Qui mérite vraiment d'avoir un gros salaire?

Publié le 21/01/2013 à 09:36, mis à jour le 22/01/2013 à 11:29

Qui mérite vraiment d'avoir un gros salaire?

Publié le 21/01/2013 à 09:36, mis à jour le 22/01/2013 à 11:29

Certains en ont la tête dans les étoiles... Photo: DR

BLOGUE. C'est bien connu, des entreprises comme Google, McKinsey, ou encore Goldman Sachs paient des ponts d'or pour compter dans leurs rangs les personnes les plus talentueuses. Et ce, en y associant des avantages sociaux défiant parfois l'entendement. À une échelle plus modeste, à savoir la nôtre, on retrouve la même logique : les managers et les employés les plus performants sont, eux aussi, récompensés par des salaires plus gros que ceux des autres, sinon par des primes exceptionnelles.


Découvrez mes précédents billets


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


La question est : ces personnes-là, tout aussi talentueuses soient-elles, méritent-elles véritablement les salaires qui leurs sont versés? Autrement dit, l'entreprise en retire-t-elle vraiment un bénéfice tel qu'il est tout à fait justifié d'accorder tant d'argent à la rémunération de ses meilleurs éléments?


Bonne question, n'est-ce pas? À laquelle il est impossible à répondre, me direz-vous. Eh bien, détrompez-vous. J'ai déniché la réponse dans une étude intitulée Reaching for the stars: Is matching of high ability individuals and high wage firms rent creating? Celle-ci est signée par Bo Eriksen, professeur de management à l'Université du Sud du Danemark. Elle apporte quelques judicieux éclaircissements…


Le chercheur danois s'est intéressé à deux sortes de salariés, les managers et leurs subalternes. Car leurs défis et la manière d'évaluer leur performance sont distincts. Ce faisant, il s'est plongé dans une immense base de données dénommée l'Ida (pour Integrated Database for Labor Market Research), pilotée par l'Institut de la statistique du Danemark.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue d’Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir au travail. Olivier Schmouker est aussi chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier ainsi qu'auteur du bestseller «Le Cheval et l'Âne au bureau» (Éd. TC Média, 2013), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

Faire carrière en philanthropie, pourquoi pas?

BLOGUE. Qui aurait cru qu’un jour la philanthropie serait une avenue intéressante pour y faire carrière?

Et si vous écoutiez vraiment vos émotions au travail...

19/09/2014 | Olivier Schmouker

BLOGUE. La colère, l'angoisse, la peur… Au travail, nous taisons nos émotions fortes. Mais pourquoi donc, au juste?

Réagissez à cet article
 commentaires

Blogues similaires

Une Québécoise dans le Top 10 des entrepreneures canadiennes

19/09/2014 | Diane Bérard

La Québécoise Noémie Dupuy, de Studio Budge, se classe 8/100 des entreprises canadiennes gérées par des femmes.

Les sept croyances à contre-courant de Peter Thiel, fondateur de PayPal

Dans son livre Zero to One, Peter Thiel fait voler en éclats plusieurs principes érigés en vérités dans la Valley.

Ça risque d'être moins gentleman pour la Catalogne

21/09/2014 | René Vézina

Après l’Écosse, ce sera au tour de la Catalogne de tenir un référendum sur son ...