Il se passe quelque chose de bizarre …

Publié le 25/05/2011 à 09:21, mis à jour le 25/05/2011 à 09:21

Il se passe quelque chose de bizarre …

Publié le 25/05/2011 à 09:21, mis à jour le 25/05/2011 à 09:21

Par Paul Dontigny Jr

La volatilité des marchés continue d’augmenter tout récemment.


Mais contrairement à ce que vous avez connu dans le passé jusqu’au milieu des années 2000, lorsqu’on parle de « marchés », même pour le petit investisseur, ce terme n’a plus la même signification. En effet, je suis certain que vous êtes au courant de changements de prix dans diverses commodités, et pas seulement de pétrole … tout le monde parle du prix des grains, des métaux industriels et précieux, d’autres commodités de nourriture, du bois et des métaux rares …


Peut-être entendez-vous aussi parler des obligations ? on vous en parle probablement beaucoup plus qu’avant, notamment parce que la plupart doivent vous dire de ne pas toucher à ces horribles produits qui sont devenus aussi risqués que les actions ? La presque totalité des gestionnaires, analystes et économistes ont une opinion très négative sur les obligations de nos jours.


Peut-être entendez-vous parler des finances des pays d’Europe ?


On vous parle certainement de plusieurs produits à revenu garantis (pas tous garantissent le capital et certains à x% seulement), ou des « produits structurés » … ouch ! pas facile à comprendre même pour moi avec mes 25 ans d’expérience et mes qualifications de M.Sc., (Maitrise en finance) et le titre professionnel de  CFA (Chartered Financial Analyst).


Pas certains si vos « produits » génèrent un risque de marché dans les actions ?  vous n’êtes pas seul.


Bref, il se passe quelque chose de bizarre. Même avec la baisse des marchés des actions et les mauvaises nouvelles économiques, les obligations US depuis quelques jours ne réagissent pas comme elles devraient dans ce contexte …


Alors réfléchissez très sérieusement en prenant un peu de recul et en regardant le « big picture », regardez la forêt et non les arbres.  Autrement dit, analysez la macro-économie au lieu de focaliser sur l’analyse d’une compagnie car en ce moment, pas toujours, mais en ce moment, ce qui se passe en macro économie est beaucoup plus important que ce qui se passe dans chacune des compagnies ou chacun des émetteurs d’obligations. Il y a un clair et imminent danger de domino.


Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

Sur le même sujet

Emploi: le Québec crée 24 000 postes à temps plein, le chômage recule

04/04/2014

Après avoir diminué en février et alimenté les débats de la campagne électorale, le marché de l’emploi brille en mars.

Le chĂ´mage augmente de nouveau en Espagne

04/02/2014

Le nombre de personnes inscrites au chĂ´mage en Espagne est reparti Ă  la hausse en janvier, Ă  4,8 millions.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick ClĂ©rouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, Ă  l'image des FNB? RĂ©ponse Ă  notre lecteur