Air Canada : quand les paroles s'envolent

Publié le 05/02/2013 à 14:38, mis à jour le 06/02/2013 à 09:28

Air Canada : quand les paroles s'envolent

Publié le 05/02/2013 à 14:38, mis à jour le 06/02/2013 à 09:28

[Photo : Bloomberg]

BLOGUE. Ce n’est pas parce que l’on respecte les termes d’une loi que l’on est forcément soustrait à l’intervention des tribunaux. Air Canada vient de l’apprendre à ses dépens dans Québec (Procureur général) c. Air Canada.


Les faits


En 1988, le Parlement a adopté une loi privatisant Air Canada (Loi sur la participation publique au capital d’Air Canada).


À la suite d’une restructuration en 2004, Air Canada a créé une entité indépendante chargée de l’entretien lourd de flotte, une entreprise qui deviendra éventuellement Aveos Fleet Performance inc.


En 2012, aux prises avec de sérieuses difficultés financières, Aveos s’est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies et a presque cessé toute activité.


Il est à noter que, dans les mois qui ont précédé cette déconfiture, Air Canada avait réduit de façon considérable le volume d’affaires qu’elle confiait à Aveos.


Depuis lors, Air Canada a modifié en profondeur son plan d’affaires en matière d’entretien.


En effet, les travaux d’entretien spécialisés effectués pour Air Canada dans la région de Montréal représentent aujourd’hui une partie insignifiante de ce qui se faisait à l’époque d’Aveos ou de la privatisation. Air Canada a d’ailleurs confié l’entretien spécialisé de ses quelque 85 Airbus à AAR, une entreprise américaine qui a, pour l’exécution de ce contrat, créé de toutes pièces un nouveau centre d’entretien au Minnesota.


Les procédures


Le procureur général du Québec a donc demandé à la Cour supérieure de déclarer qu’Air Canada violait l’article 6 de la loi ayant privatisé Air Canada.


La partie était loin d’être gagnée.


En effet, cet article oblige Air Canada à inclure dans ses statuts corporatifs des dispositions l’obligeant à maintenir les centres d’entretien et de révision dans les villes de Winnipeg, Mississauga et Montréal.


Or, les statuts d’Air Canada contiennent effectivement de telles dispositions.


Ainsi, les avocats d’Air Canada ont plaidé que leur cliente se conformait à la loi.


La décision


Cet argument a cependant été rejeté.


À cet égard, le juge s’est notamment fondé sur des déclarations faites par le président d’Air Canada en 1988, au cours de l’adoption de la loi par le Parlement. Questionné à cet égard par un député de Winnipeg, le président avait en effet répondu que la loi telle qu'elle est rédigée aurait pour effet d’empêcher Air Canada de démanteler unilatéralement les centres d’entretien.


Selon le juge, dans un tel contexte, se conformer au texte législatif tout en délocalisant l’entretien de sa flotte constituait pour Air Canada une tentative inacceptable de se soustraire aux effets d’un texte législatif. La jurisprudence fait référence à un tel procédé sous l’expression «fraude à la loi».


Il fallait donc, selon le juge, qu’Air Canada obtienne un amendement législatif avant d’effectuer un changement aussi important de son plan d’affaires.


Répercussions


Il sera intéressant de voir comment la situation se dénouera.


La Cour d’appel va-t-elle se montrer du même avis que le juge de première instance?


Le gouvernement fédéral va-t-il intervenir en apportant un amendement à la loi?


Quelles seront les conséquences de ce jugement sur la validité du contrat intervenu entre Air Canada et la firme américaine AAR pour l’entretien des Airbus?


Le jugement va-t-il améliorer le sort des travailleurs d’Aveos alors que la plupart des éléments d’actif de cette dernière ont déjà été liquidés?


À suivre!


* Québec (Procureur général) c. Air Canada (C.S., 2013-02-04), 2013 QCCS 367, SOQUIJ AZ-50932716

À propos de ce blogue

La Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ) analyse, organise, enrichit et diffuse le droit au Québec. Ce faisant, elle accompagne les professionnels dans leurs recherches de solutions, ainsi que l'ensemble de la population dans sa compréhension du droit.

Philippe Buist

Sur le même sujet

Sécurité aérienne: Ottawa refuse de partager des renseignements avec Air Canada

Ottawa a refusé à Air Canada le droit de consulter des renseignements relatifs aux risques d'attentats terroristes.

Initiés: le pdg d'Amaya investit un autre million

27/11/2015 | Stéphane Rolland

Aussi: Bernard Lemaire vend du Cascades pour acheter des bœufs, le pdg d’Air Canada empoche 2 M$.

Blogues similaires

Rona : les gagnants et les perdants

Édition du 13 Février 2016 | René Vézina

CHRONIQUE. Le choc a été si vif que les premières réactions à l'achat de Rona par Lowe's ont d'abord été ...

Entrepreneuriat: les Canadiens aussi angoissés que les Chinois

BLOGUE. Les Canadiens ont aussi peur de l'échec que les Chinois, mais ils entreprennent autant que les Américains.

Pour être heureux, vaut-il mieux avoir du temps ou de l'argent?

08/02/2016 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Autrement dit, perd-on sa vie à la gagner? Voici la réponse. Qui va vous ouvrir la voie du bonheur.