires.


- Il aurait un portefeuille épuré, c’est-à-dire relativement concentré. De notre côté, nous préconisons entre 20 et 30 titres. L’investissement dans des indices boursiers est tout aussi recommandable pour la personne qui veut simplifier encore plus ses affaires financières.


- Il minimiserait les transactions, ce qui réduirait sensiblement ses frais de transaction, tant les commissions que les coûts fiscaux, et ses chances de commettre des erreurs coûteuses.


- Il rechercherait les titres de sociétés qui se vendent à des ratios d’évaluation raisonnables, ou idéalement lorsqu’ils sont boudés des autres investisseurs. Car, n’est-ce pas l’habitude des adeptes de la simplicité volontaire de faire les choses à contre-courant?


- Il évaluerait ses titres sur une base régulière, mais principalement en fonction de la performance financière de leurs entreprises, pas en fonction de ce qui est populaire ou de ce qui fait les manchettes.


- Il laisserait le temps faire son œuvre. On l’a vu récemment, les marchés boursiers peuvent être très volatils à court terme, mais la tendance sur de nombreuses années est généralement à la hausse et leurs rendements historiques à très long terme sont attrayants.


- Il ne tenterait pas d’investir davantage que ses moyens ne le lui permettent – il n’utiliserait pas la dette pour investir.


- Il limiterait ou éliminerait tout simplement les investissements plus spéculatifs de son portefeuille. À l’occasion, ceux-ci peuvent être payants, mais à quel coût émotif? La règle du 80-20 ne s’applique-t-elle pas à la gestion d’un portefeuille? C’est-à-dire que 20% de nos titres accaparent souvent 80% de notre temps et de nos soucis. Pourquoi ne pas tout simplement minimiser les chances d’avoir des titres appartenant à ce 20% en arrêtant d’investir dans des titres spéculatifs?


- Il arrêterait de se soucier outre mesure des manchettes économiques et financières. Pourquoi s’en faire avec les plus récentes données économiques? Pourquoi s’inquiéter d’une baisse récente de 10% du S&P 500 lorsqu’on investit dans de solides entreprises sur un horizon de 10 ou 20 ans?


Personnellement, je trouve qu’il y a beaucoup de bon dans les principes de la simplicité volontaire, qu’on pourrait aussi appeler la méthode KISS (Keep It Simple, Stupid). Toute décision économique doit être réfléchie et s’accorder avec nos valeurs personnelles. C’est vrai dans la vie de tous les jours («En ai-je vraiment besoin?») et c’est tout aussi vrai en investissement. Pas besoin d’être mathématicien ni d’avoir fait une maîtrise en finance pour réussir en Bourse. Les principes qui ont fait le succès à long terme des plus grands investisseurs sont des plus simples. Il s’agit de les adopter… tout simplement.


 


 

À propos de ce blogue

Philippe Le Blanc est gestionnaire de portefeuille chez COTE 100 et éditeur de la Lettre financière COTE 100.

Philippe Leblanc
Sujets liés

Bourse

Blogues similaires

Bourse: l'histoire ne se répète pas, mais rime

BLOGUE. La performance de la Bourse et des secteurs correspond tout à fait au comportement prévu en fin de cycle.

Est-ce un mauvais moment pour investir en Bourse?

BLOGUE INVITÉ. Devriez-vous vendre vos titres lorsque les experts prédisent une correction boursière?