Votre boss est-il un mouton?

Publié le 19/02/2013 à 06:18, mis à jour le 21/02/2013 à 13:48

Votre boss est-il un mouton?

Publié le 19/02/2013 à 06:18, mis à jour le 21/02/2013 à 13:48

L'instinct grégaire est parfois le plus fort... Photo: DR

BLOGUE. Attribuer une récompense pour souligner une bonne performance est aujourd'hui monnaie courante. Du moins, si tout le monde ne le pratique pas vraiment, tout le monde s'accorde pour dire qu'une telle politique managériale encourage chacun à donner le meilleur de lui-même, voire à se dépasser au travail. Pas vrai? Eh bien, non, ce n'est pas vrai. Une telle politique peut même avoir des effets… destructeurs!


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


C'est ce que j'ai découvert dans une étude intitulée How relative compensation can lead to managerial herding. Celle-ci est signée par An Chen, professeure d'économie à l'Université d'Ulm (Allemagne), et par Markus Pelger, étudiant en économie à Berkeley (États-Unis). Elle montre que, dans certaines conditions, les primes et autres bonus attribués aux managers en fonction de leur performance peut les inciter à faire des choix… nuisibles à l'entreprise!


Ainsi, les deux chercheurs ont eu la curiosité de se demander si les primes accordées à la performance étaient toujours la meilleure chose à faire pour que les managers donnent leur 110%. Ils avaient en tête la réflexion théorique suivante :


> Quand on récompense quelqu'un à la performance, comment savoir si celle-ci résulte bel et bien du talent particulier du manager, ou d'un pur coup de chance? En effet, on pourrait imaginer un manager rusé mais incompétent, qui imiterait les décisions d'autres managers, qui eux sont réputés pour leur talent, et qui obtiendrait de la sorte d'excellents résultats, et ce, sans avoir pris le moindre risque personnel.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

6 questions d'autocoaching à se poser au moins une fois par jour

BLOGUE. Nous avons entre 60 000 et 80 000 pensées par jour. Comment orienter nos pensées vers ce qui compte vraiment?

Deux trucs ultrasimples pour redoubler d'efficacité au travail

26/03/2015 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Qui dit efficacité dit véritable travail d'équipe. Et donc, faire en sorte que 1+1=3. Une équation ici expliquée

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Les Québécois, de grands parleurs mais de petits faiseurs par rapport aux Canadiens

26/03/2015 | Diane Bérard

BLOGUE. Les Canadiens punissent et récompensent les entreprises plus spontanément que les Québécois.

Erudite Science, une start-up co-fondée par un décrocheur, lancera son tuteur virtuel cet été

26/03/2015 | Julien Brault

BLOGUE. La start-up montréalaise de cinq employés vient d’obtenir une bourse de 394 756$ du Fonds des médias du Canada.

Budget Leitao : de rares gagnants

26/03/2015 | René Vézina

BLOGUE. Multimédia, livres, affaires électroniques, des secteurs vont applaudir à un budget qui repousse tout à 2016.