Le financement démocratique de projets à la mode Kickstarter

Publié le 24/02/2012 à 08:28, mis à jour le 24/02/2012 à 12:01

Le financement démocratique de projets à la mode Kickstarter

Publié le 24/02/2012 à 08:28, mis à jour le 24/02/2012 à 12:01

BLOGUE. Kickstarter est un site web voué au financement de projets par le biais du grand public (« crowdfunding »). Les projets soutenus couvrent des champs aussi variés que la musique, le cinéma indépendant, l’art, la technologie, le design, l’alimentation et la publication. Depuis sa fondation en 20081, le groupe a réussi à financer plus de 15 000 projets pour lesquels il a amassé plus de 140M$ soumis par les internautes, à raison de 15$ par personne en moyenne. Près du tiers des projets financés sont en cinéma, dont une dizaine ont été présentés au dernier festival de film de Sundance.


Lisez notre récente entrevue avec le fondateur de Kickstarter, Yancey Strickler


Au-delà de son succès, c’est un véritable mouvement de fond auquel contribue Kickstarter. Nous voyons ici l’émergence d’une voie de financement alternative qui n’est pas une forme d’investissement ni de prêt. Les créateurs conservent le contrôle entier de leur projet tant au plan créatif que financier, ce qui permet une certaine prise de risque, donc de l’innovation pure.


1M$ en 24h pour un projet de jeu
Or, le 9 février dernier, Kickstarter a attiré l’attention des médias à travers le monde quand Double Fine Productions, une firme de développement jeux de San Francisco, annonçait qu’elle venait de récolter 1M$ en 24h pour un projet de jeu d’aventure en utilisant la plateforme de financement.


Alors que sa demande initiale était de 400K$ (300$ pour la production de l’animation et 100K$ pour le tournage du making of), l’entreprise a réussi à amasser près de 2M$ en date d’aujourd’hui par le biais de 62 726 donateurs, pour une moyenne de 33$ par don. Et Double Fine bénéficie encore de 19 jours pour financer davantage son jeu, la période de récolte totalisant 30 jours. À ce rythme, Double Fine pourrait cumuler plus de 4M$ à la fin de l’exercice et aura toute la latitude souhaitée pour développer son jeu, sans obligation de rendement financier!


Voici l’exemple d’une firme qui réussit à contourner les voies habituelles de financement. Dans le cas de Double Fine, c’est le modèle traditionnel de l’édition de jeux qui est ébranlé. Il y a eu d’autres initiatives de contournement dans le secteur de la musique (Radiohead) et de la publication de livres (Seth Godin avec son projet Domino développé en partenariat avec Amazon).


Un mode de financement démocratisé
Le modèle est simple : une entreprise devient membre de Kickstarter et soumet son projet sur le site. Le projet est ensuite évalué selon des critères de qualification affichés par l’organisme. Le promoteur du projet publie une date d’échéance et une cible de fonds à amasser. Si la cible n’est pas atteinte dans les délais, le projet est refusé et les fonds remboursés aux donateurs.


Kickstarter ne réclame pas de droits sur les projets réalisés et ne garantit pas la livraison des projets par les promoteurs qui font la demande de financement. Il y a effectivement eu des cas où les projets n’ont pas été réalisés ou ont été déviés de leur mission originale. Comme donateur, le risque est faible toutefois ; avec 15$ de mise, on ne se soucie pas beaucoup du rendement sur son investissement !


Et c’est là la beauté du modèle : l’accumulation de micro-dons librement soumis.


Le retour pour les donateurs
Kickstarter propose un modèle où les donateurs reçoivent en échange de leurs dons des récompenses de toute sorte : copies exclusives des projets ou produits réalisés, expériences uniques reliées au projet.


Double Fine propose de donner accès à chacun de ses donateurs au tournage du documentaire de la production du jeu, tout au long de la production. Cette série de clips vidéo vise à augmenter le sentiment d’engagement personnel des donateurs. Il y aura aussi une plateforme d’échanges entre les producteurs et les donateurs qui permettra à ces derniers de soumettre leurs idées et commentaires sur la production en cours. Ils auront aussi droit à une copie gratuite du jeu une fois complété.


Une belle PME
Kickstarter s’est bien établie comme intermédiaire dans un marché naissant en offrant un service web simple à l’usage et qui rassemble des micro-communautés autour de projets d’intérêts spécifiques et variés. L’entreprise prend 5% de commission sur la somme totale des fonds amassés, ce qui lui a permis de cumuler près 7M$ de revenus depuis sa fondation. L’entreprise compte aujourd’hui 35 employés à temps plein. Pas mal non?


Qu’en pensez-vous ?


1 Kickstarter a bénéficié d’un soutien financier d’anges investisseurs comme Jack Dorsey (Twitter), Zach Klein (Vimeo) et Caternia Fake (Hunch).


----------------------------------------------------------------------------------
À propos du blogue "Horizons Numériques"
Nous sommes au cœur d’une révolution numérique où les changements bouleversent le monde du marketing et des communications, et aussi la vie de tous les jours. Comme je suis en général assez méfiant des modes technos (ou « hype »), je garde un regard toujours critique sur les nouvelles tendances qui se créent.


Dans ce blogue, je ferai donc état des tendances dans le secteur numérique et donnerai une perspective critique sur les événements qui se déroulent et les modes technos qui se créent à tous les jours, en les rattachant à des perspectives d’affaires.


Je tenterai aussi de faire des projections d’avenir de temps à autres, question de me « mouiller » un peu. Je vous inviterai à en faire autant. Nous verrons bien avec le temps qui aura eu raison ;-)

Pour me suivre sur Twitter: @patrickgagne

À propos de ce blogue

Nous sommes au cœur d’une révolution numérique où les changements bouleversent le monde des affaires et ont un impact sur la vie de tous les jours. Chaque jour, de nouvelles entreprises naissent et viennent bouleverser des secteurs d’activités dits traditionnels. L’innovation doit devenir un modus vivendi pour les entreprises, et non plus un seul modus operandi. « Innovate or die » devient une réalité d’aujourd’hui.

Patrick Gagné

Sur le même sujet

Pourquoi la gratuité n'existe tout simplement pas

Édition du 20 Décembre 2014 | Olivier Schmouker

J’ai un beau paradoxe à vous soumettre : se peut-il qu’une entreprise n’offre qu’un seul ...

Dix campagnes, dix histoires à succès

Édition du 29 Novembre 2014 | Claudine Hébert

Quelles que soient la nature et les causes qu'elles soutiennent, les campagnes de financement visent le même objectif ...

Réagissez à cet article
 commentaires