Mon scénario le plus probable demeure la grande dépression déflationniste

Publié le 23/06/2011 à 09:17, mis à jour le 23/06/2011 à 09:17

Mon scénario le plus probable demeure la grande dépression déflationniste

Publié le 23/06/2011 à 09:17, mis à jour le 23/06/2011 à 09:17

Par Paul Dontigny Jr

La crise d'endettement mondiale est très réelle ... et imminente. Mais il reste encore le temps nécessaire pour mettre en place les correctifs que, jusqu'ici, personne n'a osé entreprendre. La seule solution à mon avis est de réduire la taille de l'économie à un niveau qui soit soutenable sans dette additionnelle, et avec en plus des renenus dirigés vers le remboursement de la dette.


Cela signifie d’après moi que nous devons retourner à la taille que l'économie avait quelque part entre 1996 et 1998. Ça fera très ... très mal !


Cela correspond à une réduction du produit national brut quelque part entre 10% et 30%. Si nous ne le faisons pas, les forces des marchés le feront pour nous. Les forces des marchés incluent des crises financières mais aussi des crises politiques et la révolte de la population. Voyez ce qui se passe dans plusieurs pays aujourd’hui.


La population en a ras le bol. Mais pas encore assez pour faire sa part. Il est inévitable que Wall Street, les banques et les grandes corporations devront finalement faire leur part aussi. Là ça va barder solide.


Je continue à croire que le scénario le plus probable est celui de Grande dépression déflationniste, ce qui signifie une récession qui dure plus de 3 ans avec des prix et salaires qui baissent.


Je ne crois pas que nous nous rendrons au point où il y aura une crise de confiance en la monnaie telle que les monnaies principales (US$, Yen et Euro, ainsi que CDN$) seraient dévaluées massivement créant une hyper inflation comme l’économie Weimar d’Allemagne ou du Zimbabwe, ou même de l’Argentine.


Dans ce contexte, je crois que les défauts des gouvernements des principaux pays industrialisés seront envers les promesses qu’ils ont fait à leurs populations. Ils réduiront les services, pensions, augmenteront les taxes et impôts, créeront des règles protectionnistes. Toutes des actions qui feront mal à l’économie et aux épargnes de la population. Je crois aussi que les banquiers et Wall Street ainsi que les grandes corporations seront ciblées comme étant les grands responsable de cette crise et que la population exigera un grand ménage, comme dans la crise de 1929. Exigera = des protestations, de la violence et des choix électoraux comme nous n’en avons pas vu depuis très longtemps.


Le Québec, le Canada, les États-Unis … et les autres, seront tous dans le même bateau. La bulle de crédit, la bulle de commodités, celle d’immobilier aussi … dégonfleront ou crèveront.


Je ne sais exactement comment et surtout pas « quand ». Mais je considère les probabilités très élevées pour que ce que j’ai décrit ici se produise. Je crois que c’est le scénario le plus probable.


Et je crois donc que nous devrions gérer nos portefeuilles en fonction de la forte probabilité que ce scénario se produise. Cela signifie, probablement pas comme vous gérer votre portefeuille en ce moment. Analysez 2008, et assurez-vous que vous êtes protégé contre un tel scénario.


Voir texte ci-dessous.


Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA


CBO report warns of debt crisis without major changes



Andrew Taylor, The Associated Press, On Wednesday June 22, 2011, 12:05 pm


By Andrew Taylor, The Associated Press


WASHINGTON - A new report says that the national debt in the United States is on pace to equal the annual size of the economy within a decade, levels that could provoke a European-style debt crisis unless policymakers in Washington can slam the brakes on spiraling deficits.


The Congressional Budget Office study offers a fresh reminder of what's at stake in ongoing talks led by Vice-President Joe Biden that are aimed at cutting more than $2 trillion from the federal deficit over the coming decade as the price for permitting the government to take on more debt to pay current obligations.


CBO says the debt increases the probability of a fiscal crisis in which investors lose faith in U.S. bonds and force policymakers to make drastic spending cuts or tax hikes.

Sur le même sujet

Une crise financière en Chine est «peu probable»

10/03/2014 | Thomas Cottendin

Une crise financière en Chine est «peu probable», dit une recherche de Bank of America Merrill Lynch.

La partie d'échecs géostratégique qui se joue en Ukraine

21/02/2014 | François Normand

ANALYSE - Les images des affrontements sanglants en Ukraine entre les forces de l'opposition et les forces ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Résultats des banques : ce que prévoit le meilleur analyste canadien

Voici ce que prévoit Mario Mendonca, de Valeurs mobilières TD, pour le troisième trimestre des ...

Steve Ballmer quitte le conseil d'administration de Microsoft

19/08/2014 | AFP

Trop occupé avec son équipe de basketball, les Clippers de Los Angeles, son départ du conseil est immédiat.

L'action d'Apple franchit les 100 $US

19/08/2014 | lesaffaires.com

Le titre dépasse les 100 $US pour la première fois depuis sa division en juin et atteint un sommet historique.