Il se passe quelque chose de bizarre …

Publié le 25/05/2011 à 09:21, mis à jour le 25/05/2011 à 09:21

Il se passe quelque chose de bizarre …

Publié le 25/05/2011 à 09:21, mis à jour le 25/05/2011 à 09:21

Par Paul Dontigny Jr

La volatilité des marchés continue d’augmenter tout récemment.


Mais contrairement à ce que vous avez connu dans le passé jusqu’au milieu des années 2000, lorsqu’on parle de « marchés », même pour le petit investisseur, ce terme n’a plus la même signification. En effet, je suis certain que vous êtes au courant de changements de prix dans diverses commodités, et pas seulement de pétrole … tout le monde parle du prix des grains, des métaux industriels et précieux, d’autres commodités de nourriture, du bois et des métaux rares …


Peut-être entendez-vous aussi parler des obligations ? on vous en parle probablement beaucoup plus qu’avant, notamment parce que la plupart doivent vous dire de ne pas toucher à ces horribles produits qui sont devenus aussi risqués que les actions ? La presque totalité des gestionnaires, analystes et économistes ont une opinion très négative sur les obligations de nos jours.


Peut-être entendez-vous parler des finances des pays d’Europe ?


On vous parle certainement de plusieurs produits à revenu garantis (pas tous garantissent le capital et certains à x% seulement), ou des « produits structurés » … ouch ! pas facile à comprendre même pour moi avec mes 25 ans d’expérience et mes qualifications de M.Sc., (Maitrise en finance) et le titre professionnel de  CFA (Chartered Financial Analyst).


Pas certains si vos « produits » génèrent un risque de marché dans les actions ?  vous n’êtes pas seul.


Bref, il se passe quelque chose de bizarre. Même avec la baisse des marchés des actions et les mauvaises nouvelles économiques, les obligations US depuis quelques jours ne réagissent pas comme elles devraient dans ce contexte …


Alors réfléchissez très sérieusement en prenant un peu de recul et en regardant le « big picture », regardez la forêt et non les arbres.  Autrement dit, analysez la macro-économie au lieu de focaliser sur l’analyse d’une compagnie car en ce moment, pas toujours, mais en ce moment, ce qui se passe en macro économie est beaucoup plus important que ce qui se passe dans chacune des compagnies ou chacun des émetteurs d’obligations. Il y a un clair et imminent danger de domino.


Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Le chômage demeure lui aussi stable aux États-Unis

06/04/2018 | AFP

La hausse du salaire horaire pour le mois de mars était de 0,3 %, ce qui porte à 2,7 % l'augmentation sur un an.

Le taux de chômage stagne à 5,8% au Canada

Le nombre d’emploi a augmenté au Québec et en Saskatchewan, alors qu’il a peu changé ailleurs au pays.

À la une

Vidéo: trois titres boursiers insensibles aux hausses de taux d'intérêt

Il y a 5 minutes | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Steve Bélisle fait le point sur les titres de Diageo, ServiceMaster et Marsh & McLennan.

«Les géants de la Silicon Valley nuisent à l'innovation»

Il y a 13 minutes | Diane Bérard

ENTREVUE. Nicholas Thompson, rédacteur en chef du magazine Wired, dépeint la Silicon Valley et ses contradictions.

Viser les marchés étrangers, au-delà de Donald Trump

Édition du 21 Avril 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. L'entreprise Boulet, à Saint-Tite, est bien connue par les amateurs de bottes de cow-boy dont elle est ...